Accueil > Bien vieillir > Sport après un AVC : les bonnes pratiques

Sport après un AVC : les bonnes pratiques

Sport après un AVC : les bonnes pratiques

 

Qu’est-ce qu’un AVC ?

L’AVC ou accident vasculaire cérébral se produit quand le sang n’arrive plus dans le cerveau à cause d’un caillot sanguin ou d’une rupture du vaisseau sanguin. En quelques minutes seulement, les cellules du cerveau manquent d’oxygène, meurent et ne peuvent être remplacées.

On distingue deux types d’AVC :

  • l’AVC ischémique suite à une artère bouchée
  • et l’AVC hémorragique dû au saignement du cerveau.

Ces deux types d’AVC peuvent entraîner un handicap. 150 000 cas sont enregistrés chaque année en France, avec 80% pour le premier type et 20% pour le second type.

 

Quels sont les symptômes de l’AVC ?

L’AVC se manifeste par :

  • une paralysie d'un côté  ou d'un membre;
  • une baisse brusque, unilatérale de la vision ou vision double ;
  • des troubles de la sensibilité d'un côté ou d'un membre;
  • des troubles langagiers ;
  • des troubles de l'équilibre ;
  • des troubles de la compréhension.

 

Quelles sont les conséquences d’un AVC ?

En moyenne, une personne sur trois, victime d’un AVC, récupère de manière significative mais, généralement,  les AVC laissent quand même des séquelles.

Un AVC peut affecter les fonctions motrices en paralysant la victime, mais aussi, la pensée, le langage, les émotions, ainsi que les facultés d’apprentissage et de communication.

Les AVC sont souvent sources de séquelles lourdes. Les grandes fonctions neurologiques, telles que la motricité, la sensibilité, le langage et la vision, peuvent être atteintes de cet accident

 

Les bienfaits du sport après un AVC

L'activité physique permet d’améliorer la motricité et le bien-être mental des patients ayant été victimes d'un AVC.

 

Des effets bénéfiques sur le cerveau

Dans le cadre d'une étude nord-américaine, des bénéfices sur le cerveau ont été observés après huit semaines d'entraînement sur un vélo stationnaire.

Il a été prouvé que le vélo est le meilleur sport pour les personnes ayant subi un AVC.

En effet, le vélo a permis aux personnes ayant une mobilité plus réduite de maintenir, malgré tout, un certain niveau d'intensité. La pratique du vélo de tout genre a permis aussi d'améliorer les symptômes dépressifs chez tous les patients concernés.

Donc, la reprise d'une activité physique est fortement conseillée après un AVC. Seul le médecin saura orienter le patient vers le sport qui lui convient, pour permettre à celui-ci de retrouver son autonomie, selon son degré de handicap et son état phsiaue.

 

Faire du sport pour regagner l’autonomie

Contrairement à ce qu’on croit, la pratique d’une activité physique sur le long terme permet de retrouver une meilleure autonomie et d’augmenter la capacité à l’effort. La plupart des personnes victimes d’un AVC ont peur de la récidive et préfèrent ne pas bouger.

Pourtant,  le déclenchement d’un AVC n’est en aucun cas lié à l’effort. On s’améliore à force de s’entraîner. De plus, une grande fatigue se fait sentir après un AVC.

Du coup, on pense qu’il faut se reposer. Mais c’est plutôt l’inverse ! Moins on le pratique et plus on se fatigue !

 

Faire du sport pour éviter la récidive

L’idéal est de pratiquer une activité physique adaptée, quotidiennement, ou cinq jours dans la semaine, pendant au moins 30 minutes.

Vous pouvez répartir cette demie-heure en 10 minutes d’exercices, 3 fois par jour. 

 

Quels sports pratiquer après un AVC et à quelle fréquence ?

Compte tenu que chaque état de santé diffère selon les cas, seul un médecin peut fixer le niveau du programme sportif adapté à chacun.

Toutefois, le tapis de course, la gymnastique, le rameur, le vélo, la natation et la marche sont reconnus comme des activités qu’il est conseillé de pratiquer suite à un AVC.

La pratique d’un sport d’endurance, d’intensité faible à modérée est conseillé à un malade cardiaque, à raison de 20 à 30 minutes par jour. Et ce, 1 à 3 fois par semaine. On entend par « intensité faible à modérée » un effort moyen permettant d’accélérer légèrement la fréquence cardiaque (équivalent à une marche rapide).

Si vous avez été victime d’un AVC, faites vous également conseiller sur votre alimentation et hygiène de vie, en adoptant de nouvelles habitudes. Une bonne alimentation permet de réduire significativement le risque de récidive.

 

Prise en charge des frais

A l’issue d’un premier AVC (pris en charge en ambulatoire ou à l’hôpital pour une durée de deux à trois semaines), la Sécurité sociale rembourse en totalité la réadaptation cardiaque via l’activité physique.

Souscrivez à une mutuelle santé pour bénéficier d’une prise en charge de vos activités physiques après un AVC.

Santors vous guide dans le choix d’une mutuelle en adéquation avec votre profil.

Il est conseillé aux personnes victimes d’AVC, de s’adonner à une pratique régulière du sport pour retrouver à peu près ou définitivement leur capacité physique d’origine.

Pour ceux qui ont des doutes, le sport ne fatigue pas. Au contraire, outre ses bienfaits sur la santé, l’activité physique permet de vous ouvrir au monde extérieur, de vous faire de nouveaux amis, grâce aux sports en groupe ou dans des clubs.  N’hésitez pas à demander conseils à votre médecin pour que vous puissiez pratiquer le sport dans les meilleures conditions possibles.