Accueil > Conseils obsèques > Comment organiser les funérailles d’un proche ?

Comment organiser les funérailles d’un proche ?

La déclaration du décès : une formalité indispensable

Il s’agit d’une démarche obligatoire qui doit être faite à la collectivité locale décentralisée du lieu du décès. La déclaration doit réaliser dans les 24 heures suivant la constatation.

 

Qui est apte à réaliser la déclaration de décès ?

Selon la loi, tout le monde peut effectuer la démarche à condition qu’il s’agisse d’un mort à domicile et qu’il n’y a pas eu de mort suspecte (crime, accident, suicide, empoisonnement). Dans ce dernier cas, les membres de la famille doivent avertir au plus vite les gendarmes ou les policiers.

Lorsque le décès survient à l’hôpital ou dans un EHPAD, ce sera aux responsables de l’établissement de se charger de la déclaration du décès.

 

Quelles sont les pièces justificatives ?

La personne en charge de déclarer le décès doit fournir quelques documents comme :

  • Les actes relatifs à la situation du défunt (il peut s’agir d’une carte d’identité, d’un passeport, d’un permis de conduire, du contrat de mariage…)
  • Si possible, le certificat de décès délivré par le médecin ou par les forces de l’ordre
  • La pièce d’identité du demandeur.

 

La diffusion du décès pour les proches

Il est important de réaliser des faire-part pour informer les proches, les amis du défunt afin de les convier aux obsèques. Quelques règles sont à respecter quant à la rédaction de ce type de document.

Pour vous faciliter la tâche, n’hésitez surtout pas à engager des entreprises de pompes funèbres. Mais, avant cela, vérifiez au préalable le défunt n’avait pas passé un contrat de préarrangements funéraires. N’hésitez pas également à suivre ses souhaits, s’il y en a dans le testament.

 

Le transport du corps du défunt

Après avoir effectué les démarches administratives nécessaires, il est temps de vous occuper du corps.

 

Transport depuis un établissement (hôpital, EHPAD)

Les professionnels appellent cette opération « transport à visage découvert ». Celui-ci s’effectue généralement entre l’endroit du décès et la chambre funéraire. Le véhicule chargé de l’opération doit être équipé d’un caisson réfrigérant.

Ce type de transport est possible dans les 2 jours après le décès. Cette durée peut être prolongée s’il y a eu des injections de produits formolés sur le défunt.

 

Transport vers le lieu de culte et le cimetière

Ici, ce sont les corbillards qui sont en charge de l’opération. Si le défunt doit être transporté à l’étranger, plusieurs possibilités peuvent être choisies comme le transport aérien ou routier. Dans les deux cas, le fait d’avoir un certificat de décès reste indispensable.

 

Le tarif du transport du défunt

Le prix varie en fonction de kilomètres effectués par l’entreprise que vous avez engagés. Cependant, d’autres facteurs peuvent aussi intervenir pour gonfler la facture : frais de péages, indemnités diverses. Tout va dépendre des formules proposées par les sociétés responsables du transport.

 

Le recueillement auprès de la dépouille

Il s’agit d’une étape importante dans le deuil. Les proches, les amis et les membres de la famille rendent hommage au défunt dans une salle prévue à cet effet (funérarium). Il s’agit d’un lieu calme et apaisant, chacun peut faire son adieu au défunt paisiblement.

Pour les tarifs, ils peuvent atteindre jusqu’à 180 euros selon les services proposés. Il est possible de demander aux responsables des pompes funèbres de personnaliser la chambre funéraire en mettant, par exemple, des photos, des objets de la personne décédée ou des fleurs spéciales.

 

Le financement des funérailles

Il faut un budget plus ou moins conséquent pour prévoir le transport du corps, la préparation du défunt, la pierre tombale, les fleurs, la location de la chambre funéraire, la cérémonie.

En principe, toutes ces dépenses liées aux funérailles sont prises en charge par la famille du défunt sauf dans certains cas : 

  • La Sécurité sociale peut verser une aide financière correspondant à 3 mois de salaires de la personne décédée (le plafond est de 9 387 euros).
  • Possibilité de prélever de l’argent sur le compte bancaire du défunt avant la liquidation de la succession.
  • Déduction des frais des funérailles de l’actif de succession.
  • Le défunt a signé un contrat de prévoyance obsèques avec une entreprise de pompes funèbres.
  • Le complémentaire santé, sous certaines conditions, peut verser un montant prédéfini pour les funérailles.

Certains contrats d’assurance peuvent également prévoir les frais d’obsèques dans leurs garanties. Un petit conseil : choisissez minutieusement les formules proposées par les compagnies afin d’en tirer le meilleur. Pour vous aider dans cette tâche, utilisez un comparateur gratuit et fiable. En quelques minutes, vous aurez une liste des meilleures offres du moment.

 

Bibliographie :

-https : //www.20minutes.fr/pratique/7035-20060214-pratique-comment-organiser-les-obseques-d-un-proche
-https://meilleures-pompes-funebres.com/conseils/etapes-organisation-obseques
-https://deces-info.fr/funerailles/organiser-funerailles-dun-proche
-https://lesensdunevie.fondationdefrance.org/comment-organiser-les-obseques-d-un-proche-decede