Accueil > Conseils obsèques > Rédiger un testament : comment écrire ses dernières volontés ?

Rédiger un testament : comment écrire ses dernières volontés ?

Quels sont les différents types de testaments ?

La rédaction d'un testament n'est pas obligatoire. Ce document se révèle néanmoins très important pour une meilleure organisation de la famille, notamment concernant l'organisation des obsèques et la succession.

 

Testament olographe

Le testament olographe est la forme de testament la plus répandue. Il vous suffit d’une simple feuille de papier et d’un stylo. Certaines conditions doivent cependant être respectées sous peine de non-considération de ce document. Le document doit, par exemple, contenir le nom, la date et la signature du testateur.

Bien que la rédaction de ce type de testament reste gratuite, vous devez débourser quelques euros si vous comptez de la remettre au notaire. La présence d’un notaire et d’un témoin n’est pas requise pour le testament olographe. Bien que vous ne soyez pas contraint de la remettre à un professionnel, ceci est fortement recommandé.

Déposer votre testament auprès d’un notaire garantit le respect de vos dernières volontés dans l’organisation de la succession et des dépenses. Le professionnel peut également vous conseiller sur la manière de rédiger votre testament en mettant en avant les points importants.

 

Testament authentique

Le testament authentique désigne un document officiel rédigé par un ou deux notaires sur les directives du testateur. La rédaction de ce dernier doit se faire en présence d’un ou deux témoins. Entrant dans le même champ juridique que l’assurance-vie ou la donation, ce type de testament suit certaines règles établies par la loi.

Ne pouvant être contesté, le testament notarié évite également les risques de destruction ou de perte. Sa date restant certaine, ce dernier demeure incontestable et juridiquement fiable.

 

Testament mystique

Le testament mystique est très rare. Il requiert la présence de deux témoins et doit être remis sous pli fermé au notaire. Après avoir donné un procès-verbal au testateur, le notaire enregistre le dossier au Fichier central de dispositions de dernières volontés.

Tout au long de cette procédure, le contenu du testament mystique n’est communiqué à personne. L’enveloppe reste scellée ! Dans ce document doivent néanmoins être mentionnés les noms des bénéficiaires d’un legs (en nature ou numéraire).

Outre la présence obligatoire d’un notaire et de deux témoins, la rédaction d’un testament mystique a un coût. Le dépôt chez le notaire s’élève à environ 26,92 euros hors taxes.

 

Quelles sont les règles à respecter ?

La rédaction d'un testament (olographe, authentique ou mystique) est soumise à quelques règles très strictes. Lorsque vous décidez de rédiger le testament par vos soins, ou de le prononcer devant un notaire et vos témoins, le libre consentement s'impose.

Le testateur ne doit pas présenter des troubles psychologiques. C’est par sa propre volonté qu’un individu décide de rédiger son testament et ne doit être soumis à aucune pression physique ou obligation morale. Sur le plan juridique, l'âge minimal légal pour la déposition de ce type de document est de 16 ans.

Diverses informations, qui vous semblent importantes, peuvent être mentionnées dans votre testament comme la donation de votre corps à des expériences scientifiques, par exemple.

Mais avant de rédiger vos derniers souhaits, commencez par répertorier vos biens. Seuls les biens individuels peuvent être légués. Vous pouvez faire appel à un professionnel pour l'évaluation des terrains, des maisons, des mobiliers et des bijoux. Cet acte évite toute forme de litiges entre vos héritiers après votre décès.

 

Que doit contenir un testament ?

Le testament peut déroger à toutes les règles imposées par la loi sur la succession. Ce document permet à tout un chacun de désigner ses héritiers. Aucun argument ni autres justificatifs ne peuvent annuler ou modifier les écrits dans le testament. Ainsi, un testament contient principalement la répartition de biens.

Pour commencer la rédaction, il convient de mentionner la date. Si plusieurs testaments ont été rédigés, seul le plus récent est considéré par le notaire. La mention obligatoire « ceci est mon testament » doit également être lisible dans le document.

Comme il s'agit d'un document officiel, il est nécessaire d'indiquer vos coordonnées, à savoir votre nom, date de naissance, adresse, profession, numéro de carte nationale d'identité/passeport. Toujours dans le corps du testament, indiquez toutes les informations concernant vos successeurs. Mentionnez leur nom complet, adresse, profession et surtout l'éventuel lien de parenté.

Vous pouvez léguer l'ensemble ou juste une partie de vos biens. Les héritages que vous n'avez pas attribués à une personne en particulier reviennent à vos héritiers légaux.

D’autres souhaits peuvent être indiqués dans ledit document comme la désignation d’un tuteur pour s’occuper de ses enfants ou de la personne chargée d’organiser vos funérailles.

 

Quels sont les interdits ?

Un testament devient invalide en cas de non-respect de certaines réglementations. Ce document doit, d’une part, être uniquement rédigé à la main. Un modèle saisi par ordinateur n’est pas valable aux yeux de la loi.

D’autre part, seule la signature du testateur est requise, car il s'agit d'un document personnel. Si vous l'avez écrit avec l'aide d'une tierce personne, il n’est pas validé par le professionnel juridique.

Le testament doit aussi être remis au notaire sous forme de papier. Les autres déclarations de types numériques, à savoir les enregistrements audio ou vidéo, n'ont aucun effet sur ledit document.

Il est déconseillé de photocopier un testament, quels que soient les motifs. Dans le cas où le papier original a disparu ou a été détruit, aucun recours n'est possible.

 

À combien peuvent s’élever les frais du notaire ?

En tant que professionnel libéral, le notaire a le droit de prélever des honoraires sur les actes réglementés. Lorsque le testament est déjà rédigé par le testateur, le professionnel juridique ne prélève que les droits de conservation de ce document qui s’élèvent à une trentaine d'euros.

Le testament authentique coûte plus cher. Comme le notaire se charge de la rédaction du document, la dépense peut dépasser les 140 euros.

Souvenez-vous cependant que seul le notaire peut légaliser le document en l’enregistrant au Fichier Central des Dispositions des Dernières Volontés (FCDDV) quel que soit le type de testament.

La révocation du testament coûte un peu plus de 30 euros. Au décès du client, les proches du défunt doivent payer une trentaine d'euros pour le PV d'ouverture du testament. En ce qui concerne un testament international, chaque notaire est libre d’imposer ses honoraires.

 

L'annulation d'un testament

Même si le testament est déjà intégré au Fichier Central des Dispositions des Dernières Volontés, certains testateurs peuvent changer d'avis. Changer de testament est possible lorsque vous avez oublié un détail important après réflexion ou si vous voulez ajouter un bénéficiaire ou déshériter l'un de vos enfants.

Il vous faut cependant indiquer la mention « je révoque toutes mes dispositions antérieures » si vous souhaitez procéder à l’annulation de vos précédentes volontés.

Après le décès du testateur, les héritiers peuvent également demander l'annulation du testament olographe ou authentique. Des preuves irréfutables doivent néanmoins être fournies comme une maladie psychologique ayant affecté le testateur au moment de la rédaction du document.

 

Quel lien entre l’assurance obsèques et le testament ?

Vous souhaitez alléger les dépenses de vos proches en cas de décès ? Souscrire à une assurance obsèques vous permet de payer tous les frais de vos funérailles. Il vous faut néanmoins, de votre vivant, réaliser un placement auprès d'une Mutuelle obsèques.

Chaque souscripteur choisit les prestations qu'il souhaite pour son incinération ou enterrement. À sa mort, un bénéficiaire reçoit le capital réuni par l'assureur pour l'organisation des funérailles. Le nom du bénéficiaire est, bien entendu, mentionné dans le testament afin d’éviter tout conflit.

La désignation de ce bénéficiaire reste en effet très importante. Il convient ainsi de rédiger un paragraphe sur l'identité de la personne en question. De cette manière, le risque de litige et un malentendu entre les proches du défunt sont réduits à néant.

Un notaire annonce la personne qui se charge de tous les détails des obsèques avec la somme que le défunt a réunie de son vivant. L’assureur débloque les fonds 2 jours après le décès du souscripteur, selon les termes inscrits dans le contrat.

Le testament rappelle également la préparation et le déroulement des obsèques : nature des funérailles, lieux de la cérémonie religieuse, proposition de l’agence funéraire à contacter, les thèmes des bouquets de fleurs, etc.

 

Avant de rédiger votre testament, vous devez donc prendre en considération les différentes règles juridiques en consultant un notaire, mais aussi bien choisir votre assurance obsèques. Que vous souhaitiez une assurance obsèques en prestations personnalisées ou en capital, pensez à toujours comparer les formules proposées.