Accueil > Environnement et Santé > Quelles sont les conséquences du tabagisme sur la santé?

Quelles sont les conséquences du tabagisme sur la santé?

Rappel historique

Les peuples aztèques et incas étaient les premiers à fumer le tabac, il y a plus de 3 000 ans. De nombreuses découvertes de fresques et de pipes récentes confirment cette thèse. C’est Christophe Colomb qui avait importé le tabac en Europe après un voyage à Cuba. À cette époque, on lui attribue plusieurs vertus thérapeutiques, raison pour laquelle il a eu énormément de succès.

Il a fallu attendre 1840 pour que la cigarette arrive en France. À l’époque, elle bénéficiait d’une grande popularité aussi bien dans chez la bourgeoisie que chez les paysans. Avec la révolution industrielle et la genèse des machines de production de masse, la consommation a connu une expansion à travers le monde. Toutefois, ce n’est qu’après la Deuxième Guerre mondiale que la cigarette s’est démocratisée, notamment à cause des GI américains.

De nos jours, il s’agit d’une industrie prospère qui brasse des centaines de milliards de dollars de chiffre d’affaires annuelles.

 

De quoi est composée une cigarette ?

Les ingrédients d’une cigarette sont nombreux. Dans la majorité des cas, les industriels gardent secrètes les formules qu’ils utilisent. On peut cependant identifier quelques composants, dont :

  • La nicotine : une substance chimique se fixant au cerveau et modifiant également son fonctionnement. Elle stimule la production de dopamine (hormone du plaisir) qui aboutit à une dépendance à long terme.
  • L’arsenic : un composant dangereux présent dans le tabac à cause de l’utilisation des pesticides chimiques.
  • Les agents de compositions : produits ajoutés par les fabricants afin de modifier le goût, la densité, l’humidité de la cigarette. Dans la majorité des cas, ils sont dangereux pour la santé.
  • L’ammoniac : une substance qui résulte de la combustion du tabac. Elle est nocive et favorise l’absorption de la nicotine par l’organisme.
  • Le benzène : une molécule mutagène qui se fixe dans les ADN des cellules et qui favorise l’apparition des cancers.
  • Le cadmium : un métal lourd responsable du jaunissement des dents, de la perte du goût et de l’odorat.
  • Le cyanure d’hydrogène : une molécule qui détruit les poumons et les voies respiratoires. Elle provoque souvent des irritations ainsi que des inflammations pouvant s’avérer dangereuses.
  • Le goudron : un produit qui se colle dans les voies respiratoires et qui noircit les poumons. Selon les estimations, une personne qui fume plus de 10 cigarettes par jour absorberait une tasse de goudron brut tous les ans.
  • Le monoxyde de carbone : substance qui affecte le transport de l’oxygène dans les organes notamment le cœur. La molécule affecte le fonctionnement des cellules. Elle est dangereuse surtout pour les femmes enceintes.
  • Le polonium 210 : isotope radioactif responsable de nombreux cancers du poumon.
  • L’oxyde d’azote : une molécule irritante qui cause des inflammations aigüe ou chronique dans les voies respiratoires.

Cette liste est loin d’être exhaustif, car on compte environ plus de 6 000 substances toxiques dans la cigarette. 50 d’entre elles sont d’ailleurs reconnues comme cancérigènes selon l’IARC (International Agency for Research on Cancer).

 

Quels sont les différents types de dépendances au tabac ?

La cigarette constitue une source de plaisir pour des millions de personnes à travers le monde. De nombreux facteurs peuvent intervenir pour créer une addiction. Sur ce point, voici trois types de dépendance.

 

La dépendance physique

Elle est due à la présence d’alcaloïde (nicotine) dans la cigarette. Cette molécule influe sur le fonctionnement des neurones en favorisant la production de dopamine. À chaque inhalation, le fumeur ressent un sentiment de bien-être. Le corps s’habitue très vite et en redemande.

On tombe dans un cercle vicieux dont il est difficile de s’extraire. C’est la dépendance ! En cas de sevrage brusque, les signes de manque se font ressentir et se traduisent par : 

  • Une nervosité
  • Une anxiété
  • Une perturbation du sommeil et de l’humeur
  • Un trouble de la concentration.

 

La dépendance psychologique

La dépendance psychologique s’installe lorsque le fumeur fait appel à la cigarette pour gérer son stress et son anxiété. Par la suite, le tabagisme est considéré comme une solution à ses problèmes. Finalement, cela devient un vice dont on s’en débarrasse difficilement !

 

La dépendance comportementale et environnementale 

Ici, l’addiction est liée à la pression sociale et à la convivialité de la cigarette. En effet, dès que l’on se retrouve avec des amis fumeurs, on a envie de fumer.

 

Tabagisme : quels dangers sur le cœur et les vaisseaux sanguins ?

La nicotine provoque une arythmie cardiaque (baisse ou accélération du rythme cardiaque). Cela s’explique par l’effet vasoconstricteur de cette molécule (rétrécissement des vaisseaux sanguins). À long terme, le tabagisme attaque les parois des artères et des veines qui impliquent de multiples troubles comme :

  • Une angine de la poitrine : douleur thoracique due à un manque d’oxygène du myocarde, le muscle cardiaque.
  • Un infarctus du myocarde : nécrose du muscle cardiaque due à une ischémie ou à l’obstruction de l’artère coronaire. C’est ce que l’on appelle communément « crise cardiaque ».
  • Un accident vasculaire cérébral (AVC) : déficit neurologique causé par une hémorragie au niveau du cerveau.
  • L’artériopathie oblitérante des membres inférieurs : lésions des artères au niveau des jambes.

 

Qu’en est-il de l’accroissement des risques de cancer ?

Le tabagisme crée et multiplie les cellules cancéreuses dans les organes. Parmi les organes présentant le plus de risque d’être affecté par la cigarette, on retrouve : 

  • Les poumons : environ 80 % des cancers des poumons sont imputables au tabagisme.
  • Le pancréas : le risque d’avoir le cancer du pancréas est multiplié par quatre pour un fumeur selon la revue médicale « Prescrire » n° 289 en 2007.
  • La bouche : selon la revue médicale « Prescrire », les risques d’apparition d’un cancer dans la cavité buccale sont multipliés par 9 pour un fumeur.
  • Les reins : le cancer des reins apparaît souvent chez les personnes qui fument plus de 5 cigarettes par jour.
  • L’estomac : la fumée des cigarettes contient des mutagènes capables de modifier le fonctionnement des cellules de l’estomac, des intestins et du foie.
  • Les seins : le tabagisme augmente considérablement les risques de développer un cancer du sein selon le scientifique Feldman JG dans L’« American Journal of Public Health » en 2006.
  • La vessie : les fumeurs sont beaucoup plus susceptibles de développer un cancer de la vessie que les non-fumeurs.
  • Le col de l’utérus : selon les statistiques, le cancer du col de l’utérus serait bien plus fréquent chez les fumeuses. La cigarette entraîne des infections des papillomavirus humains, à long terme, ce pathogène engendre des mutations irrégulières chez les cellules présentes dans le col de l’utérus.

 

Existe-t-il d’autres risques liés du tabagisme ?

Le tabagisme accentue la probabilité d’apparition de certains problèmes au niveau de l’organisme. Ainsi, ce dernier : 

  • Diminue la fertilité. En effet, chez l’homme, les produits chimiques dans la cigarette multiplient à court terme la production de spermatozoïde. Chez la femme, la fumée provoque des variations hormonales qui réduisent grandement la fécondité.
  • Favorise l’apparition du diabète de type 2.
  • Accroît l’apparition des infections ORL (oto-rhino-laryngologie).
  • Diminue la libido masculine. La fumée des cigarettes cause un dysfonctionnement des vaisseaux sanguins, ce qui risque de provoquer des troubles érectiles. À long terme, elle augmente les risques d’être impuissant.
  • Multiplie le risque d’insuffisance respiratoire. Le monoxyde de carbone dans la fumée de cigarette se fixe sur l’hémoglobine et se substitue à l’oxygène. Ce qui comporte un danger pour l’organisme en entier.
  • Augmente le risque de fausse couche, de malformations (bec de lièvre), de mortalité prénatale durant la grossesse.
  • Diminue les défenses immunitaires. Le tabac cause des troubles sur le fonctionnement de certains globules blancs. Ainsi, les fumeurs seraient plus exposés à des maladies virales ou bactériennes par rapport aux non-fumeurs.
  • Accroît le risque de parodontite. La fumée des cigarettes modifie le microbiote buccal, certains pathogènes pourront alors infecter le parodonte (gencive, le cément, l’os alvéolaire et le ligament alvéolo-dentaire).
  • Augmente les risques de dermatoses sur les lèvres. La fumée dégagée favorise l’apparition de kératoses et de carcinomes autour de la bouche.
  • Accélère le vieillissement cutané. Les cellules de l’épiderme chez les fumeurs se nécrosent plus vite que chez les non-fumeurs.

 

Quels sont les risques du tabagisme passif ?

Le tabagisme passif se définit comme étant une exposition involontaire d’un individu à la fumée de tabac qui se trouve dans l’environnement. La fumée est produite par diverses sources comme la pipe, le cigare, la cigarette ou encore par l’e-cigarette.

Le tabagisme passif présente un effet délétère sur la santé des enfants et des adultes. Voici les problèmes les plus rencontrés : 

  • L’asthme : une étude norvégienne menée par le docteur Skorge suggère que le tabagisme passif durant l’enfance et dans l’utérus aurait un lien avec la présence de l’asthme chez l’adulte.
  • La mort subite du nourrisson : c’est un décès inexpliqué et sans étiologie précise d’un bébé moins d’un an. L’exposition à la fumée des cigarettes in utero et à la naissance constitue un facteur de risque majeur de la mort subite.
  • Les infections respiratoires et otites : le spécialiste Surgeon General a révélé en 2006 que les enfants souffrant de tabagisme passif présentent d’énormes risques de pathologies infectieuses respiratoires des voies aériennes hautes et basses.
  • Les troubles comportementaux : selon une étude de l’Institut National de la Santé et de la Recherche médicale, il existerait un lien entre l’exposition au tabac et les problèmes psycho-intellectuels. La fumée influence ainsi la capacité cognitive des enfants.
  • L’allergie : le tabagisme passif constitue un risque de développer des allergies comme des dermatites et des hypersensibilités face aux protéines courantes (pollen, alimentaire, poussière, alimentaire).

 

Quels remèdes naturels utilisés pour arrêter le tabac ?

Il existe des techniques plus ou moins efficaces à essayer pour arrêter de fumer : 

  • L’hypnothérapie : le principe est assez basique, car le thérapeute utilise la volonté de son patient pour se défaire de la dépendance au tabac. Quelques séances suffisent pour vaincre une addiction légère à la cigarette.
  • La sophrologie : c’est une technique de respiration qui permet de maîtriser ses émotions. Elle s’adresse aux personnes qui fument lorsqu’elles sont angoissées ou stressées.
  • L’homéopathie : cette méthode permet de calmer les troubles d’addiction avec des granules spéciaux, mais dont l'efficacité réelle reste à prouver.
  • La phytothérapie : certaines plantes possèdent des vertus antidépresseurs et antistress. On peut citer, par exemple, la Valériane que vous pouvez consommer sous forme de gélules de 100 mg (2 fois par jours pendant un mois).
  • L’aromathérapie : les huiles essentielles permettraient de soulager le sentiment de manque durant le sevrage au tabac. Il existe des synergies d’huiles qui sont indiquées (Ylang-ylang complet, Niaouli, Marjolaine à coquilles, Bergamote). Pour en savoir davantage, contactez un spécialiste.
  • L’acupuncture : cette technique ancestrale du corps se base sur la stimulation des points vitaux dans le corps. Elle peut aider à atténuer les sensations de manque.
  • La mésothérapie : la méthode consiste à injecter une dose de médicaments ou de vitamine sur une partie de corps. Elle a pour effet de diminuer les problèmes d’addiction.
  • L’e-cigarette : la cigarette électronique est employée depuis peu par les personnes souhaitant arrêter le tabac. Le but ici consiste à diminuer progressivement la dose de nicotine dans l’e-cigarette.

 

Top des astuces pour stopper l’envie de fumer

Arrêter de fumer est certes difficile, mais il est important de s’y mettre pour rester en bonne santé. Voici donc des astuces pour vous aider à vous en détacher : 

  • Annoncez à votre entourage votre envie d’arrêter la cigarette. Ainsi, ils pourront vous réprimander en cas de non-respect du sevrage. Ils apporteront également leur soutien moral.
  • Bien vous hydrater. En cas d’envie, l’astuce consiste à boire de l’eau pour vous changer les idées.
  • Faire diversion, en s’occupant la tête (voir un film ou faire les comptes), afin d’oublier l’envie de fumer.
  • Réalisez des automassages pour éviter les sauts d’humeur. Pour ce faire, commencez à fermer les yeux. Puis, massez doucement les tempes pour terminer avec les mains.
  • Anticipez les situations à risques en identifiant préalablement les différentes circonstances qui sont susceptibles de vous faire fumer (prise de décision, visite d’un lieu public, rencontre avec une personne qui fume). Ainsi, vous avez une chance de déterminer à l’avance les différentes solutions possibles.
  • Utilisez des substitués comme le spray buccal, les pastilles ou encore les patchs. En effet, ces derniers permettent de diminuer progressivement la dose de nicotine. En cas de doute, consultez au préalable votre médecin.
  • Faites-vous accompagner par un tabacologue. Ce dernier joue le rôle de coach en vous motivant d’adopter les bonnes habitudes.
  • Faites du sport. Les activités physiques libèrent de l’endorphine ainsi que de la dopamine dans l’organisme. Ces hormones apportent une sensation de légèreté et de bien-être qui vous fait oublier le tabac.
  • Pensez à l’économie que vous allez faire. N’hésitez pas à faire un bilan vous permettant d’évaluer les bénéfices de votre sevrage. Cela boostera encore plus votre motivation !

 

Arrêt du tabac : que manger ?

Selon certains spécialistes, l’alimentation jouerait aussi un rôle important si vous souhaitez arrêter le tabac ! Voici les aliments à privilégier : 

  • Le lait et les produits laitiers : ils disposent d’une molécule capable de réduire l’activité de certains neurotransmetteurs responsable du désir.
  • Les légumes qui apportent les nutriments indispensables à l’organisme et modifient également le goût (le rendant désagréable) de la nicotine en bouche. Ils aident donc à renforcer la volonté d’arrêter de fumer.
  • Les poissons gras, riches en oméga 3 et en phosphore, qui renforcent le système nerveux ainsi que le système immunitaire.
  • Les fruits rouges apportant des antioxydants qui aident à diminuer vos envies de cigarettes.
  • La banane : elle vous apaise si vous êtes stressés à cause d’un manque de nicotine. Cette dernière possède des oligoéléments nécessaires pour calmer votre anxiété tout en renforçant votre système immunitaire.

 

Le tabac et la prise en charge par l’Assurance maladie

 

En cas de maladies aigües

Le remboursement des frais de santé dépend de la maladie causée par le tabac. Toutefois, sachez que l’Assurance maladie ne prend en charge que les soins et les examens faisant partie de la classification commune des actes médicaux (CCAM).

Toutefois, en cas de sevrage du tabac, l’Assurance maladie accompagne les assurés. Ainsi, les substituts nicotiniques sont remboursés à 65 %. Cependant, pour bénéficier de cette prise en charge, il convient de remplir certaines conditions : 

  • Obtenir une prescription des substituts nicotiniques de la part de son médecin
  • S’assurer que les substituts fassent partie de la liste acceptée par l’Assurance Maladie.

 

En cas d’affection de longue durée ou ALD

Si vous souffrez d’une affection de longue durée (ALD) dite « exonérante », peu importe sa cause (tabagisme, alcoolisme, prédisposition génétique), la Sécurité sociale rembourse à hauteur de 100 % les frais liés à votre maladie.

Ainsi, le remboursement de la Sécurité sociale inclut : 

  • Le coût de l’achat des médicaments ou éventuellement les frais d’hospitalisation
  • Les frais de consultation de votre médecin traitant ou d’un spécialiste
  • Le transport lié à l’examen de la maladie sous présentation d’une prescription médicale

Néanmoins, la Sécurité sociale ne couvre pas les dépassements d’honoraires. Celui-ci reste à votre charge (ou à la charge de la complémentaire santé).

Le tabac contient énormément de produits nocifs pour la santé. Ces derniers provoquent souvent des cancers, des complications aux troubles préexistants ou encore d’autres problèmes plus intimes (baisse de libido). Il s’agit donc d’un fléau qui gangrène la santé de millions de personnes à travers le monde ! La dépendance à la nicotine provoque des pathologies graves qui nécessitent des soins coûteux. Aussi, pour faire face aux dépenses, prenez le temps de bien choisir votre mutuelle. Cette dernière doit répondre à vos besoins (thérapies ou arrêt du tabac). Pour faire le bon choix, prenez le temps de comparer les formules.