Accueil > Environnement et Santé > Grippe, gastro, ... point sur les virus hivernaux

Grippe, gastro, ... point sur les virus hivernaux

Les différents types de virus hivernaux

Dans un mètre cube d’air, il existe environ 30 millions de virus. Parmi ces virus se trouvent :

  • Les virus respiratoires à l’origine du rhume, de la grippe saisonnière, de la bronchite, de la rhinopharyngite et de la bronchiolite chez les enfants.
  • Les virus responsables de la gastro-entérite (les norovirus ou calicivirus) qui affectent le système digestif.

 

Le mode de propagation des virus hivernaux

Comme les virus hivernaux sont présents dans l’air, ils se transmettent facilement en cas de :

  • Rapprochement direct avec une personne infectée
  • Utilisation d’objets contaminés
  • Contamination de l’air par les gouttelettes ou les microgouttelettes contenant les virus en cas d’éternuement ou de toux.

 

Les impacts de la contamination des virus hivernaux sur la santé

 

La grippe

La grippe, connue également sous le nom d’« influenza », est une infection virale qui s’attaque aux voies respiratoires. Elle commence généralement dès novembre et s’étend jusqu’en mars en touchant des millions de personnes en France. Elle dure 5 à 6 jours, du moins si elle n’est pas grave.

La grippe se manifeste par :

  • Une fièvre qui peut s’élever à 40 degrés
  • Des douleurs musculaires qui s’accompagnent de maux de tête plus ou moins intenses
  • La fatigue qui peut conduire à un malaise général
  • Un problème d’appétence
  • Des troubles des voies respiratoires comme la rhinite, la pharyngite ou encore la bronchite.

Certes, la grippe est une maladie bénigne chez les jeunes en bonne santé, mais elle est grave chez :

  • Les personnes âgées
  • Les personnes atteintes de troubles chroniques
  • Les femmes enceintes
  • Les personnes en surpoids ou atteintes d’obésité morbide
  • Les nourrissons.

À défaut d’une prise en charge rapide, la grippe peut se compliquer ! De ce fait, elle peut être à l’origine :

  • D’une infection pulmonaire grave à cause d’un virus ou d’une bactérie
  • De la complication d’un trouble chronique déjà existant tel que l’insuffisance cardiaque, la mucoviscidose, le diabète, la bronchopneumopathie chronique obstructive, la mucoviscidose, etc.

 

La gastro-entérite

La gastro-entérite est un trouble du système digestif causé par une infection virale ou bactérienne. Chaque année, celle-ci touche des millions de personnes, surtout les enfants. Mais, elle frappe également les adultes et les personnes fragiles.

La gastro-entérite se manifeste par les symptômes suivants :

  • Une diarrhée soudaine et aiguë dont la fréquence se situe entre 2 à 4 selles en une journée
  • Des nausées et des vomissements
  • Des crampes abdominales
  • Une fièvre plus ou moins élevée
  • Un sang dans les selles
  • Une déshydratation sévère
  • Une sensation de fatigue et des maux de tête.

Comme la grippe, la gastro-entérite est un trouble bénin pour les jeunes en bonne santé. Par contre, elle risque de causer une déshydratation sévère chez les enfants moins de 5 ans et les nourrissons. D’où l’intérêt de bien la traiter.

 

La bronchiolite

La bronchiolite est un trouble des voies respiratoires (les bronchioles) qui touche les nourrissons et les enfants moins de 2 ans. Elle est due par une infection virale (le virus respiratoire syncytial) qui apparaît le plus souvent en hiver. Comme la grippe, la bronchiolite est très contagieuse. Cette dernière peut dans ce cas frapper les enfants dans une même classe.

La bronchiolite se manifeste par les symptômes suivants :

  • Un rhume qui s’accompagne d’un écoulement nasal, d’une toux sèche et d’une petite fièvre
  • Des difficultés respiratoires se manifestant par une respiration sifflante
  • Une perte d’appétit
  • Un malaise général qui se manifeste par une agitation ou de la cyanose
  • Une quinte de toux fréquente.

Rappelons que la bronchiolite est considérée comme un problème de santé publique, car elle peut conduire à des détresses respiratoires chez les nourrissons. Dans ce genre de cas, l’hospitalisation est indispensable ! Sinon, cette maladie peut être à l’origine d’une infection pulmonaire virale.

 

Les mesures préventives à adopter pour éviter la contamination des maladies hivernales

Vous pouvez très bien prévenir l’arrivée ou la propagation des maladies hivernales et des petits maux en adoptant les bonnes mesures de précaution. Ce sont des gestes dits « barrières ».

 

Se laver les mains

Pour éviter d’attraper les maladies saisonnières ou les petits maux de l’hiver, vous devez nettoyer régulièrement les mains à l’eau et au savon pendant 30 secondes. Séchez-les ensuite à l’air libre ou avec une serviette propre. À défaut d’accès à l’eau, une solution hydroalcoolique constitue une excellente alternative.

Vous devrez généralement nettoyer les mains :

  • Après avoir pris contact avec une personne infectée ou avec des objets contaminés (poignées d’une porte, clés, billets d’argent, etc.)
  • Après chaque déplacement à l’extérieur, surtout si vous avez pris le transport en commun ou un taxi
  • Avant de vous occuper d’un enfant ou d’un bébé afin d’éviter que ce dernier contracte la bronchiolite
  • Avant de cuisiner, de servir à manger ou de déguster des plats
  • Après une visite chez une personne infectée
  • Après être allé aux toilettes.

 

Éternuer ou tousser dans le pli du coude

Ce geste est effectivement à adopter afin d’éviter de propager le virus à votre entourage. Si possible, vous êtes aussi invité à prendre une distance d’un mètre afin d’éviter la contamination.

 

Porter un masque dès l’apparition des premiers symptômes

Pour éviter la propagation, n’hésitez pas à porter un masque dès que les premiers signes de la maladie apparaissent. Cette mesure de précaution est indispensable si vous côtoyez des personnes fragiles ou sensibles.

Vous pouvez très bien utiliser un masque jetable à usage unique (à jeter après 4 heures) ou un masque réutilisable en coton (à nettoyer régulièrement).

 

Jeter directement les mouchoirs utilisés

Comme les virus peuvent survivre des heures sur les mouchoirs, n’oubliez pas de toujours les jeter après utilisation.

Certes, les maladies hivernales sont bénignes, mais elles peuvent être à l’origine de troubles graves, surtout chez les personnes sensibles et fragiles. Si tel est le cas, sachez qu’un traitement est indispensable, même s’il est assez coûteux. Afin de faire face à des frais médicaux élevés, tournez-vous vers une assurance santé. Celle-ci s’engage à prendre en charge tous les coûts, en fonction des garanties proposées. Mais avant d’en profiter, vous devez choisir la bonne assurance en réalisant un devis en ligne.