Accueil > Innovation médicale > La réalité virtuelle comme aide thérapeutique

La réalité virtuelle comme aide thérapeutique

Qu’est-ce que la réalité virtuelle ?

La réalité virtuelle vient de faire son entrée en médecine, un milieu dans lequel, elle pourrait s’épanouir d’ici quelque temps.

 

Le principe de la réalité virtuelle

Ne vous fiez pas uniquement à son apparence, la réalité virtuelle est plus qu’un simple casque recouvrant votre champ visuel. Elle regroupe plusieurs technologies qui vous plongent dans un monde totalement numérique.

En fait, la réalité virtuelle essaie de simuler votre présence dans un environnement artificiel. Bien évidemment, vous avez la possibilité d’interagir avec le monde dans lequel vous êtes plongé. Cette interaction est possible grâce à :

  • Casque audio qui permet d’entendre des sons, voire des musiques
  • Caméra qui capte les mouvements de votre corps, afin de vous permettre de vous déplacer dans l’environnement artificiel

certains patients portent d’ailleurs des équipements nécessaires (gants…) afin d’enrichir leurs expériences sensorielles (notamment pour pouvoir toucher les objets…).

 

La première utilisation de la réalité virtuelle en médecine

La réalité virtuelle se taille une place de choix en psychothérapie depuis son utilisation dans les années 1990. Les psychothérapeutes y font appel, afin d’aider leurs patients à vaincre leur phobie. En langage médical, on parle de « thérapie par l’exposition à la réalité virtuelle ».

Cette thérapie vous aide à affronter vos peurs. Comment ? Eh bien, en vous immergent dans les situations à l’origine de vos craintes et de votre anxiété. Résultat ! Vous vous croyez vraiment exposé à vos peurs. Votre psychothérapeute vous accompagne ainsi à affronter la situation dans laquelle vous êtes exposée.

Rassurez-vous, cette méthode moins invasive a déjà fait ses preuves. Les patients qui ont bénéficié de la méthode ont pu dépasser leur peur, quelle que soit sa nature (peur de l’avion, des oiseaux, de l’araignée, espace ouvert, espace fermé…)

 

Dans quel cas utiliser la réalité virtuelle ?

Au-delà de son utilisation en thérapie comportementale, la réalité virtuelle s’élargit vers le traitement des maladies, touchant principalement les personnes âgées comme :

 

Les douleurs

Si vous ressentez des douleurs, notez que la réalité virtuelle vous aide à les apaiser. Comment ? Grâce à son fonctionnement. En effet, comme elle vous plonge dans un monde totalement imaginaire ou virtuel, vous oubliez facilement vos douleurs. En fait, ce dispositif trompe votre cerveau, afin que ce dernier se concentre plus sur l’image, que sur votre maladie.  

D’après les études américaines, la réalité virtuelle permet de réduire de 35 à 50 % les douleurs ressenties par les grands brûlés.

Par la même occasion, la réalité virtuelle accélère le processus de guérison. Cette fois-ci, elle améliore votre moral grâce aux images 3D qu’elle procure. Il peut s’agir d’un voyage à la montagne, ou dans les temples anciens… Par conséquent, vous allez vous sentir moins stressés et moins anxieux.

 

L’Alzheimer

Alors que l’Alzheimer est la principale cause de démence chez les personnes âgées de plus de 65 ans, son traitement reste encore très peu efficace. Effectivement, la prise en charge médicamenteuse est controversée auprès des médecins.

Heureusement, la réalité virtuelle peut améliorer l’état des patients. Son approche est tout à fait différente, car elle propose un accompagnement dans la vie quotidienne. Prenons l’exemple d’un senior âgé de 75 ans qui se rappelle la manière de concocter un café, grâce à l’assistance de la réalité virtuelle.

Et plus encore… Les neuroscientifiques Allemands viennent de découvrir qu’elle permet de prévenir la survenue de cette maladie. Pour ce faire, ils ont créé une application qui vous incite à vous déplacer dans un labyrinthe virtuel. Si vous présentez des altérations de la navigation spatiale, vous risquez de souffrir d’Alzheimer d’ici quelques années.

Ce diagnostic précoce permet de :

  • Prévenir la survenance de cette maladie qui touche fréquemment les seniors en France
  • Débuter très tôt le traitement, afin d’éviter l’apparition des signes et les complications graves de la maladie.

 

La maladie de parkinson

Les chercheurs russes (l’Université Polytechnique de Tomsk et l’Université Médicale de Sibérie) viennent de démontrer l’efficacité de la réalité virtuelle sur le traitement de la maladie de Parkinson, Alzheimer et de la sclérose en plaques.

D’après leurs études, la réalité virtuelle peut identifier les premiers signes de ces 3 pathologies, qui touchent principalement les personnes âgées. Le diagnostic est simple : elle vous plonge dans un espace virtuel dans lequel vous êtes amené à réaliser plusieurs missions. Pendant ce temps, votre médecin effectué de son côté des tests d’évaluation qui consistent à enregistrer vos mouvements.

Résultat ! L’expérience lui permet d’évaluer votre activité cérébrale, grâce à laquelle, il peut détecter une éventuelle anomalie.

La réalité virtuelle a déjà tenu ses promesses pour le traitement des douleurs causées par :

  • Cancer
  • Postopératoire
  • Troubles de l’articulation

 

L’aide pour les patients en fin de vie

La réalité virtuelle aide les patients en fin de vie. Ici, son intervention leur permet de réaliser leur dernière volonté. Prenons l’exemple d’un senior qui peut visiter artificiellement la France grâce au port d’un casque virtuel. La réalité virtuelle permet de soulager leurs stress, leurs souffrances et leurs angoisses liés à leur âge et éventuellement à leur maladie.

 

Les maladies nécessitant une hospitalisation prolongée

Certaines maladies chroniques ou graves nécessitent une hospitalisation de longue durée. Un séjour prolongé est pourtant vu d’un mauvais œil par les patients. Au bout de quelques jours, ces derniers commencent à se déprimer. Pire ! Ce sentiment altère la récupération et le processus de guérison.

Alors pour y faire face, les médecins recourent à la réalité virtuelle. Cet outil technologique plonge effectivement les patients dans un environnement plus positif que leur maladie. Par conséquent, ils ressentent moins de stress et de dépression.

La réalité virtuelle permet ainsi de :

  • Accélérer le processus de guérison (le séjour à l’hôpital devient plus court que prévu)
  • Améliorer l’état émotionnel du patient

En plus, à la différence des autres méthodes (prise d’antidépresseur par exemple), elle ne provoque aucun effet secondaire, à condition de respecter les modes d’utilisation bien sûr.

 

Comment la réalité virtuelle peut-elle aider les professionnels de santé ?

L’usage de la réalité virtuelle s’étend à la formation professionnelle. Elle constitue un outil d’apprentissage pour le corps médical. Son utilisation permet de gérer le stress.

 

Un outil de formation pour le corps médical

La réalité virtuelle est un excellent outil à la disposition du corps médical. Tout simplement parce qu’elle propose une expérience pratique et sensorielle aux médecins internes. Ces derniers peuvent simuler une opération chirurgicale qui leur permet d’apprendre les bonnes techniques et de découvrir les éventuels risques.

 

Un dispositif préparant au stress

La réalité virtuelle prépare au stress. Les médecins peuvent par exemple y recourir pour se plonger dans un environnement oppressant (catastrophes naturelles, manque d’hôpitaux…).

Cet outil technologique permet :

  • D’améliorer leurs compétences à faire face aux situations de crises
  • Trouver les solutions de prévention nécessaire

 

Comment utiliser correctement la réalité virtuelle ?

Bien qu’elle ne provoque aucun effet indésirable grave, évitez d’abuser de la réalité virtuelle. Alors, avant de l’utiliser, renseignez-vous sur les points suivants :

 

Les effets indésirables

Certains patients peuvent ressentir les effets indésirables suivants en cas d’utilisation de la réalité virtuelle :

  • sécheresse oculaire
  • Maux de tête
  • Nausées

 

Les précautions d’usage

Déjà, comme la réalité virtuelle vous invite à porter un casque, évitez l’usage prolongé. La lumière bleue émise par l’écran peut causer des désagréments, surtout chez les enfants.

En outre, son usage doit se faire de manière progressive chez les personnes âgées. Si possible, choisissez un modèle léger et moins encombrant, afin de limiter les désagréments.

 

Les contre-indications

Malgré ses bienfaits thérapeutiques, la réalité virtuelle ne convient pas à tout le monde. Sans l’avis médical, elle est contre-indiquée chez les personnes souffrant de :

  • Angoisse
  • Épilepsie
  • Paranoïa
  • Schizophrénie
  • Stress
  • Troubles cardiaques…

Et par-dessous tout, évitez d’utiliser la réalité virtuelle chez les enfants moins de 15 ans. La proximité de l’écran à leurs yeux peut occasionner des désagréments plus ou moins graves, comme la myopie, la fatigue…

 

Le remboursement des objets connectés

La réalité virtuelle vient de rejoindre la grande famille des objets connectés. En possédant cette qualité, sa prise en charge n’est pas systématique. La sécurité sociale intervient à condition que son utilisation soit :

  • Prescrit par votre médecin, ou un professionnel de santé
  • Figure dans la liste des prestations et des produits remboursables
  • Respecte les normes

 

Conclusion

Depuis son arrivée dans les années 90, la réalité virtuelle a déjà fait ses preuves dans en médecine. Et pour cause, elle complète la thérapie comportementale et cognitive. Ce n’est pas tout, elle pourrait constituer un traitement efficace contre de nombreuses pathologies, comme l’Alzheimer, la sclérose en plaques... Quant à la prise en charge, elle dépend de votre maladie. La sécurité sociale rembourse sous certaines conditions. Alors, obtenez une meilleure intervention en souscrivant à un complémentaire santé. Santors vous accompagne à trouver la bonne.