Accueil > Innovation médicale > Réalité virtuelle et soins

Réalité virtuelle et soins

La VR, c’est quoi ?

 

Le principe de fonctionnement

La réalité virtuelle a été développée il y a plusieurs années pour les astronautes de la NASA. Il s’agit d’un ensemble d’appareils permettant à une personne de s’immerger entièrement dans un monde virtuel. La majorité des sens (vue, toucher, ouïe) sont connectés à des capteurs afin d’interagir dans un univers complètement artificiel et numérisé.

Avec les avancées technologiques actuelles, comme la nette augmentation de la puissance de calculs des processeurs, tout le monde peut désormais essayer cette technologie. Elle est d’ailleurs compatible avec les smartphones haut de gamme du moment. Elle représente une avancée convaincante grâce aux recherches de nombreux acteurs à l’instar d’Apple, de Samsung ou encore de Google.

 

Les domaines d’application

La VR est maintenant assez mature pour que son application dans différents domaines devienne une évidence. Elle est, par exemple, présente dans : 

  • Le monde du jeu vidéo : les joueurs sont transportés dans un monde où l’immersion atteint des niveaux surprenants.
  • Le monde du cinéma : les téléspectateurs sont au cœur des films. Ils peuvent donc ressentir plus d’émotions durant le long métrage.
  • Le monde de la médecine : la VR présente des intérêts certains aussi bien pour les malades que pour les professionnels. Cette technologie ouvre de nombreuses perspectives pour traiter divers troubles.

 

La réalité virtuelle pour les patients

 

Un support contre les douleurs

C’est en 2017 qu’une équipe de plusieurs spécialistes suisses est parvenue à démontrer l’efficacité de la VR dans le traitement des douleurs fantômes survenant chez les personnes amputées ou paraplégiques.

Le fonctionnement est assez simple : un stimulus est envoyé dans le cerveau grâce aux dispositifs de réalité virtuelle. Cela permet de donner l’illusion aux patients de sentir encore tous les membres. Avec cette technique, la douleur fantôme est divisée par deux.

Selon une étude récente américaine, l’emploi de la VR réduit de 35 à 50 % les douleurs ressenties par les grands brûlés. Le mode de fonctionnement reste le même, car le patient est immergé dans un monde totalement numérique. Cela permet au cerveau d’être occupé et de ne pas sentir les douleurs.

 

Une lutte contre stress dans les hôpitaux

Dans les centres de soins, les patients souffrent le plus souvent de stress. Il est donc important d’instaurer un cadre calme et divertissant pour les malades. Pour arriver à cette fin, l’utilisation de la réalité virtuelle peut être une solution.

Grâce à cette technologie, les patients peuvent s’échapper virtuellement de leurs situations ce qui permet d’améliorer leur bien-être. Concrètement, le niveau de stress et d’anxiété est réduit grâce au pouvoir relaxant du VR.

Dans le même ordre d’idées, la VR est utilisée dans les différents cours de relaxation afin de diminuer le taux de cortisol dans l’organisme. Cette technologie s’avère donc efficace pour soulager le stress !

 

Pour les patients en fin de vie

Lorsqu’une personne est mourante (phase terminale d’une maladie, vieillesse...), les médecins proposent souvent une petite escapade en réalité virtuelle pour les patients. Grâce à la VR, ces derniers peuvent, par exemple, exaucer leur souhait et visiter un lieu avant de mourir.

Le personnel soignant a constaté que les individus ayant vécu ce genre d’expérience se sentaient mieux et soulagés d’avoir réalisé une dernière volonté avant de partir.

 

La VR pour lutter contre les phobies

Selon les chiffres de l’INSERM, la prévalence des phobies varie entre 3 à 13 % dans la population française. Ce trouble peut être traité grâce à une accoutumance par échelonnage. En d’autres mots, on expose le patient à une situation où il doit être en contact avec sa phobie. À force d’exercice, la peur irraisonnée peut être combattue.

Avec l’aide de la réalité virtuelle, c’est évidemment beaucoup plus simple de mener ce type d’expériences.

 

La réalité virtuelle pour prévenir les maladies neurodégénératives

Rien qu’en France, il y aurait plus d’un million de personnes touchées par la maladie d’Alzheimer et de Parkinson. Cela risque évidemment d’augmenter dans les prochaines années à cause du phénomène de vieillissement de la population.

Grâce à la réalité virtuelle, les neuroscientifiques allemands peuvent prévenir les maladies neurodégénératives. Ils ont mis en place des applications comme des labyrinthes virtuels qui vous aident à faire travailler vos méninges. Cela permet ainsi de : 

  • Prévenir la survenance de cette maladie
  • Débuter très tôt le traitement.

 

La réalité virtuelle pour les professionnels de santé

 

Un support de formation intéressante

La réalité virtuelle est un outil intéressant pour les professeurs en médecine. Ils peuvent, par exemple, simuler plusieurs situations immersives avec le dispositif. L’apprenant peut ainsi s’habituer au terrain, car il est proche de la réalité. Il n’est pas rare que les casques de VR soient présents dans les hôpitaux pour les internes. Ces derniers peuvent évidemment s’initier aux différentes techniques de la chirurgie via la VR.

 

Un dispositif simulant un niveau de stress

La VR permet aux étudiants d’être en situation de stress. Cela les habitue ainsi à faire face aux problèmes dans la réalité. En effet, grâce aux casques VR, on peut s’immerger dans un monde oppressant. C’est l’idéal afin : 

  • D’améliorer les techniques
  • De trouver les solutions même sous pression.

 

Les risques concernant l’usage de la VR

Malgré le fait que les casques VR se démocratisent de plus en plus, il faut mentionner quelques effets secondaires. Cette technologie possède encore une marge d’évolution importante. Pour le moment, elle peut engendrer des troubles plus ou moins graves comme : 

  • Des nausées (inconfort gastrique) : cela peut s’expliquer par l’emballement du cerveau. En d’autres termes, les stimuli qu’il reçoit sont incompatibles avec les mouvements. Cela peut être assimilé par le mal de transport.
  • Des crises d’épilepsie (une forte intensité qui émane des casques de VR) peuvent faire dérailler le système nerveux central. Il en résulte des convulsions involontaires qui peuvent s’avérer dangereux. Des utilisateurs de casques VR ont rapporté l’augmentation du nombre de crises après l’usage d’un casque VR.
  • Des troubles de la vision qui peuvent se traduire par une sécheresse oculaire. La VR peut causer une fatigue et de l’irritation au niveau des yeux.
  • Des risques de confusion entre le monde réel et le monde virtuel, même si aucune étude sérieuse ne relate ce problème. L’immersion dans un univers virtuel compose des risques de dépendance (comme dans les jeux de MMORPG).

Tout cela démontre que l’usage d’un VR dans le cadre de la médecine doit faire l’objet d’un suivi rigoureux. La décision du recours à cette technologie doit être le fruit d’une concertation profonde.

 

Conclusion

Grâce à un développement exponentiel de la puissance des ordinateurs d’aujourd’hui, tout le monde peut désormais bénéficier d’une expérience de réalité virtuelle. Les grandes entreprises proposent des modèles plus ou moins abordables pour essayer cette nouvelle technologie. À part le secteur du divertissement, le domaine de la médecine bénéficie également des avantages qu’apporte ce nouveau dispositif. En effet, il apporte une contribution non négligeable concernant les soins de diverses maladies, notamment neurodégénératives.

Mais, le recours à la VR n’est pas encore pris en charge par la Sécurité sociale. Pour espérer une prise en charge, souscrivez à une bonne mutuelle. Pour en trouver, comparez les différentes formules à l’aide de Santors, un outil pensé pour votre bien-être.