Infarctus du myocarde : tout ce qu’il faut savoir

La définition de l’infarctus du myocarde

L’infarctus du myocarde est le nom médical de la crise cardiaque. Elle se produit lorsque le cœur est privé d’oxygène. Le flux sanguin vers le muscle cardiaque est brusquement interrompu en raison d’un blocage d’une ou de plusieurs artères, provoquant des dommages sérieux au niveau des tissus cardiaques.

Le cœur est au centre du système de circulation sanguine du corps. C’est le seul organe qui possède son propre type de muscle, appelé muscle cardiaque. Il est responsable du pompage des volumes nécessaire au fonctionnement du corps 24h/24 et 7j/7. Le corps possède différents types de vaisseaux sanguins dont la fonction principale est de distribuer le sang à travers tout le corps. Il s’agit notamment des artères, qui transportent le sang oxygéné.

En tant que voie du sang, les artères doivent rester ouvertes à tout moment. Cependant, ils peuvent être bloqués, empêchant ainsi la circulation du sang à travers toutes les parties du corps. Lorsque le cœur ne reçoit pas l'oxygène dont il a besoin, les cellules du cœur, qui constituent les muscles, commencent à mourir (nécrose). La personne peut alors subir un arrêt cardiaque, où le cœur cesse de pomper le sang, ainsi que des accidents vasculaires cérébraux, un anévrisme (affaiblissement des artères pouvant entraîner une rupture), une insuffisance cardiaque et la formation de caillots sanguins.

 

Les causes de l’infarctus du myocarde

Plusieurs facteurs peuvent conduire à un blocage des artères coronaires :

 

Le mauvais cholestérol

Le mauvais cholestérol, également appelé lipoprotéine de basse densité (LDL), est l'une des principales causes de blocage dans les artères. Le cholestérol est une substance incolore présente dans les aliments que vous mangez. Votre corps en produit également naturellement. Tous les cholestérols ne sont pas mauvais, mais le cholestérol LDL peut coller aux parois de vos artères et former de la plaque, une substance dure qui bloque la circulation sanguine dans les artères. Les plaquettes sanguines, qui aident le sang à coaguler, peuvent coller à la plaque et s'accumuler avec le temps.

 

Les graisses saturées

Les graisses saturées peuvent également contribuer à l'accumulation de plaque dans les artères coronaires. Les graisses saturées se trouvent principalement dans la viande et les produits laitiers, y compris le bœuf, le beurre et le fromage. Ces graisses peuvent entraîner un blocage artériel en augmentant la quantité de mauvais cholestérol dans votre système sanguin et en réduisant la quantité de bon cholestérol.

 

Les gras trans

Les gras trans ou graisses hydrogénées sont un autre type de graisse qui contribue à l’obstruction des artères. Les gras trans sont généralement produits artificiellement et peuvent être trouvés dans une variété d'aliments transformés. Les gras trans sont généralement inscrits sur les étiquettes des aliments sous forme d'huile hydrogénée ou d'huile partiellement hydrogénée.

 

Les facteurs de risque de l’infarctus du myocarde

Lorsqu’on parle d’infarctus du myocarde, il existe certains facteurs qui peuvent augmenter le risque de subir une crise cardiaque.

 

Hypertension artérielle

Si vous souffrez d’hypertension, vous aurez plus de risque de faire un infarctus du myocarde. À mesure que la pression artérielle augmente et dépasse le seuil normal, le risque de développer des problèmes cardiaques augmente également. Une hypertension artérielle endommage vos artères et accélère l’accumulation de plaque.

 

Un taux de cholestérol élevé

Un taux de cholestérol élevé augmente le risque de faire un infarctus du myocarde. Vous pouvez réduire votre taux de cholestérol en modifiant votre alimentation ou en prenant certains médicaments contenant des statines.

 

Un niveau élevé de triglycérides

Un taux élevé de triglycérides dans le sang augmente également le risque de crise cardiaque. Les triglycérides sont un type de graisse qui obstrue les artères coronaires. Les triglycérides présents dans la nourriture que vous mangez voyagent dans votre sang jusqu'à ce qu'ils soient stockés dans votre corps, généralement dans vos cellules graisseuses. Cependant, certains triglycérides peuvent rester dans vos artères et contribuer à l'accumulation de plaques.

 

Le diabète et un taux élevé de sucre dans le sang

Le diabète est un facteur qui augmente le taux de sucre ou de glucose dans le sang. Une glycémie élevée peut endommager les vaisseaux sanguins et éventuellement conduire à une maladie coronarienne. Il s'agit d'un problème de santé grave qui peut déclencher des crises cardiaques chez certaines personnes.

 

L’obésité

Vos chances d'avoir une crise cardiaque sont plus élevées si vous êtes en surpoids. L'obésité est associée à diverses conditions qui augmentent le risque de crise cardiaque, notamment le diabète, l’hypertension, un taux élevé de cholestérol, et un taux élevé de triglycérides.

 

L’âge

Le risque de crise cardiaque augmente avec l'âge. Les hommes courent un risque plus élevé de crise cardiaque après 45 ans, et les femmes sont plus vulnérables à l’infarctus du myocarde après 55 ans.

 

L’hérédité

Vous serez plus susceptible de faire un infarctus du myocarde si vous avez des antécédents familiaux de maladie cardiaque précoce. Le risque sera particulièrement élevé si vous avez des membres de la famille de sexe masculin qui ont développé une maladie cardiaque avant 55 ans ; ou de sexe féminin qui ont développé une maladie cardiaque avant 65 ans.

Il existe de nombreux facteurs qui peuvent augmenter le risque de crise cardiaque. On peut également citer : le stress, le manque d’exercice physique, et les antécédents de prééclampsie ou d’hypertension artérielle pendant la grossesse.

 

Les symptômes d’un infarctus du myocarde

L'un des symptômes classiques d'une crise cardiaque c’est une forte douleur thoracique, que l’on appelle également angine de poitrine. Il est souvent décrit comme une sensation de resserrement ou d'inconfort au niveau la poitrine. La principale différence entre une crise cardiaque et une douleur thoracique régulière est que la dernière disparaît, mais pas la première.

Parmi les autres symptômes d’un infarctus du myocarde, on citera notamment :

  • La fatigue
  • L’essoufflement ou difficulté à respirer
  • Des douleurs d'estomac
  • Une transpiration abondante
  • La nausée
  • Des étourdissements
  • Une douleur dans le haut du torse comme le cou ou la mâchoire
  • Une douleur dans les bras et le dos

Il est essentiel de noter que même si les hommes et les femmes peuvent partager ces symptômes, il existe quelques différences. Par exemple, les femmes ont tendance à les ressentir de manière plus subtile, ce qui peut les empêcher de rechercher immédiatement de l'aide.

 

Comment diagnostiquer l’infarctus du myocarde ?

Pour déterminer si vous avez eu une crise cardiaque, votre médecin écoutera votre cœur pour vérifier les irrégularités dans votre rythme cardiaque. Il peut aussi tout simplement mesurer votre tension artérielle. Votre médecin effectuera également un certain nombre de tests différents s'il soupçonne que vous avez eu une crise cardiaque. Un électrocardiogramme (ECG) peut être fait pour mesurer l'activité électrique de votre cœur. Des tests sanguins peuvent également être nécessaires pour vérifier la teneur des protéines associées aux lésions cardiaques, telles que la troponine.

Les autres tests de diagnostic sont :

  • Le test de stress : pour voir comment votre cœur réagit à certaines situations,
  • Une angiographie : avec cathétérisme coronaire pour rechercher les zones de blocage dans les artères,
  • Un échocardiogramme pour aider à identifier les zones de votre cœur qui ne fonctionnent pas correctement.

 

Comment traite-t-on l’infarctus du myocarde ?

Un infarctus du myocarde nécessite un traitement immédiat. La plupart des traitements commencent dans la salle d'urgence. Une procédure appelée angioplastie peut être utilisée pour débloquer temporairement les artères. Lors d'une angioplastie, votre chirurgien insérera un long tube fin appelé cathéter dans votre artère pour atteindre la zone de blocage. Ils gonflent alors un petit ballon attaché au cathéter afin de rouvrir l'artère, permettant une reprise du flux sanguin. Votre chirurgien peut également placer un petit tube en maille sur la zone obstruée. Ce dispositif peut empêcher l'artère de se refermer.

Votre médecin peut également effectuer un pontage aorto-coronarien (PAC) dans certains cas. Avec cette technique chirurgicale, votre chirurgien utilisera des vaisseaux sanguins prélevés dans une autre zone de votre corps pour contourner les artères endommagées. Un PAC est parfois effectué immédiatement après une crise cardiaque. Dans la plupart des cas, cependant, elle est effectuée plusieurs jours après l'incident afin que votre cœur ait le temps de se remettre de l’incident.

 

Traitement médicamenteux de l’infarctus du myocarde

Un certain nombre de médicaments différents peuvent également être utilisés pour traiter une crise cardiaque :

  • Les anticoagulants, tels que l'aspirine, sont souvent utilisés pour détruire les caillots sanguins et améliorer la circulation sanguine dans les artères.
  • Les thrombolytiques sont efficaces pour dissoudre les caillots.
  • Les médicaments antiplaquettaires, tels que le Clopidogrel, peuvent être utilisés pour empêcher la formation de nouveaux caillots et pour détruire des caillots existants.
  • La nitroglycérine peut être utilisée pour élargir vos vaisseaux sanguins.
  • Les bêtabloquants abaissent votre tension artérielle et détendent votre muscle cardiaque. Cela peut aider à limiter les dommages causés sur votre cœur.
  • Des analgésiques peuvent être utilisés pour réduire tout inconfort que vous pourriez ressentir.

 

Conclusion

L’infarctus est un incident relativement courant dont personne n’est à l’abri. Il existe toutefois de nombreuses mesures pour prévenir l’infarctus du myocarde. La meilleure façon de réduire le risque est d’adopter un régime alimentaire sain. Faire de l’exercice régulièrement améliore également la santé cardiovasculaire et réduit donc le risque d’infarctus.

L’infarctus est classé par les Affections de Longue Durée (ALD). Son traitement est donc pris en charge par la Sécurité sociale. Mais puisque mieux vaut prévenir que guérir, la souscription d’une mutuelle santé est conseillée pour vous permettre d’accéder à tous les soins préventifs dont vous auriez besoin. Trouvez celle qui vous correspond le mieux avec le comparateur en ligne Santors.

Ces articles pourraient également vous intéresser !

Tout savoir sur la migraine ophtalmique

La migraine ophtalmique peut rapidement devenir invalidante sans traitement adapté. On vous expl…

Les différences entre l’arthrose et l’arthrite

L’arthrose et l’arthrite sont deux pathologies distinctes qui touchent de nombreuses personnes e…

Tout savoir sur la diverticulite

La diverticulite est une inflammation à priori bénigne mais qui peut provoquer des problèmes plu…

Tout savoir sur les calculs rénaux

Pathologie courante qui affecte environ 10 % des Français, les calculs rénaux peuvent être sourc…

Tendinite de l'épaule : que faut-il faire en cas de douleur ?

Vous souffrez d’une tendinite de l’épaule ? Découvrez les différents symptômes d’une tendinite e…

Soigner le zona : ce qu’il faut savoir

Le zona est une maladie redoutée qui provoque de vives douleurs. On vous fait découvrir les trai…

Découvrez les tarifs des assurances santé 2022 pratiqués dans votre région et comparez ! Découvrez les tarifs des assurances santé 2022 Télécharger le guide