Accueil > Les médicaments > La cortisone, un puissant anti-inflammatoire

La cortisone, un puissant anti-inflammatoire

Qu’est-ce que la cortisone ?

Également connue en tant que « corticoïdes », « corticostéroïdes », « anti-inflammatoires stéroïdiens » ou encore « glucocorticoïdes », la cortisone peut être prescrite dans de différentes indications thérapeutiques. Il s’agit en effet d’une molécule de synthèse à base d’une hormone naturelle appelée le « Cortisol ».

Ce dernier est secrété par les des glandes surrénales, les deux glandes se trouvant au-dessus des reins. Il participe au bon fonctionnement de notre organisme grâce à ses propriétés anti-inflammatoires. Il agit également en cas d’allergie ou de troubles auto-immuns.

 

Quelles maladies sont soignées avec de la cortisone ?

Agissant sur les cellules de tout l’organisme, la cortisone permet de traiter un grand nombre de maladies :

 

Les maladies rhumatologiques

Elle est indiquée aux patients atteints de maladies rhumatismales. Elle est en plus très efficace pour lutter contre les inflammations, pour diminuer les douleurs et les raideurs articulaires en cas de polyarthrite rhumatoïde, de PPR (pseudopolyarthrite rhizomélique) ou de maladie de Horton.  

 

Les maladies des voies respiratoires et ORL 

Les corticoïdes peuvent être prescrits aux personnes souffrantes de maladies respiratoires tels que l’asthme, la fibrose pulmonaire, la BPCO (Broncho-pneumopathie chronique), la laryngite, la sinusite ou encore la rhinopharyngite.

 

Les maladies neurologiques 

En cas de problèmes neurologiques comme la paralysie faciale ou la sclérose en plaques, le médecin peut prescrire un traitement par cortisone.

 

Le cancer 

Dans la mesure où la cortisone est avant tout utilisée comme anti-inflammatoire, elle peut être prescrite pour soulager la souffrance d’un malade atteint de cancer, tel qu’une leucémie.

 

Les allergies et les maladies de peau 

On peut recourir aux corticoïdes pour traiter l’œdème de Quincke, les allergies chroniques, ainsi que les diverses maladies de peau comme l’eczéma, la dermatite atopique, l’urticaire et le prurit.

 

Les troubles gastro-intestinaux 

Les maladies digestives comme la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique peuvent être soignées par cortisone.

La cortisone peut également soigner les maladies immunitaires, les maladies de l’œil, les maladies rénales, la maladie d’Addison… Les patients qui ont subi des transplantations d’organes ou de tissus peuvent également prendre des corticoïdes.

À noter, la cortisone est administrée par voie orale et piqûre intramusculaire, intraveineuse ou par voie locale intra articulaire, selon la pathologie à traiter et le cas du patient. Elle est délivrée uniquement sur prescription médicale, et sa prise peut être de longue ou de courte durée.

Il existe aussi des dermocorticoïdes qui sont des crèmes à base de cortisone, que l’on peut appliquer directement sur la peau en cas d’eczéma, entre autres.

 

Quels sont les effets secondaires de la cortisone ?

Nombreux sont les risques et effets indésirables des corticoïdes :

 

La prise de poids  

Un patient sous traitement par corticoïdes est sujet à la prise de poids, visible au niveau du visage et du tronc. En effet, la prise de ce médicament provoque de l’hyperphagie, un trouble alimentaire caractérisé par une augmentation d’appétit, voire une sensation de faim excessive. Aussi, cela peut modifier la répartition des graisses dans l’organisme, surtout chez les femmes.

 

La rétention d’eau et de sel 

Le corps peut se mettre à retenir l’eau et le sel, ce qui peut causer des œdèmes, un embonpoint ou une augmentation de la tension artérielle.

 

Le diabète

En prenant de la cortisone, le risque de diabète augmente car le taux de glucose dans le sang peut être modifié par ce médicament. Il est donc conseillé de limiter le sucre notamment les sucres rapides tels que les pâtes, le riz et les gâteaux.

 

L’ostéoporose 

La cortisone fragilise l’os, les muscles et les tendons, ce qui peut provoquer un risque de fracture et d’ostéoporose. D’où l’importance d’assurer l’apport en calcium, en consommant des produits laitiers par jour, par exemple.

 

Les troubles de l’humeur 

Ces troubles peuvent être mineurs ou majeurs, selon les circonstances. Le malade peut avoir des troubles du sommeil, des troubles de la mémoire ou des troubles psychiques comme la dépression ou l’euphorie marquée.

D’autres effets comme des troubles digestifs (crampes au niveau de l’estomac, ulcère, pancréatite, etc.), tremblements fins des mains, fragilité de la peau (vergetures, sécheresse, dépigmentation, augmentation de la pilosité, augmentation de risques d’infection, vergetures, difficultés pour cicatriser, etc.), problèmes oculaires (glaucome, cataracte…), troubles sexuels ou retard de croissance chez l’enfant peuvent également être remarqués pendant la prise de la cortisone.

Sachez que l’importance de ces effets secondaires dépend la durée du traitement, de l’état de santé du patient, de la voie d’administration, etc.

 

La dépendance physique à la cortisone

Si vous êtes sous corticothérapie pendant une longue période, il est tout à fait normal qu’avec le temps, votre organisme finisse par s’habituer à la présence du médicament. Vous ressentez ainsi une certaine addiction, une dépendance physique ou psychique. Mais, il est possible de s’en passer. Un arrêt soudain est toutefois à éviter. Vous souhaitez vous sevrer de la cortisone ? Parlez-en à votre médecin, il pourra réduire progressivement les doses du médicament, tout en vous assurant un suivi médical pendant le sevrage.

 

La cortisone, sur prescription médicale uniquement

Les corticoïdes agissent comme anti-inflammatoires, anti-allergies ou immunosuppresseurs. Ils sont prescrits pour soigner différents maux. La durée d’utilisation peut varier en fonction de la pathologie. Sur le court terme, les risques sont minimes, les effets indésirables se manifestent de manière limitée.

Cependant, comme tout médicament, des effets indésirables apparaissent suite à sa prise prolongée. Un suivi médical strict est  donc nécessaire tout au long du traitement. Par la même occasion, n’oubliez pas de pratiquer régulièrement des exercices physiques adéquats et de maintenir une alimentation saine et équilibrée.

La mutuelle santé peut prendre en charge tout ou une partie de votre traitement par cortisone. Rendez-vous sur SANTORS, votre comparateur de mutuelles pour trouver la mutuelle correspondant à vos besoins et à votre budget.