Accueil > Les médicaments > Lévothyroxine sodique : de quoi s’agit-il exactement ?

Lévothyroxine sodique : de quoi s’agit-il exactement ?

La thyroïde est un organe qui se situe à la base du cou. Cette glande se présente sous une forme de papillon et reste en mouvement pendant la déglutition. Pour assurer ses fonctions, il est important d’assurer l’équilibre des hormones thyroïdiennes.

 

Influence et mécanisme d’action du Lévothyroxine

Vous souffrez d’hypothyroïdie ou éprouvez un besoin de freiner la TSH ? Vous devez consulter votre médecin pour qu’il puisse vous prescrire du Lévothyrox. En France, près de 3 millions d’habitants requièrent un traitement à base de Lévothyroxine sodique.

Ce médicament devient indispensable :

  • Lorsque les symptômes du déficit hormonal se manifestent dans la glande thyroïdienne.
  • Lorsque la thyréostimuline (TSH) ou la stimulation de la thyroïde devient trop importante.
  • Si vous avez été soumis à une thyroïdectomie (ablation de la thyroïde).

Les symptômes de l’hypothyroïdie à prendre en compte sont les suivants :

  • Dépression
  • Frilosité (sensibilité au froid)
  • Inertie musculaire
  • Prise de poids
  • Sècheresse cutanée.

 

Les génériques de L-thyroxine

La Lévothyroxine sodique est la substance active du Lévothyrox.

Classification médicamenteuse (code ATC) : H03AA01

Ce médicament est présenté sous forme de comprimé sécable qui se mesure en microgrammes (µg). Les maladies thyroïdiennes (hypothyroïdie) peuvent atteindre tout type de personnes, diabétiques ou non. Le dosage reste donc variable. Ces comprimés sont disponibles en boîte de 30 et de 90 unités.

  • Lévothyrox 25 µg
  • Lévothyrox 50 µg
  • Lévothyrox 75 µg
  • Lévothyrox 88 µg
  • Lévothyrox 100 µg
  • Lévothyrox 112 µg
  • Lévothyrox 125 µg
  • Lévothyrox 137 µg
  • Lévothyrox 150 µg
  • Lévothyrox 175 µg
  • Lévothyrox 200 µg

Les autres excipients sont :

  • Gélatine
  • Mannitol
  • Acide citrique anhydre
  • Magnésium stéarate
  • Croscarmellose sel de Na
  • Amidon de maïs.

 

Comment prendre ce médicament ?

Pour assurer son efficacité et éviter les éventuelles complications, vous devez respecter sa posologie usuelle. La dose prescrite varie en fonction de l’âge du patient et le niveau d’hypothyroïdie.

 

Mode d’administration et durée du traitement

Étant donné que le déficit d’hormones thyroïdiennes est une pathologie définitive, la durée du traitement se poursuit à vie. Ce médicament s’administre par voie orale.

 

Posologie

La posologie diffère par rapport à l’amplitude de la pathologie traitée. Pour contrôler les doses à prendre, on procède régulièrement à des analyses sanguines.

 

Chez les adultes

Posologie moyenne :

  • Une prise entre 100 et 150 µg au matin à jeun.
  • Une prise de 1,7 µg/kg par jour pour les traitements substitutifs
  • Pour les traitements frénateurs, vous pouvez prendre une dose de 2,5 µg/kg par jour

Posologie progressive : débutez avec 25 à 50 µg par jour. La dose augmentera de 25 à 50 µg sur un intervalle de 2 à 4 semaines.

L’utilisation de ce remède doit progresser en cas d’insuffisance coronarienne ou cardiaque, à la suite d’une crise sévère d’hypothyroïdie ou dans la nécessité de régulariser le TSH. Ces cas se présentent fréquemment chez les personnes âgées de plus de 55 ans.

Si vous suivez aussi un traitement contre la maladie de Basedow (trouble du système immunitaire), la posologie du Lévothyrox sera de 25 à 125 µg en fonction des résultats biotiques.

Après 6 à 8 semaines de prise moyenne, la posologie doit se conformer au bilan de la TSH. Pour les patients vulnérables, il est indispensable de rajouter une dose de T4 libre pour le traitement à visée frénatrice.

En cas de déficience hypophysaire, la mesure de la T4 libre remplace celle de la TSH.

 

Chez les enfants

La posologie optimale est de 100 à 150 µ g/m2 de surface corporelle par jour.

Pour les bébés et les tout petits, la prise initiale est de 10 à 15 µg/kg par jour. Cette dose sera modelée après les analyses cliniques. Ces patients doivent prendre leur médicament une demi-heure avant le déjeuner.

 

Les effets indésirables envisageables

Les effets secondaires varient selon le patient et ses capacités de tolérance.

 

Effets secondaires courants

  • Constipation
  • Tremblement
  • Maux de tête
  • Vertiges
  • Insomnie
  • Faiblesse
  • Rougeur
  • Crampes
  • Sueurs
  • Perte de cheveux.

 

Effets secondaires inquiétants

  • Agitation
  • Urticaire et prurit
  • Rhumatisme
  • Diarrhée
  • Maigreur active
  • Élévation de la température
  • Hypersensibilité
  • Angioedème
  • Apnée
  • Hypercalciurie.

 

Aggravations

  • Trouble du rythme
  • Palpitation
  • Insuffisance cardiaque
  • Angine de poitrine
  • Affection du cœur.

 

Surdosage

La surdose décuple les risques de mortalité dans le traitement de l’hypothyroïdie. Cet excès engendre principalement la thyrotoxicose et se manifeste par des troubles conséquents comme :

  • Des douleurs abdominales
  • Une insuffisance cardiaque congestive
  • La fièvre
  • Une mydriase
  • Une hypertension
  • Le coma
  • Des vomissements
  • Une tachycardie
  • Des convulsions
  • Une migraine intense
  • Une boulimie
  • Une transpiration accrue
  • La confusion
  • L’irritabilité
  • Une psychose aiguë
  • Des douleurs thoraciques.

 

Déclaration des effets secondaires

Il importe de déclarer tous les effets secondaires occasionnés à l’utilisation de ce médicament. Cela facilite la revue régulière de la comparaison des bienfaits et des risques du remède. Vous pouvez renseigner les effets indésirables rencontrés sur le site de l’ANSM.

 

Quelles sont les mises en garde à considérer avant l’utilisation du Lévothyrox ?

Lorsque vous suivez un traitement à base de Lévothyroxine, vous devez veiller à la régularisation des contrôles médicaux. L’efficacité de ce médicament ne se manifeste qu’après 15 jours, voire 1 mois, après le début du traitement. Ces évaluations permettent d’analyser et de surveiller les mécanismes d’action du remède sur le patient. Elles servent aussi à prescrire la variation du dosage.

En cas d’obésité sans hypothyroïdie, vous devez savoir que la Lévothyroxine n’engendre point la perte de masse corporelle. Faites attention au surdosage, l’abus de ce médicament peut entraîner des méfaits cruciaux ou vitaux.

 

Grossesse et allaitement

La Lévothyroxine traverse faiblement dans le placenta. Par conséquent, l’utilisation de ce médicament ne produit aucun effet au bébé. Toutefois, par sécurité, privilégiez la prudence et procédez à la surveillance des doses prescrites pendant le traitement.

Cette substance active passe légèrement dans le lait maternel. La Lévothyroxine conserve pleinement son efficacité pour le traitement de substitution.

 

Les contre-indications

Ce médicament est contre-indiqué si :

  • Vous souffrez d’une hyperthyroïdie non traitée
  • Vous souffrez d’une myocardite ou d’un infarctus des muscles cardiaques
  • Vous êtes intolérants au lactose.

 

Interaction de Lévothyroxine avec d’autres médicaments

Les études scientifiques ont prouvé des interactions possibles de la Lévothyroxine avec d’autres médicaments.

 

Interactions précautionnées

 

Association avec des baumes

Ces résines réduisent l’efficacité du traitement. Si vous les utilisez, vous devez respecter un intervalle de 2 heures à la prise d’une hormone thyroïdienne. Parmi les résines :

  • Sucralfate
  • Des absorbants
  • Cholestipol
  • Sevelamer
  • Agents topiques gastro-intestinaux
  • Kayexalate
  • Cholestyramine
  • Des antiacides.

 

Association avec des indicateurs enzymatiques ou de la chloroquine

L’association de ce médicament avec des indicateurs enzymatiques, à l’exemple des anticonvulsivants, peut accroître les risques d’aggravation d’hypothyroïdie. Il importe ainsi de surveiller le taux de T3 et T4 adapté à la posologie.

 

Association avec des inhibiteurs de protéases

Ces inhibiteurs, intensifiés par des médicaments anti-VIH (ritovinir), augmentent l’absorption hépatique des hormones thyroïdiennes. Pour y remédier, vous devez privilégier une surveillance clinique et biologique.

 

Association avec du calcium et du fer

Les médicaments qui contiennent du fer et du calcium peuvent entraîner des difficultés à la métabolisation de la Lévothyroxine dans l’appareil digestif. Comme les résines, respectez l’intervalle de 2 heures avant d’utiliser ce remède.

 

Association avec des estrogènes non contraceptifs

Cette association requiert une modification des doses de L-thyroxine pour les femmes ménopausées qui consomment des œstrogènes. Ces hormones augmentent les risques d’hypothyroïdie clinique.

 

Interactions à considérer

 

Association avec des médicaments anticancéreux

Les médicaments qui permettent de traiter le cancer, notamment le mésilate d’imatinib, réduisent l’efficacité de la Lévothyroxine. Si vous prenez ce genre de remède, il faut prendre en compte l’importance des évaluations de l’équilibre thyroïdien. La dose prescrite doit se conformer au résultat de la surveillance.

 

Interaction avec des médicaments qui permet de traiter l’obésité

La Tétrahydrolipstatine ou Orlistat est un médicament spécifique pour régulariser l’obésité. Ce médicament peut interagir avec la Lévothyroxine. Cette interaction est réservée généralement au traitement substitutif.

Afin de combler la déficience d’hormone thyroïdienne, il est important de suivre un traitement à base de L-thyroxine. Ce médicament ne possède pas de propriétés curatives puisque l’insuffisance hormonale est une pathologie définitive. Cela signifie que la dose administrée varie en fonction des capacités organiques du patient.

Le remboursement de la Lévothyroxine par la Sécurité sociale est à hauteur de 65 %. Afin d’obtenir un remboursement intégral, souscrivez à une mutuelle santé. Pour faire le bon choix, passez par Santors afin de comparer les formules.