Accueil > Les médicaments > Tout comprendre sur l’utilisation de la ranitidine

Tout comprendre sur l’utilisation de la ranitidine

Indications sur le ranitidine

Le ranitidine permet de traiter l’ulcère duodénal, l’ulcère gastrique bénin et le syndrome de Zollinger-Ellison. Par ailleurs, il permet de soigner l’œsophagite de reflux et sert à prévenir les rechutes duodénales bénignes ou d’ulcères gastriques.

Néanmoins, le ranitidine EG 150/300 mg n’est pas adapté pour traiter des affections gastro-intestinales comme le syndrome de l’intestin irritable.

Chez les enfants, ce médicament est indiqué pour de nombreuses raisons :

  • Ulcères peptiques : c’est un traitement à court terme ;
  • Reflux gastro-œsophagien : il s’agit plus précisément de l’œsophagite de reflux. Des améliorations significatives sont mêmes constatées au niveau du reflux gastro-œsophagien pathologique.

 

Posologie

 

Chez l’adulte et l’adolescent 

La dose pour les adultes et les adolescents à partir de 12 ans qui disposent d’une fonction rénale normale est la même.

Pour les personnes qui manifestent l’ulcère duodénal et l’ulcère gastrique bénin : le patient doit prendre deux comprimés de ranitidine EG 150 mg ou un comprimé de ranitidine EG 300 mg au coucher ou après le dîner. Le traitement doit durer environ 4 semaines. Dans le cas où les ulcères ne sont pas guéris au bout cette période. Vous devez continuer le traitement pendant encore 4 semaines. La dose est la même.

Pour les patients présentant de la prophylaxie des récidives : les sujets qui présentent des antécédents de récidive d’ulcère ou ceux dont le traitement ait été efficace à court terme doivent continuer le traitement jusqu’à 12 mois. Ils doivent prendre un comprimé de ranitidine EG 150 mg par jour au coucher. Ils doivent aussi réaliser systématiquement une endoscopie.

Pour les sujets qui souffrent de reflux gastro-œsophagien : vous devez prendre deux comprimés de ranitidine EG 150 mg ou un comprimé de ranitidine EG 300 mg au coucher ou après le dîner. Il vous est aussi possible de consommer un comprimé de ranitidine EG 150 mg deux fois par jour (matin et soir) pendant 8 ou 12 semaines. L’augmentation de cette dose à 600 mg soit 4 prises par jour est envisageable.

Pour les patients qui présentent une hypersécrétion acide gastrique : la dose est un comprimé de ranitidine EG 150 mg trois fois par jour soit 450 mg. Elle peut être augmentée à 600-900 mg, soit trois comprimés de ranitidine EG 300 mg.

Selon le cas du patient, l’administration d’une dose de 6 g de ranitidine peut s’avérer nécessaire pour stabiliser son état.

 

Chez l’enfant

La dose chez les enfants de plus de 30 kg et ceux entre 3 et 11 ans est la suivante :

Pour le traitement aigu de l’ulcère peptique : l’enfant doit prendre 4 mg/kg par jour à 8 mg/kg par jour de ranitidine. La dose à administrer ne doit pas dépasser 300 mg par jour. Le traitement dure environ 4 semaines. Si l’enfant n’est pas totalement rétabli, poursuivez le traitement encore pendant 4 semaines.

Pour le traitement de reflux gastro-œsophagien : l’enfant doit consommer une dose de 5 à 10 mg par kg par jour. Il ne doit pas administrer plus de 600 mg de ranitidine dans la journée.

Chez les adultes, le comprimé de ranitidine doit être avalé avec une quantité de boisson suffisante. Chez les enfants, il est possible d’écraser le comprimé et de le dissoudre dans un verre d’eau.

 

Effets indésirables

La prise de ranitidine peut provoquer quelques effets indésirables chez les adultes qui suivent le traitement.

  • Leucopénie ;
  • Agranulocytose ;
  • Changement de la numération formule sanguine ;
  • Thrombopénie ;
  • Hypoplasie médullaire ;
  • Pancytopénie ;
  • Éosinophilie ;
  • Réaction d’hypersensibilité ;
  • Hypotension ;
  • Spasme laryngé ;
  • Fièvre d’hypersensibilité ;
  • Urticaire allergique ;
  • Œdème de Quincke ;
  • Bronchospasme ;
  • Pancréatite aiguë ;
  • Douleur thoracique ;
  • Dyspnée ;
  • Choc anaphylactique ;
  • Agitation ;
  • Confusion mentale ;
  • Syndrome dépressif ;
  • Hallucinations ;
  • Céphalée ;
  • Vertige ;
  • Fatigue ;
  • Vision trouble ;
  • Trouble moteur ;
  • Modification de l’accommodation ;
  • Tachycardie ;
  • Bloc auriculoventriculaire ;
  • Bradycardie ;
  • Vascularite ;
  • Arythmie ;
  • Constipation ;
  • Diarrhée ;
  • Douleur abdominale ;
  • Élévation des transaminases ;
  • Nausée ;
  • Hépatite hépatocellulaire ;
  • Hépatite ;
  • Hépatite mixte ;
  • Hépatite hépato canaliculaire ;
  • Jaunisse ;
  • Éruption cutanée ;
  • Prurit cutané ;
  • Érythème polymorphe ;
  • Problèmes musculo-squelettiques ;
  • Alopécie ;
  • Douleur musculaire ;
  • Impuissance ;
  • Augmentation de la créatinémie ;
  • Néphrite interstitielle aiguë ;
  • Galactorrhée ;
  • Gynécomastie ;
  • Trouble mammaire ;
  • Perte de libido ;
  • Trouble de la fonction sexuelle ;
  • Porphyrie aiguë.

Ces effets secondaires peuvent aussi se produire chez les enfants âgés de 0 à 16 ans qui souffrent des affections relatives à l’acide gastrique.

Quoi qu’il en soit, vous devez toujours déclarer les effets indésirables qui se manifestent au cours du traitement.

Outre ces effets secondaires, la ranitidine provoque différents troubles :

  • Affections hématologiques et du système lymphatique ;
  • Affections du système immunitaire ;
  • Affections psychiatriques ;
  • Affections du système nerveux ;
  • Affections oculaires ;
  • Affections cardiaques ;
  • Affections vasculaires ;
  • Affections gastro-intestinales ;
  • Affections hépatobiliaires ;
  • Affections de la peau et du tissu sous-cutané ;
  • Affections musculo-squelettiques et systémiques ;
  • Affections des organes de reproduction et du sein.

 

Contre-indications

Les personnes qui présentent une hypersensibilité ranitidine, un antécédent de porphyrie aiguë, un syndrome de malabsorption du galactose et du glucose et une intolérance au fructose ne doivent pas suivre un traitement par ranitidine.

 

Précautions d’emploi

Le traitement par ranitidine n’est pas adapté aux personnes qui présentent un ulcère gastrique, surtout si elles manifestent une dyspepsie. Ce médicament peut dissimuler les signes de carcinome gastrique.

Chez les patients qui souffrent d’insuffisance rénale, la posologie doit être respectée. Par contre, le traitement par ranitidine doit être immédiatement interrompu chez les sujets qui manifestent des crises de porphyrie aiguë.

Chez les patients diabétiques, les personnes âgées et les sujets qui présentent une affection pulmonaire chronique, le traitement par ranitidine est interdit. Cela peut entraîner une pneumonie communautaire.

Pour les sujets qui présentent un trouble gastrique bénin ou un ulcère duodénal, la bactérie doit être éliminée avant de suivre un traitement par ranitidine.

En ce qui concerne le traitement par la théophylline et la ranitidine, la dose de la théophylline doit correspondre à la concentration plasmatique en théophylline.

Quant aux patients qui suivent un traitement par la ranitidine et des anti-inflammatoires non stéroïdiens, surtout les personnes âgées qui présentent des antécédents d’ulcère peptique, une surveillance régulière est indispensable.

 

Interactions avec d’autres médicaments

La ranitidine peut troubler le bon fonctionnement d’autres médicaments. Pour remédier à cela, il faut juste ajuster la dose du médicament ou arrêter le traitement.

La ranitidine n’augmente pas les effets des médicaments tels que la lidocaïne, le diazépam, le propranolol, la phénytoïne ou la théophylline. Toutefois, le mélange de cette dernière et de la ranitidine peut entraîner l’élévation de la concentration plasmatique en théophylline. Vous devez donc adapter la dose de la théophylline avant de l’associer avec de la ranitidine.

Au cours d’un traitement par la ranitidine, il vous est conseillé de surveiller la diminution ou l’augmentation du temps de prothrombine.

Ce médicament peut aussi provoquer l’accentuation des concentrations plasmatiques du N-acétyl procaïnamide et du procaïnamide.

La ranitidine peut augmenter l’absorption de certains médicaments comme le midazolam, le triazolam ou le glipizide. Elle entraîne également la réduction de l’absorption de quelques médicaments tels que l’atazanavir, le posaconazole, l’itraconazole ou le kétoconazole.

Le sucralfate réduit l’absorption de la ranitidine s’il est administré à dose élevée. Néanmoins, cela n’a pas d’effet si le médicament est administré 2 h après la prise de ranitidine.

 

Surdosage

En cas de surdosage, le ranitidine ne présente aucun danger. Cependant, un lavage gastrique est indispensable pour éradiquer la substance. Si cela est nécessaire, suivez un traitement de soutien et un traitement symptomatique.

 

Aspect et forme de la ranitidine

La ranitidine se présente sous forme de comprimés pelliculés blancs, ronds et biconvexes. Elle comporte la mention 150, indiquée sur une face et la barre de sécabilité sur l’autre face.

La ranitidine est disponible en boîte de 30 comprimés pelliculés. Elle existe également en ranitidine EG 300 mg en boîte de 14 comprimés pelliculés sécables, en ranitidine EG 150 mg en une boîte de 30 tubes de comprimés effervescents ou en ranitidine EG 300 mg en boîte de 14 tubes de comprimés effervescents.

 

Composition

Le principe actif de ce médicament est la ranitidine. En ce qui concerne les excipients, il y a la cellulose microcristalline, le magnésium stéarate, le croscarmellose sodique et la silice colloïdale anhydre comme noyau. À titre de pelliculage, la ranitidine contient du titane dioxyde, du macrogol 3350, de l’hypromellose et de la cire de carnauba.

La ranitidine renferme également des excipients à effet notoire tels que le glucose et le sorbitol.

 

Description de la ranitidine

La ranitidine est sous forme de comprimé pelliculé sécable. Son code ATC est le A02BA02. Son CIS est le 65812914. Ce médicament est uniquement délivré sous prescription médicale.

Le laboratoire exploitant de la ranitidine est EG LABO, Le Quintet-Bât a, 12, rue DANJOU, 92517 BOULOGNE BILLANCOURT.

 

Mode de conservation

La ranitidine peut être conservée pendant 3 ans au maximum. Mettez-la dans un endroit à une température inférieure à 30 °C. À conserver dans son emballage d’origine.

 

Consignes pour les patients

Les patients sont priés de prendre contact directement avec un médecin si l’un des cas suivants se présente :

  • Éruption cutanée : que ce soient des bulles ou des boutons et démangeaisons ;
  • Œdème ;
  • Problème à avaler ou à respirer ;
  • Fièvre ;
  • Hypotension et évanouissement.

 

Prix de la ranitidine

Le prix de la ranitidine varie en fonction de la forme du médicament.

  • Pour une boîte de 30 comprimés effervescents de ranitidine biogaran 150 mg, le prix s’élève à 8,71 €.
  • Pour la ranitidine biogaran 150 mg, la boîte de 30 comprimés pelliculés coûte environ 8,55 €.
  • Pour la ranitidine EG 150 mg, cela coûte 8,17 € la boîte de 30 comprimés effervescents.
  • Pour la ranitidine EG 150 mg d’une boîte de 30 comprimés pelliculés, le prix est de 8,55 €.
  • Pour la ranitidine mylan 150 mg, le prix est de 8,17 € la boîte de 30 comprimés effervescents.
  • Pour la ranitidine mylan 150 mg, la boîte de 30 comprimés pelliculés coûte 8,55 €.

Le prix de la ranitidine 300 mg est tout aussi varié :

  • Ranitdine biogaran, EG, zentiva ou mylan 300 mg, comprimés effervescents : 7,59 €.
  • Ranitidine biogaran, mylan ou EG 300 mg : comprimés pelliculés : 7,93 €.

Quelle que soit la forme de la ranitidine que vous utilisez, un remboursement de 15 % de la Sécurité sociale est possible. Pour bénéficier du meilleur taux de remboursement, souscrivez à une complémentaire santé. Grâce à Santors.fr, vous pouvez comparer en ligne les offres disponibles. et trouver celle qui vous correspond.