Accueil > Les médicaments > Tout savoir sur l'Oméprazole

Tout savoir sur l'Oméprazole

L’acidité (ou la basicité) de l’organisme ou de celle de certaines sécrétions de l’organisme est mesurée avec le potentiel hydrogène noté pH. Cet élément de mesure se concrétise en un chiffre compris entre 0 et 14. Il ne fait référence à aucune unité de valeur. Un potentiel hydrogène acide se situe entre 0 et 7 et un indice de pH basique se chiffre entre 7 et 14. Une solution est donc dite neutre si son pH équivaut exactement à 7.

Chimiquement parlant, les solutions acides libèrent des protons H+ (Hydrons). C’est une situation provoquant une augmentation de la concentration de ces derniers. Par contre, les solutions basiques captent des protons H+, une circonstance qui diminue la concentration de ces fameux protons.

L’oméprazole réduit la libération de protons H+ aboutissant à une diminution de la sécrétion acide de l’estomac.

 

Les propriétés physiques et chimiques de l’Oméprazole

Le nom chimique de l’Oméprazole se définit comme suit :

5-methoxy-2-{[(4-methoxy-3,5-dimethyl-2-pyridinyl)methyl]- sulfinyl}-1H-benzimidazole

Sa formule moléculaire est décrite par : C17H19N3O3S.

La masse moléculaire de l’Oméprazole est de l’ordre de 345,42 g/mol. C’est une substance cristalline non-hygroscopique. Elle fond et se décompose aux alentours de 150° C. L’Oméprazole est peu soluble dans l’eau.

 

Mécanisme d’action

L’Oméprazole est constitué de deux énantiomères à proportion égale. Comme nous le savons, il réduit la sécrétion d’acide de l’estomac en agissant sur la pompe à protons dans la cellule pariétale. Le traitement avec l’Oméprazole se fait par prise journalière, mais son action reste réversible.

L’Oméprazole est une base faible. Il est converti en forme active dans les canalicules intracellulaires des cellules pariétales, un environnement hautement acide. Il inhibe l’enzyme H+K+-ATPase, c’est-à-dire la pompe à protons.

La prise quotidienne d’Oméprazole inhibe rapidement la pompe à protons et entraîne une diminution de la sécrétion acide de l’estomac en 24 heures.

Chez les patients ayant un ulcère duodénal :

  • La prise de 20 mg d’Oméprazole provoque une diminution d’au moins 80 % de l’acidité intragastrique sur 24 heures.
  • 20 mg d’Oméprazole par jour maintiennent un pH intragastrique supérieur ou égal à 3 pendant environ 17 heures sur un délai de 24 heures (soit environ 70 % du temps d’intervalle entre chaque prise du médicament).

Associé à des antimicrobiens, le traitement par l’Oméprazole de H. pylori peut se conclure par l’éradication totale de ce dernier. Cette éradication s’accompagne souvent de cicatrisation et de rémission à long terme des ulcères duodénaux.

La physiologie ne peut qu’être affectée par le traitement à long avec l’Oméprazole. En effet, des kystes glandulaires gastriques peuvent être plus fréquemment observés. C’est la conséquence d’une inhibition prononcée de la sécrétion acide. Néanmoins, ils restent bénins et réversibles.

 

Utilisation de l’Oméprazole

Oméprazole est utilisé pour le traitement de certaines affections observées chez des individus d’âges différents.

 

Chez les adultes

Chez les adultes, l’Oméprazole est recommandé en cas :

  • D’excès d’acide gastrique dû à une maladie peptique, en l’occurrence le syndrome de Zollinger-Ellison.
  • D’ulcère de l’estomac associé à la consommation d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS).
  • De reflux gastro-œsophagiens (RGO). Ces reflux se caractérisent par une remontée de substances acides depuis l’estomac vers l’œsophage. Le sujet ressent souvent une brûlure, une douleur et parfois une inflammation au niveau de ce dernier.
  • D’ulcère duodénal (de la partie haute de l’intestin) ou d’ulcère gastrique (de l’estomac).
  • D’ulcère infecté par la bactérie Helicobacter pylori. Le traitement est éventuellement accompagné d’antibiotiques pour le traitement de l’infection afin de guérir l’ulcère.

 

Chez les adolescents et les enfants de plus de 4 ans

L’Oméprazole est prescrite en cas d’ulcère infecté par la bactérie Helicobacter pylori. Le traitement est aussi souvent accompagné d’antibiotiques pour traiter l’infection et guérir l’ulcère.

 

Chez les enfants de plus de 1 an et dont le poids est supérieur à 10 Kg

Un traitement contenant de l’Oméprazole est recommandé :

  • Dans le cas de remontées du contenu de l’estomac dans la bouche. Ces phénomènes s’appellent des régurgitations et ils aboutissent, dans la plupart des cas, à des vomissements. Ils engendrent, par conséquent, une limite de la prise de poids.
  • En cas de reflux gastro-œsophagiens (RGO).

L’automédication est déconseillée pour la prise de l’Oméprazole. Un avis médical est tout à fait recommandé pour détecter la raison exacte des symptômes observés.

 

Mode d’administration

L’administration de l’Oméprazole se fait uniquement par voie orale. Néanmoins, ce médicament peut prendre plusieurs formes selon le fabricant.

  • Les gélules : petites capsules à enveloppes dures contenant la substance de l’Oméprazole. Elles se dissolvent par l’action des sucs digestifs. Les gélules ont l’avantage de pouvoir s’ouvrir afin de permettre à certains patients, présentant des handicaps, d’accéder à leur contenu.
  • Les comprimés : de forme pharmaceutique solide, ils peuvent contenir une ou plusieurs substances actives. Les comprimés se conservent plus longtemps que les autres formes de l’Oméprazole. Ils sont peu fragiles et sont sécables pour des doses inférieures à une unité par prise.
  • Les suspensions buvables : elles se présentent sous forme de poudre en sachet et se dissolvent dans un demi-verre d’eau. Elles sont plus difficiles à conserver et doivent impérativement être mises à l’abri de la lumière et de l’humidité.
  • Les sirops : ce sont les formes de l’Oméprazole les moins intrusives. Les sirops sont généralement contenus dans des flacons et chaque prise est mesurée par un petit récipient gradué ou tout simplement une cuillère de référence fournie avec l’emballage. L’Oméprazole distribué sous forme de sirop est généralement destiné aux enfants.

 

Posologie

Les doses recommandées d’Oméprazole dépendent évidemment de l’avis du médecin prescripteur. Certaines précisions peuvent quand même faire l’objet de références pharmaceutiques selon l’affection à traiter.

 

Pour les adultes

  • Pour le traitement de l’excès d’acide gastrique dû à une maladie peptique, en l’occurrence le syndrome de Zollinger-Ellison, la dose recommandée est de 60 mg par jour. Le médecin peut ajuster cette dose selon le cas et fixe la durée du traitement.
  • Pour le traitement d’ulcères de l’estomac combiné à la prise d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS), la dose recommandée est une dose unique de 20 mg par jour pendant 4 à 8 semaines de traitement.
  • Pour le traitement de reflux gastro-œsophagiens (RGO) : dans le cas d’un œsophage intact sans aucune lésion, la dose recommandée est de 10 mg une fois par jour. Si le médecin diagnostique un léger endommagement de l’œsophage, la dose usuelle pour l’Oméprazole est de 20 mg une fois par jour pendant 4 à 8 semaines. Dans le cas où l’œsophage ne cicatrise pas correctement pendant ces 4 à 8 semaines de traitement, le médecin peut rallonger cette durée avec une dose plus accentuée comme 40 mg par jour pour 8 semaines supplémentaires. En cas de guérison de l’œsophage, la dose d’Oméprazole recommandée est de l’ordre de 10 mg en une prise unique par jour.
  • Pour le traitement d’ulcère duodénal (de la partie haute de l’intestin) : la dose recommandée est de 20 mg une fois par jour pour une période de 2 semaines. Dans le cas où l’ulcère n’a pas été cicatrisé, le médecin peut recommander la même dose pour 2 semaines supplémentaires auxquels peuvent s’ajouter 4 semaines de traitement en plus avec 40 mg d’Oméprazole si la lésion persiste.
  • Pour le traitement d’ulcère gastrique (de l’estomac), la dose usuelle varie entre 10 et 20 mg en une prise unique par jour. Mais le médecin peut quand même l’augmenter jusqu’à 40 mg selon le cas.
  • Pour le traitement et la prévention d’ulcère infecté par la bactérie Helicobacter pylori, la dose recommandée est de 40 mg en deux prises par jour (20 mg par prise) pendant 7 jours. Le traitement doit à la fois être accompagné d’une combinaison d’antibiotiques comme la clarithromycine, l’amoxicilline et le métronidazole.

 

Pour les enfants et les adolescents

  • Pour le traitement d’ulcère infecté par la bactérie Helicobacter pylori : le type (gélule, comprimé, sirop, suspension buvable), la dose et la durée du traitement dépendent uniquement du médecin traitant. Le médecin prescrira, en tout cas, deux antibiotiques en mêmes temps (généralement l’amoxicilline et la clarithromycine).
  • Pour le traitement de reflux gastro-œsophagiens (RGO) ou de remontées du contenu de l’estomac dans la bouche : le type (gélule, comprimé, sirop, suspension buvable), la dose et la durée du traitement dépendent de l’avis du médecin traitant en fonction de l’âge et du poids de l’enfant.

 

Effets indésirables

Les effets indésirables ne sont pas systématiques et peuvent varier d’un patient à l’autre. Ils sont mesurés statistiquement selon leurs fréquences d’apparition chez une population d’étude bien déterminée.

 

Les effets indésirables fréquents

Ils affectent jusqu’à 1 personne sur 10 et se caractérisent par :

  • Des maux de tête,
  • Une diarrhée, une constipation, une flatulence et des douleurs à l’estomac,
  • Des polypes bénins (tumeurs bénignes) dans l’estomac,
  • Des nausées ou des vomissements.

 

Les effets indésirables moins fréquents

Ils peuvent affecter jusqu’à 1 personne sur 100. Les symptômes éventuels sont :

  • Des vertiges,
  • Un malaise,
  • Un manque d’énergie,
  • Des éruptions cutanées, des démangeaisons, une urticaire,
  • Une insomnie,
  • Un gonflement des pieds ou de la cheville.

 

Les effets indésirables rares

Ils peuvent toucher 1 personne sur 1000 et se caractérisent par :

  • Une sécheresse de la bouche,
  • Une inflammation de l’intérieur de la bouche,
  • Des troubles du goût,
  • Des troubles de la vision,
  • Une alopécie : une maladie auto-immune se caractérisant par la perte de cheveux ou de poils sur de petites parties de la peau,
  • Une faiblesse, des vomissements et des crampes provoqués par la diminution du taux de sodium dans le sang,
  • Une agitation, une confusion ou une dépression,
  • Une respiration sifflante et un souffle court,
  • Un muguet : mycose se caractérisant par des plaques blanchâtres sur les muqueuses de la bouche et de la langue, mais pouvant aussi toucher l’œsophage et l’intestin,
  • Une éruption cutanée lors d’une exposition au soleil,
  • Une augmentation de la sueur,
  • Des douleurs articulaires ou musculaires,
  • Une néphrite interstitielle : une inflammation de la région du rein appelée interstitium,
  • Des troubles hépatiques comme la jaunisse : peau colorée en jaune, urines sombres et fatigue.

 

Les effets indésirables très rares

Ils ont été observés chez 1 personne sur 10 000 et se présentent par :

  • Un gonflement des seins chez l’homme,
  • Des hallucinations visuelles,
  • Des hallucinations sensorielles,
  • Des hallucinations auditives,
  • Une agressivité du patient,
  • Une variation du nombre de cellules sanguines comme un déficit en globules blancs,
  • Une faiblesse musculaire,
  • Des troubles hépatiques sévères pouvant entraîner une inflammation du cerveau et une insuffisance hépatique,
  • Une apparition soudaine d’éruptions cutanées sévères sous forme de bulles ou de desquamations pouvant être accompagnées de fièvre et de douleurs articulaires.

 

Les effets indésirables de fréquence indéterminée

Les données disponibles actuellement ne peuvent pas faire l’objet de confirmation de la probabilité d’apparition des symptômes suivants :

  • Une éruption cutanée accompagnée de douleurs articulaires,
  • Une inflammation de l’intestin entraînant souvent des diarrhées,
  • Une diminution du taux de magnésium dans le sang suite à une prise prolongée d’Oméprazole (une prise dépassant les 3 mois de traitement). Cette diminution du taux de magnésium peut se manifester par une fatigue, des contractions musculaires involontaires, un vertige, des palpitations, des convulsions, une désorientation. La diminution du taux de magnésium se poursuit parfois par une diminution du taux de calcium et de potassium dans le sang. D’autres symptômes peuvent donc apparaître selon le cas.

 

Les effets indésirables déterminants

Certains effets indésirables de l’Oméprazole, rares ou fréquents, sont considérés comme déterminants et impliquent l’arrêt immédiat du traitement. Un avis médical est alors fortement recommandé en cas de :

  • Jaunisse, urines foncées et fatigue importante : ces manifestations peuvent être signe de maladie du foie.
  • Réactions allergiques graves (gonflement des lèvres, gonflement de la langue, gonflement de la gorge, respiration sifflante, perte de connaissance, éruptions cutanées, difficultés à avaler, etc.),
  • Rougeurs de la peau accompagnées de bulles ou de desquamations.

 

Contre-indications

L’Oméprazole est déconseillé dans certaines circonstances :

  • Si le patient est allergique à l’Oméprazole (et/ou à d’autres composants contenus dans le médicament contenant l’Oméprazole),
  • Si le patient est allergique aux autres inhibiteurs de la pompe à protons (ésoméprazole, lansoprazole, pantoprazole, rabéprazole),
  • Si le patient prend des médicaments contenant du nelfinavir et du rilpivirine utilisés pour le VIH.

 

Mises en garde

La prise de l’Oméprazole doit impérativement passer par une consultation auprès d’un médecin. De plus, la prise prolongée de l’Oméprazole doit être dosée selon un suivi médical millimétré.

En cas de non-soulagement, de non-guérison ou d’aggravation, le patient doit arrêter le traitement et aviser immédiatement son médecin traitant.

 

Les anticipations requises avant la prise de l’Oméprazole

La prise de l’Oméprazole peut masquer les symptômes de certaines maladies. Le patient doit donc informer son médecin traitant si l’un des éléments suivants se produit avant qu’il ne commence son traitement :

  • Une perte de poids sans raison,
  • Un problème pour avaler la nourriture,
  • Des douleurs à l’estomac,
  • Une indigestion,
  • Un vomissement (de nourriture ou de sang),
  • Des selles noires teintées de sang,
  • Une manifestation antérieure d’ulcère gastrique,
  • Une opération gastro-intestinale récente,
  • Une indigestion continue accompagnée de brûlures d’estomac depuis plus de 4 semaines,
  • Une jaunisse ou une maladie hépatique grave.

La prise d’Oméprazole peut aussi modifier certains résultats d’examens sanguins comme pour le dosage de la Chromogranine A dans le sang.

 

La prise de l’Oméprazole chez les enfants

L’Oméprazole ne doit pas être utilisé comme traitement préventif chez les enfants. Il revient néanmoins au médecin traitant de décider des principes d’utilisation.

 

L’Oméprazole et les autres médicaments

L’Oméprazole peut interagir avec d’autres médicaments et leurs fonctionnements. Il en est de même pour les autres médicaments qui peuvent interagir avec l’Oméprazole et ses fonctionnements. Le patient doit à tout prix informer son médecin traitant des autres traitements lui faisant prendre d’autres médicaments.

Le patient ne doit pas prendre de l’Oméprazole s’il est sous traitement avec des médicaments contenant du nelfinavir ou de la rilpivirine qui sont utilisés pour le VIH. Vous devez également aviser votre médecin traitant avant la prise de l’Oméprazole si vous prenez du clopidogrel dans la prévention de caillot dans le sang (thrombus).

Informez également votre médecin si vous prenez l’un des médicaments suivants :

  • Voriconazole, itraconazole, posaconazole et kétoconazole : des médicaments utilisés pour le traitement des infections fongiques.
  • Méthotrexate utilisé pour le traitement de certains cancers et maladies auto-immunes.
  • Ulipristal : un contraceptif d’urgence.
  • Tacrolimus : dans le cas de greffe d’organe.
  • Atazanavir pour le traitement du VIH.
  • Digoxine utilisé pour traiter des problèmes cardiaques.
  • Diazépam utilisé comme relaxant musculaire ou pour traiter l’anxiété.
  • Rifampicine pour traiter la tuberculose.
  • Millepertuis pour le traitement d’une dépression modérée.
  • Lédipasvir utilisé pour soigner l’hépatite C.
  • Plusieurs médicaments utilisés contre le cancer comme l’erlotinib, l’imatinib, le nilotinib, le sorafenib, le ruxolitinib, le pazopanib, le sunitinib, le crizotinib, le cabozantinib, le bosutinib, l’axitinib, le gefitinib, l’ibrutinib, etc.
  • Saquinavir pour le traitement du VIH également.

 

L’Oméprazole chez la femme

Une patiente enceinte ou en phase d’allaitement doit impérativement se référer auprès de son médecin traitant. Ce dernier décidera de la conformité ou non du médicament ainsi que les doses à prescrire le cas échéant.

 

L’Oméprazole et la conduite

L’Oméprazole, dans le cas général, n’est pas directement considéré comme un médicament susceptible de détériorer l’aptitude d’un individu à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

Les effets secondaires de la prise de l’Oméprazole peuvent, quant à eux, avoir des répercussions sur la concentration et les capacités physiques du patient. Celui-ci doit donc prendre certaines précautions comme arrêter la conduite, du moins pour un certain temps.

 

Précautions d’emploi

En présence de symptômes alarmants et surtout en cas d’ulcère gastrique, les diagnostics doivent préalablement se prononcer contre la présence de lésions malignes avant d’entamer un traitement à base d’Oméprazole. Celui-ci, comme annoncé précédemment, peut atténuer les symptômes de certaines pathologies et donc de retarder le diagnostic.

Les traitements concomitants avec l’Oméprazole et avec l’Atazanavir (médicament utilisé pour le VIH) ne sont pas recommandés. Dans le cas où cette simultanéité est indispensable, la dose de l’Atazanavir doit être éventuellement augmentée à 400 mg par jour accompagnée de 100 mg de Ritonavir. La prise de l’Oméprazole ne doit contrairement pas dépasser les 20 mg au quotidien.

L’Oméprazole est un médicament antisécrétoire gastrique acide. Il peut donc réduire l’absorption de la vitamine B12 appelée aussi Cyanocobalamine. Cette interaction doit être prise en compte dans le cas des patients à faible réserve de vitamine B12 ou susceptibles à une diminution de l’absorption de la vitamine B12.

L’Oméprazole est un inhibiteur du CYP2C19. Or, ce dernier est un enzyme hépatique fondamental dans l’élimination des inhibiteurs de la pompe à protons, des antidépresseurs, etc. De ce fait, durant tout le traitement avec l’Oméprazole, y compris le début et la fin, le risque d’interaction avec la métabolisation de certains produits doit être envisagé.

Le traitement avec l’Oméprazole provoque une hausse du taux de Chromogranine A dans le sang. Or, si le taux de Chromogranine A (CgA) augmente, les tests réalisés pour l’exploration des tumeurs neuroendocrines peuvent alors être affectés. Pour éviter cette interférence, la prise d’Oméprazole doit être interrompue au moins 5 jours avant de mesurer le taux de Chromogranine A. Dans le cas où ce délai n’est pas suffisant pour rétablir ce taux, il faut attendre jusqu’à 14 jours après l’arrêt du traitement avec l’Oméprazole.

L’Oméprazole peut légèrement augmenter le risque d’infections gastro-intestinales comme une infection par Salmonella, par Campylobacter ou par Clostridium chez les patients en hospitalisation.

 

Précautions d’emploi pour les plus de 55 ans

Chez les personnes âgées, les médicaments de la classe des inhibiteurs à protons peuvent augmenter le risque de fracture de la hanche, du poignet et des vertèbres surtout s’ils sont utilisés à fortes doses et sur une durée prolongée.

Selon le site Doctissimo.fr, des études observationnelles auraient démontré que les inhibiteurs à protons pouvaient augmenter le risque de fracture de 10 à 40 % chez cette population.

 

Oméprazole RPG 10 mg

Ce médicament est présenté sous forme de gélules gastro-résistantes. Une boîte contient un flacon de 28 gélules. Le principe actif de l’Oméprazole RPG 10 mg est essentiellement constitué d’Oméprazole. Il se vend en pharmacie à 4,13 euros la boîte.

Ce médicament est aussi distribué sous d’autres formes comme :

  • Oméprazole RPG 10 mg, gélules gastro-résistantes, boîte de 1 flacon de 14
  • Oméprazole RPG 20 mg, gélules gastro-résistantes, boîte de 1 pilulier de 7
  • Oméprazole RPG 20 mg, gélules gastro-résistantes, boîte de 1 pilulier de 14
  • Oméprazole RPG 20 mg, gélules gastro-résistantes, boîte de 1 pilulier de 28

 

Oméprazole BIOGARAN 10 mg

Une boîte contient également 28 gélules gastro-résistantes et s’acquiert au même prix de 4,13 euros que le RPG 10 mg. Le principe actif de l’Oméprazole BIOGARAN 10 mg est largement constitué d’Oméprazole.

Il est aussi distribué sous d’autres formes comme :

  • Oméprazole BIOGARAN 10 mg, gélules gastro-résistantes, boîte de 1 pilulier de 14
  • Oméprazole BIOGARAN 20 mg, gélules gastro-résistantes, boîte de 1 pilulier de 28
  • Oméprazole BIOGARAN 20 mg, gélules gastro-résistantes, boîte de 1 pilulier de 7
  • Oméprazole BIOGARAN 20 mg, gélules gastro-résistantes, boîte de 1 pilulier de 14

 

Mopralpro 20 mg

Ce médicament est présenté sous forme de comprimés gastro-résistants. Une boîte contient généralement un film thermosoudé de 14 comprimés. Le principe actif du Mopralpro est essentiellement constitué d’Oméprazole.

Il est aussi disponible sous la forme de Mopralpro 20 mg, comprimés gastro-résistants, boîte d’un film thermosoudé de 7 comprimés.

L’Oméprazole est un médicament efficace contre la sécrétion acide de l’estomac. Sa prise est journalière et doit faire au préalable l’objet d’une consultation auprès d’un médecin. Ce médicament interfère avec d’autres substances actives. Le patient doit donc tenir compte de ses traitements en cours avant de se prononcer dans l’utilisation de l’Oméprazole. Le taux de remboursement des médicaments contenant la substance active Oméprazole s’élève à 65 %. Afin de bénéficier d’une meilleure prise en charge, souscrire à une mutuelle santé est recommandé. Optez pour un comparateur comme Santors pour trouver la bonne mutuelle !