Accueil > Les médicaments > Tout sur l’atorvastatine (hypolipémiant)

Tout sur l’atorvastatine (hypolipémiant)

Indications sur l’atorvastatine

L’atorvastatine est indiquée en cas d’hypercholestérolémie primaire quand le patient n’a donné aucune réponse aux différents régimes conseillés par le médecin et par les autres approches non pharmacologiques

Les maladies qu’elle traite incluent :

  • L’hypercholestérolémie familiale hétérozygote et homozygote, 
  • L’hyperlipidémie pure de type IIa, et 
  • L’hyperlipidémie mixte de types IIB et III de la classification de Fredrickson.

L’atorvastatine agit pour diminuer les taux élevés de cholestérol total (total-C), de LDL-cholestérol (LDL-C), d'apolipoprotéine B et de triglycérides. Ce médicament convient aux adultes, aux adolescents et aux enfants âgés de 10 ans. 

Ce médicament est également prescrit pour prévenir des accidents et autres troubles cardiovasculaires

En complément de la correction et du traitement des autres facteurs de risques, il est utilisé chez les patients adultes qui présentent un risque élevé.

L’atorvastatine n’appartient à aucun générique. La durée de sa conservation est de 2 ans. 

Tout au long du traitement, l’atorvastatine doit être conservée dans son emballage, à l'abri de l’humidité. 

Les comprimés pelliculés peuvent être commercialisés par 7, 28, 30, 50, 60, 90, 98 et 100, mais ces conditionnements ne sont pas tous disponibles en pharmacie

 

Mode d’administration et posologie de l’atorvastatine

L’administration de l’atorvastatine se fait par voie orale. La dose prescrite est prise en une seule fois par jour, et elle peut se faire à tout moment de la journée, pendant ou en dehors des repas.

Avant le début du traitement, le patient doit suivre un régime hypocholestérolémiant standard. Il doit poursuivre ce régime pendant la prise du médicament. 

Concernant la posologie, le patient prend habituellement 10 mg une fois par jour. Des ajustements peuvent être faits en fonction des circonstances, mais la dose maximale journalière ne doit dépasser 80 mg. Ces ajustements doivent avoir un intervalle d’au moins 4 semaines.

La dose à administrer dépend du taux de LDL-C à l'état initial, des objectifs du traitement et de la réponse du patient. Les doses prescrites, la fréquence et la durée de traitement prescrite par les médecins doivent être respectées pour optimiser l’efficacité du médicament

 

Hypercholestérolémie mixte

Pour l’hypercholestérolémie mixte, une prise quotidienne de 10 mg est souvent prescrite pour avoir une réponse thérapeutique dans les 2 semaines qui suivent. Certains patients doivent attendre jusqu’à 4 semaines pour obtenir une réponse thérapeutique.

 

Hypercholestérolémie familiale hétérozygote

En cas d’hypercholestérolémie familiale hétérozygote, le traitement commence avec une 10 mg d’atorvastatine par jour, une dose qui peut augmenter à 40 mg après des révisions faites toutes les 4 semaines

 

Hypercholestérolémie familiale homozygote

Pour traiter l’hypercholestérolémie familiale homozygote, l’atorvastatine est souvent utilisée en complément d'autres traitements hypolipémiants avec une dose moyenne de 10 à 80 mg par jour.

 

Prévention des maladies cardiovasculaires

Pour la prévention des maladies cardiovasculaires, la dose initiale reste 10 mg par jour, une dose qui peut augmenter le temps que le patient atteigne les taux de LDL-C fixés par les recommandations actuelles

Chez les patients qui prennent des médicaments antiviraux contre l’hépatite C, la dose d’atorvastatine ne doit pas dépasser 20 mg par jour

En cas d’insuffisance rénale, aucun ajustement de la dose n’est indiqué. 

Chez les enfants, un traitement avec l’atorvastatine ne peut être prescrit que par des médecins expérimentés dans le traitement de l'hyperlipidémie pédiatrique. L’état des patients doit être évalué régulièrement pour apprécier les progrès.

Le médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant une insuffisance hépatique. Les indications et les doses sont les mêmes chez la population générale que chez les séniors, âgés de plus de 70 ans.

Surdosage

En cas de surdosage, aucun traitement spécifique pour le corriger n’est mis en place. Le patient sera alors traité en fonction des symptômes qu’il présente. 

Il est toutefois recommandé de réaliser des tests de la fonction hépatique et de surveiller les taux sériques de CPK pour prendre les mesures nécessaires.

 

Effets indésirables possibles de l’atorvastatine

La prise de l’atorvastatine peut faire survenir certains effets indésirables observés à l’issus de différentes études cliniques, dont :

  • Les malaises,
  • La douleur thoracique et la fatigue,
  • Les infections et infestations comme les réactions allergiques,
  • Les affections hématologiques et du système lymphatique,
  • Les affections du système immunitaire,
  • Les troubles du métabolisme et de la nutrition, comme l’hyperglycémie, l’hypoglycémie, ou l’anorexie,
  • Les affections du système nerveux comme les céphalées, l’amnésie, ou la paresthésie,
  • Les troubles visuels,
  • Les acouphènes et la perte d’audition,
  • Les douleurs pharyngo laryngées,
  • Les affections gastro-intestinales comme le vomissement, la constipation, les nausées et la diarrhée,
  • L’insuffisance hépatique,
  • L’éruption cutanée,
  • Les spasmes musculaires, le gonflement des articulations, et la douleur dorsale,
  • Les dysfonctionnements sexuels,
  • La dépression.

Lorsque l’un ou plusieurs effets secondaires se manifestent, il est conseillé de se référer directement au médecin traitant. Cela permet de réajuster les traitements et de mesurer l’efficacité du médicament

 

Contre-indications de l’atorvastatine

La prise de l’atorvastatine est contre-indiquée chez les patients :

  • Présentant une hypersensibilité atorvastatine
  • Atteint d’une affection hépatique évolutive
  • Ayant des élévations prolongée et inexpliquée des transaminases
  • Traités par les antiviraux contre l’hépatite C glécaprévir/pibrentasvir

Des mesures contraceptives adéquates doivent être prises par les femmes en âge de procréer lors d’un traitement avec l’atorvastatine. Aussi, l’atorvastatine ne doit pas être utilisée pour le traitement des patientes enceintes, pensant être enceintes ou planifiant une grossesse. Elle n’a cependant aucun effet sur la fertilité

Le médicament est contre-indiqué pendant la grossesse. Bien qu’aucune étude clinique contrôlée n’ait été menée sur les femmes enceintes, des études réalisées chez l’animal ont montré une toxicité sur la reproduction.

La prise d’atorvastatine par une mère allaitante peut diminuer les taux fœtaux du mévalonate, un précurseur de la biosynthèse du cholestérol.

D’autres traitements, pharmaceutiques ou non, pourraient mieux convenir à ces patients. Demandez l’avis de votre médecin en cas de doute.

 

Mises en garde et précautions d’emploi de l’atorvastatine

Pour limiter les effets indésirables, des précautions d’emploi doivent être prises lors du traitement par atorvastatine dans les situations suivantes ;

  • Antécédent de maladie hépatique
  • Effets sur les muscles squelettiques
  • Consommation fréquente et élevée d'alcool
  • Antécédent d'accident vasculaire cérébral hémorragique
  • Antécédent d'infarctus lacunaire
  • Insuffisance rénale,
  • Hypothyroïdie,
  • Antécédents personnels ou familiaux d'affections musculaires héréditaires,
  • Antécédents de toxicité musculaire avec une statine ou un fibrate
  • Élévation des taux plasmatiques
  • Élévation des taux de CPK

 

Effets hépatiques

Les patients qui développent des signes ou des symptômes suggestifs d'une atteinte hépatique doivent être particulièrement surveillés. 

Avant de suivre un traitement avec de l’atorvastatine, ils doivent d’abord subir des épreuves fonctionnelles hépatiques, et les tests doivent être ensuite réalisés de manière périodique. 

Lorsque le taux sérique des transaminases des patients connait une augmentation, ces derniers doivent être suivis de près, un suivi pouvant s’arrêter lorsque le taux revient à la normale. 

En cas d’augmentation persistante des transaminases (dépassant 3 fois la limite supérieure de la normale (LSN)), la quantité d'atorvastatine administrée doit être réduite. Le traitement pourrait aussi être interrompu. 

 

Prévention des AVC par une réduction agressive des taux de cholestérol

Au cours d'une analyse post hoc de sous-types d'accident vasculaire cérébral (AVC) chez des patients sans cardiopathie ischémique (CPI) ayant eu récemment un AVC ou un accident ischémique transitoire (AIT), on a observé une incidence plus élevée d'accident vasculaire cérébral hémorragique chez les patients ayant débuté un traitement par une dose de 80 mg d'atorvastatine, par rapport aux patients recevant le placebo. 

Ce risque accru était particulièrement marqué chez les patients ayant des antécédents d'accident vasculaire cérébral hémorragique ou d'infarctus lacunaire au moment de leur inclusion dans l'étude. 

Lors d’une analyse à posteriori réalisée chez des patients sans CPI ayant fait récemment un AVC ou un AIT, une fréquence d’incidence plus élevée a été observée chez les patients traités avec de l'atorvastatine d’une dose de 80 mg, par rapport aux patients sous placebo. 

Les risques sont d’autant plus élevés chez les patients faisant partie de l’étude qui ont déjà fait un AVC hémorragique ou un infarctus lacunaire. Le rapport entre les risques et les bénéfices du traitement est alors incertain.

Chez les patients qui ont déjà connu des antécédents d’AVC hémorragique ou d'infarctus lacunaire, les risques de la survenue d’un nouvel accident doivent être évalués avant le début de la prise d'atorvastatine. 

 

Effets sur le muscle squelettique

Le traitement par l'atorvastatine, comme le cas observé avec les autres inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase, présente des risques d’affection du muscle squelettique. Cela peut entraîner différentes pathologies dont :

  • Les myalgies,
  • La myosite,
  • La myoglobine,
  • La myoglobinurie pouvant entraîner une insuffisance rénale,
  • La myopathie pouvant évoluer vers une rhabdomyolyse (la rhabdomyolyse peut être fatale quand les taux élevés de créatine phosphokinase sont élevés(CPK) (> 10 fois la LSN)).

 

Surveillance des taux de CPK

Des taux de CPK significativement élevés (> 5 fois la LSN) à l'état initial signifient une impossibilité de débuter le traitement. Il est particulièrement recommandé de mesurer les taux de CPK avant le début de la prise de l'atorvastatine, et prévenir ainsi une rhabdomyolyse, dans les cas suivants :

  • Insuffisance rénale,
  • Traitement de patients âgés (> 70 ans), où il est nécessaire d’évaluer la nécessité de ces mesures en fonction de la présence d'autres facteurs de prédisposition à une rhabdomyolyse,
  • Hypothyroïdie
  • Antécédents personnels ou familiaux de maladies musculaires héréditaires,
  • Antécédents de toxicité musculaire lors d'un traitement par une statine ou un fibrate,
  • Antécédents d'affection hépatique et/ou de consommation excessive d'alcool,
  • Risque d’élévation des taux plasmatiques à cause des interactions médicamenteuses et d'utilisation dans des populations particulières, dont les polymorphismes génétiques.

Ces situations impliquent une évaluation régulière du rapport entre les bénéfices et les risques éventuels du traitement.

 

Interactions de l’atorvastatine avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions

Des médicaments affectent la concentration plasmatique de l’atorvastatine, dont :

  • Les inhibiteurs du CYP3A4 et des inhibiteurs de protéase du VIH 

La prise de ces inhibiteurs cause une augmentation de la concentration plasmatique de l’atorvastatine et doit être évitée dans la mesure du possible. La dose initiale et la dose maximale d’atorvastatine sont plus faibles, et les patients doivent être sous surveillance clinique appropriée.

  • Les inducteurs du CYP3A4 

L’administration d’inducteurs du CYP3A4 pendant un traitement avec l’atorvastatine entraîne une diminution de la concentration plasmatique d’atorvastatine, ce qui peut affecter l’efficacité du traitement.

  • Les inhibiteurs des transporteurs

L’administration concomitante d’atorvastatine avec un inhibiteur des transporteurs augmente l’exposition systémique à l’atorvastatine. La dose administrée doit être réduite l’efficacité du traitement doit être surveillée. 

  • Colestipol 

Le colestipol fait diminuer les concentrations plasmatiques d’atorvastatine. Les effets hypolipémiants de l’association des deux médicaments sont cependant plus importants que lorsqu’ils sont pris séparément. 

L’administration d’atorvastatine, en contrepartie, fait augmenter les concentrations plasmatiques de la dioxine et de certains contraceptifs oraux dont la noréthindrone et l’éthinylestradiol. 

Aussi, les risques d’événements musculaires sont plus élevés en cas d’utilisation simultanée de l’atorvastatine avec un dérivé de l’acide fibrique ou l’ézétimibe

A cause des risques de myopathie, des surveillances de l’état du patient doit également être réalisées en cas d’interaction entre :

  • L’atorvastatine et la colchicine
  • L’atorvastatine et l’acide fusidique 

Pour un traitement par atorvastatine, le taux de remboursement de la sécurité sociale est à 65 %. La différence est alors à la charge du patient présentant des risques d’AVC ou atteint d’hypercholestérolémie ou d’hyperlipidémie. Les traitements se font pourtant sur le long terme. Pensez donc à souscrire à une mutuelle santé pour que les restes qui sont à votre charge liés au traitement par l’atorvastatine vous soient également remboursés. Trouvez une mutuelle qui correspond à votre attente en vous rendant sur Santors.fr, un comparateur d’assurance en ligne.