Accueil > Les médicaments > Tout sur le périndopril

Tout sur le périndopril

Le périndopril : pour quelle pathologie ?

Si ce médicament de Biogaran est principalement connu pour traiter l’hypertension artérielle, son action s’étend à d’autres maladies. En effet, votre médecin peut vous le prescrire en cas d’insuffisance cardiaque, de maladie coronaire stable, ou d’autres troubles cardiaques.

 

Hypertension artérielle

En cas d’hypertension artérielle, votre médecin peut vous prescrire le périndopril. Une prise unique de ce médicament stabilise rapidement votre rythme cardiaque pendant 4 à 6 heures. Son action peut même s’étaler durant 24 heures.

Ce médicament agit dans votre organisme en augmentant le calibre des vaisseaux sanguins. Pour ce faire, il relâche les muscles, lisse des parois, des veines et des artères. Cette action permet :

  • De réduire considérablement votre pression artérielle
  • Au cœur de distribuer le sang aux organes et aux cellules
  • Diminuer l’hypertrophie ventriculaire gauche (l’épaississement du muscle de la cavité inférieure gauche du cœur).

 

Insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque correspond à l’affaiblissement du muscle du cœur. À cause de cette fatigue, il est incapable de pomper correctement du sang pour répondre aux besoins de votre organisme. Alors, si vous êtes fébrile, essoufflé, sans énergie ou votre corps fait de la rétention d’eau, votre médecin peut vous prescrire le périndopril.

Ce médicament vasodilatateur abaisse votre pression artérielle. Par conséquent, votre cœur ne fera plus beaucoup d’efforts pour pomper du sang. Sa prise permet donc de :

  • Diminuer la rétention d’eau et la quantité de sel dans les reins.
  • Améliorer votre état de santé en général.

 

 

Maladie coronaire stable

La maladie coronaire stable, appelée aussi angor stable est un syndrome fréquent. Elle se manifeste par un désagrément ressenti dans la poitrine, le dos, les bras et les épaules. Ces signes cliniques apparaissent généralement en cas d’effort et stress.

Son traitement dépend de la gravité de votre maladie. Votre médecin peut vous prescrire le périndopril si c’est nécessaire.

Dans tous les cas, les expériences sur ce médicament sont satisfaisantes. En effet, le périndopril réduit les risques de développer des maladies cardiovasculaires fatales.

 

Comment prendre le périndopril ?

Avant de prendre ce médicament, consultez d’abord votre médecin. Ce professionnel vous indiquera la dose adéquate, en fonction de la gravité de votre maladie.

 

Posologie usuelle

Ce médicament est prescrit à partir de 18 ans. Cependant, sachez que votre médecin est le seul à déterminer le dosage et la posologie du traitement. Il se base sur la nature de votre maladie et de votre état de santé. Mais en cas de :

  • Hypertension artérielle, le dosage est de 4 mg par jour. Votre médecin peut l’augmenter à 8 mg après 1 mois de traitement. Cette dernière dose est le maximum recommandé. Si vous êtes plus de 65 ans, commencez avec 2 mg par jour. Ce dosage peut augmenter de 4 à 8 mg, si besoin.
  • Insuffisance cardiaque, la dose est de 2 mg tous les jours. Ce dosage peut augmenter de 4 mg au maximum après 15 jours de traitement.
  • Maladie coronaire stable, le dosage est de 4 mg par jour pendant 2 semaines. Après, votre médecin peut vous prescrire une dose de 8 mg si votre état de santé ne s’améliore pas.

 

Mode d’administration

Votre comprimé doit être pris avec un verre d’eau. Dans ce cas, évitez de l’avaler avec des boissons gazeuses ou alcoolisées. Quant à l’heure, essayez de l’avaler à une heure fixe, si possible le matin avant votre repas.

 

Surdosage

Le surdosage au périndopril est possible, si vous avez avalé plus que le dosage recommandé. Alors, rendez-vous immédiatement aux urgences si vous souffrez des troubles suivants :

  • Anxiété
  • Choc circulatoire
  • Hyperventilation
  • Insuffisance rénale
  • Palpitation
  • Tachycardie
  • Toux
  • Troubles électrolytiques
  • Vertige

En général, si les signes se résument à de simples vertiges, il s’agit d’une légère hypotension. La première chose à faire est de relever les jambes. Si les symptômes persistent, rendez-vous aux urgences. Votre médecin vous pratique généralement une perfusion intraveineuse à base de chlorure de sodium. Parfois, l’excès de médicament est retiré à l’aide d’une hémodialyse.

 

En cas d’oublie de la prise

Votre médicament doit être pris chaque jour, afin de renforcer son efficacité. Alors, assurez-vous de le prendre à heure fixe. En cas d’oubli, évitez de doubler la dose. Reprenez uniquement votre comprimé le lendemain à la prise habituelle.

 

L’arrêt du traitement

Rappelons que le périndopril est un traitement à longue durée. En effet, votre prise peut s’étaler de 1 mois à plusieurs années. Alors, avant de l’arrêter brusquement, sollicitez d’abord l’avis de votre médecin ou cardiologue. Il peut vous :

  • Prescrire un autre médicament ayant les mêmes propriétés thérapeutiques
  • Informer davantage sur l’utilisation de votre médicament

 

Les effets indésirables du périndopril

Comme tous les médicaments, le périndopril peut provoquer des effets indésirables à l’intensité variable. Certaines personnes souffrent généralement de signes graves, tandis que d’autres ressentent des symptômes modérés, voire gênants.

 

Les signes graves

Le périndopril peut entraîner des troubles graves. Alors, si vous ressentez les signes suivants, arrêtez immédiatement votre traitement et consultez rapidement votre médecin :

  • Des difficultés à respirer qui peuvent s’accompagner d’un gonflement des lèvres, de la bouche, de la gorge, de la langue et de la face.
  • Évanouissement causé par une hypotension sévère
  • Augmentation anormale du battement du cœur
  • Faiblesse ressentie au niveau des jambes et des bras, qui s’accompagne d’un problème d’élocution
  • Respiration sifflante avec des douleurs thoraciques presque insupportables
  • Inflammation du pancréas qui se manifeste par des douleurs abdominales et dorsales sévères
  • Jaunisse signe d’une hépatite rare
  • Éruptions cutanées

 

Les effets indésirables possibles

Les effets indésirables suivants peuvent apparaître ou pas. Dans tous les cas, s’ils vous arrivent, signalez votre médecin. Ce dernier vous indiquera les mesures à prendre.

 

Fréquent (peut toucher 1 patient sur 10) :

  • crampes musculaires
  • difficulté respiratoire (dyspnée)
  • fatigue
  • malaises
  • maux de tête
  • réactions allergiques (comme des éruptions cutanées, démangeaisons)
  • sensations de picotements et de fourmillements
  • sifflement (sensation de bruit dans les oreilles) et bourdonnement d’oreilles
  • toux
  • troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements, douleurs abdominales, troubles du goût, dyspepsie ou digestion difficile, diarrhées, constipation)
  • troubles visuels
  • vertiges

 

Peu fréquent (peut afficher 1 patient sur 100) :

  • arthralgie (douleurs articulaires)
  • bouche sèche
  • chute,
  • démangeaisons intenses ou éruptions cutanées sévères
  • douleur thoracique
  • évanouissement
  • excès d’éosinophiles (catégorie de globules blancs)
  • fièvre
  • formation de cloques sur la peau
  • impuissance
  • malaise
  • myalgie (douleur musculaire)
  • œdème périphérique
  • palpitations
  • problèmes rénaux
  • réaction de photosensibilité (augmentation de la sensibilité de la peau au soleil)
  • somnolence
  • tachycardie
  • transpiration
  • troubles de l’humeur
  • troubles du sommeil
  • vascularisé (inflammation des vaisseaux sanguins)

Si vous souffrez de diabète, votre taux de sucre peut baisser radicalement, entraînant une hypoglycémie.

 

Rare (peut toucher jusqu’à 1 patient sur 1000) :

  • aggravation du psoriasis
  • modifications des paramètres biologiques : augmentation du taux des enzymes hépatiques, niveau élevé de bilirubine sérique.

 

Très rare (peut atteindre jusqu’à 1 patient sur 10 000) :

  • confusion
  • insuffisance rénale aiguë,
  • pneumonie à éosinophiles (un type rare de pneumonie)
  • rhinite (nez bouché ou nez qui coule)

Parfois, la prise modifie aussi les constantes sanguines. Par exemple, le nombre des globules blancs et rouges peut diminuer. Le nombre de plaquettes sanguines et l’hémoglobine peuvent aussi faire de même.

 

Contre-indication du périndopril

Le périndopril ne convient pas à tout le monde. Évitez dans ce cas de le prendre, si vous êtes :

  • Allergique ou hypersensible aux composants, ou aux médicaments inhibiteurs de l’enzyme de conversion
  • Angioedèmique (respiration sifflante, gonflement de la langue, démangeaisons, éruptions cutanées, etc.) à la suite d’un traitement à base de médicament inhibiteur de l’enzyme de conversion.
  • Diabétique ou si vous souffrez d’une insuffisance rénale dont le traitement contient de l’aliskiren pour diminuer votre pression artérielle
  • Enceinte, surtout si vous entrez dans le second trimestre de votre grossesse
  • Souffrant d’un trouble rénal ou d’une insuffisance cardiaque dont le traitement est à base des sacubitril/valsartan
  • Sous dialyse ou si vous bénéficiez d’une filtration sanguine

 

Précaution d’utilisation

Le périndopril n’est pas contre-indiqué si vous souffrez des maladies suivantes. Mais avant la prise, adressez-vous d’abord à votre médecin.

  • Aphérèse des lipoprotéines de basse densité (LDL). Celle-ci n’est pas une maladie, mais un traitement qui consiste à réduire le taux de cholestérol sanguin.
  • Diabète qui correspond à une élévation de taux de sucre dans le sang. Ce risque d’hyperglycémie peut augmenter à cause du périndopril, d’où l’intérêt de surveiller votre glycémie 1 mois après le traitement.
  • En cas de régime pauvre en sel, ou si vous employez des substituts de sel riche en potassium
  • Intolérance au sucre
  • Maladie du collagène, tel que le lupus érythémateux disséminé, sclérodermie
  • Opération chirurgicale. Dans ce cas, arrêtez le traitement 1 jour avant la chirurgie.
  • Problèmes cardiaques, comme l’infarctus du myocarde, et bien d’autres encore
  • Sténose aortique qui survient à cause du rétrécissement de l’artère principale alimentant votre cœur
  • Taux anormalement élevé d’aldostérone dans le sang. Il s’agit d’une hormone sécrétée par les glandes surrénales en réponse à une stimulation par l’angiotensine 2. Par conséquent, elle vise à réguler la tension artérielle
  • Traitement de désensibilisation. Ce dernier n’est pas non plus une pathologie, mais une mesure à prendre en cas d’allergie aux piqûres d’abeilles ou de guêpes.
  • Troubles digestifs, comme la diarrhée, ou le vomissement
  • Troubles hépatiques qui peuvent se compliquer en jaunisse. Dans ce cas, le traitement est incompatible avec le périndopril

 

Interaction du médicament

Ce médicament peut interagir avec d’autres. Alors, avant de le prendre, renseignez-vous d’abord sur les associations possibles, ou contactez votre médecin.

 

Les associations à ne pas faire

L’action du périndopril peut être altérée, si vous prenez les médicaments suivants :

  • Allopurinol en cas de goutte
  • Antihypertenseurs contenant un antagoniste des récepteurs de l’angiotensine II (ARA-II) ou de l’aliskiren
  • Baclofène. Ce médicament traite la rigidité musculaire causée par des maladies comme la sclérose multiple.
  • Diurétiques épargneurs de potassium qui sont prescrits en cas d’insuffisance cardiaque. C’est le cas de l’éplérénone et spironolactone à des doses comprises entre 12,5 mg et 50 mg par jour
  • Diurétiques qui élèvent le taux de potassium dans l’organisme (comme l’héparine et le cotrimoxazole aussi connu sous le nom de triméthoprime/sulfaméthoxazole).
  • Estramustine en cas de cancer du sein
  • Immunosuppresseurs (médicaments qui réduisent la réponse exagérée de l’organisme) employés dans le traitement des maladies auto-immunes ou à la suite d’une transplantation chirurgicale (ciclosporine, tacrolimus)
  • Lithium qui est prescrit pour traiter les psychoses maniaco-dépressives
  • Médicament contre l’hypotension artérielle, des collapsus ou de l’asthme (éphédrine, noradrénaline ou adrénaline)
  • Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (comme l’ibuprofène) pour apaiser les douleurs
  • Médicaments pour le traitement du diabète (comme l’insuline ou la metformine)
  • Médicaments qui sont fréquemment employés pour le traitement de la diarrhée (racécadotril) ou pour prévenir les rejets d’organes transplantés (sirolimus, évérolimus, temsirolimus et les traitements faisant partie des inhibiteurs de mTOR)
  • Médicaments qui traitent les troubles mentaux comme la dépression, l’anxiété, la schizophrénie, etc. (antidépresseurs tricycliques, antipsychotiques)
  • Procaïnamide qui traite le battement anormal de votre cœur
  • Sels d’or, surtout s’ils sont administrés par intraveineuse en cas de polyarthrite rhumatoïde
  • Triméthoprime en cas d’infection
  • Vasodilatateurs qui sont composés de dérivés nitrés (produits qui augmentent le calibre des vaisseaux sanguins)

 

Les mesures à prendre

Si vous suivez actuellement un traitement thérapeutique à base de médicament, signalez votre médecin avant de prendre le périndopril. Il vous indiquera les mesures à prendre pour éviter les éventuels effets secondaires. Cette mise en garde est valable si vous envisagez de suivre une thérapie à base de plantes.

Sachez que les principes actifs des médicaments ou des plantes (quelle que soit leur nature, ou leur origine) peuvent :

  • Réduire l’action, voire l’efficacité du périndopril
  • Entraîner des effets indésirables plus ou moins graves

 

Le périndopril est-il sans risque pendant la grossesse et l’allaitement ?

Avant de prendre ce médicament hypotenseur, renseignez-vous d’abord sur les risques et les bénéfiques, si vous êtes enceintes ou si vous allaitez.

 

Grossesse

Le traitement à base de périndopril est déconseillé durant la grossesse. Alors, si vous êtes enceintes, arrêtez immédiatement la prise. Ensuite, adressez-vous à votre médecin. Ce dernier vous prescrira un médicament compatible avec votre état.

L’exposition aux médicaments inhibiteurs de l’enzyme de conversion n’est pas sans risque sur le fœtus. D’après les études scientifiques, elle peut provoquer une fœtotoxicité. En effet, le nourrisson peut développer un trouble rénal, un oligohydramnios, ou un retard d’ossification des os du crâne.

Si l’exposition a déjà eu lieu, une échographie fœtale est nécessaire. Elle permet de vérifier le fonctionnement des reins et les os du crâne.

 

Allaitement

Avant de commencer l’allaitement, adressez-vous d’abord à votre médecin. Ce dernier vous indiquera les mesures à prendre. En général, il vous propose un autre traitement compatible avec l’allaitement.

 

Comment conserver le perindopril  ?

Le mode de conservation de votre médicament dépend de son aspect et forme

 

La forme du médicament

Le périndopril est disponible sous forme de comprimé sécable de couleur blanche. Chaque comprimé est en forme de bâtonnet, gravé sur une face. Une boîte peut contenir seulement 5 comprimés. Mais, elle peut également comprendre jusqu’à 500.

 

La conservation du perindopril

Votre médicament hypotenseur est facile à conserver. Cependant, n’hésitez pas à respecter les conditions suivantes :

  • Conserver le périndopril hors de portée des enfants
  • Prendre la pilule avant la date de péremption mentionnée sur la boîte de votre traitement
  • Garder le périndopril à une température ambiante (inférieur à 30 °C)
  • Ne pas jeter la boîte de votre médicament dans les égouts ou les ordures ménagères pour protéger l’environnement.

 

Taux de remboursement du perindopril

Le remboursement de votre médicament dépend de son service médical rendu ou SMR. Ce critère est déterminé par la haute autorité de santé sur son efficacité et sur la maladie auquel il traite. Pour le périndopril, l’assurance santé vous rembourse à hauteur de 65 %. Bien évidemment, les restes (35 %) sont à votre charge.

Néanmoins, il est possible de bénéficier d’une prise en charge intégrale, mais uniquement dans deux cas :

  • Le médicament traite une affection de longue durée (ALD). Dans ce cas, munissez-vous d’une ordonnance dans laquelle, le périndopril est recommandé par votre médecin. Ce dernier le prescrit généralement en cas d’insuffisance cardiaque, de maladie coronaire stable ou d’autres troubles cardiaques. Malheureusement, s’il le prescrit pour abaisser votre hypertension artérielle, vous n’obtenez pas un remboursement intégral, car ce trouble est exclu des ALD.
  • La souscription à une mutuelle santé qui rembourse votre ticket modérateur (les 35 % restantes). Alors, n’hésitez pas à y recourir en cas d’hypertension artérielle. Mais, avant de signer un contrat, renseignez-vous sur les offres disponibles.

 

Conclusion

Le périndopril est un médicament inhibiteur de l’enzyme de conversion. En tant que tel, il vous aide à abaisser votre pression artérielle. Sa prise est aussi prescrite en cas d’insuffisance cardiaque ou de maladie coronaire stable. Malheureusement, elle peut provoquer des effets indésirables variables d’une personne à une autre. Quant à sa prise en charge, elle dépend de votre maladie. Si vous souffrez d’une affection de longue durée, la sécurité sociale vous rembourse à 100 %. Dans ce cas contraire, alors, le taux est de 65 %. Dans les deux cas, il est toujours préférable de souscrire à une assurance santé qui vous propose des prestations supplémentaires. Santors vous accompagne à trouver la meilleure offre.