Accueil > Les médicaments > Tout sur le repevax

Tout sur le repevax

L’indication thérapeutique du repevax

Le repevax vous protège contre les maladies infectieuses. Mais il ne doit être administré qu’à partir de 3 ans, après la première vaccination. Son injection est aussi nécessaire chez les femmes enceintes.

 

Une vaccination de protection contre différentes maladies infectieuses

Le repevax est une vaccination qui prévient certaines maladies infectieuses. Son action renforce votre système immunitaire et l’aide à faire face aux bactéries et aux virus, à l’origine de :

  • La diphtérie : cette dernière apparaît à cause de différentes bactéries du genre Corynebacterium. Elle se manifeste par des éruptions cutanées, et par une infection respiratoire qui peut atteindre le cerveau et divers organes. Elle est surtout grave chez les nourrissons, bien que les adultes puissent aussi en souffrir.
  • Le tétanos : cette maladie est potentiellement mortelle dans 50 % des cas. Son apparition est due à une bactérie, connue sous le nom de « Clostridium tetani ». Cette dernière secrète effectivement une toxine qui agit directement au niveau du cerveau, entraînant par la suite des paralysies musculaires.
  • La coqueluche : celle-ci est une maladie respiratoire causée par une bactérie (Bordetella Pertussis). Elle est très contagieuse et potentiellement mortelle chez les nourrissons. Mais elle n’épargne pas pour autant les adultes. Bien au contraire, ces derniers peuvent souffrir de ses complications
  • La poliomyélite : cette maladie grave est très contagieuse chez les enfants. Son apparition est causée par un virus, appelé « poliovirus ». Ce dernier affecte directement le cerveau, ce qui peut provoquer des paralysies irréversibles.

Ce vaccin est destiné aux enfants plus de 3 ans, aux adolescents et aux adultes après la primovaccination complète (premières injections successives d’un vaccin avant l’âge 1 an).

 

Un moyen de protection passive du nourrisson contre la coqueluche

Le repevax protège indirectement le nourrisson de la coqueluche (une maladie respiratoire potentiellement mortelle). Son injection se fait de manière passive. En effet, elle se fait pendant la grossesse, notamment durant le deuxième ou le troisième trimestre. Grâce à cette vaccination, le bébé sera protégé contre la coqueluche durant les premiers mois de sa vie.

 

Renfort de protection en cas de plaie tétanigène

Si vous souffrez d’une plaie, votre médecin peut vous prescrire une dose d’anatoxine tétanique, surtout si votre vaccination n’est pas mise à jour. Cette prescription est conforme à l’avis du Haut Conseil de la santé publique du 24 mai 2013. S’il s’agit d’une plaie majeure, l’injection est complétée par l’administration d’immunoglobuline tétanique 250 UI dans le second bras. Vous serez ainsi protégé du tétanos.

 

Le repevax est-il efficace ?

Grâce à sa composition, le repevax vous protège contre les bactéries et les virus. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il est efficace à 100 %.

 

La composition du vaccin

Si le repevax vous protège contre différentes maladies infections, c’est parce qu’il contient de :

  • Anatoxine diphtérique purifiée. Ce dernier est une forme neutralisée des substances produites par les bactéries du genre Corynebacterium, responsable de la diphtérie. De nature inoffensive, il permet à votre corps de se protéger contre la véritable toxine, à l’origine de la maladie.
  • Anatoxine tétanique purifiée. Il est une forme neutralisée de la toxine fabriquée par Clostridium tetani, à l’origine du tétanos. Il stimule votre réponse immunitaire, afin que ce dernier puisse faire face à l’agent pathogène.
  • Antigènes coquelucheux sont des substances étrangères à votre organisme. Elles déclenchent votre réponse immunitaire afin d’éliminer les corps étrangers.
  • Virus poliomyélitiques inactivés de types 1, 2 et 3. Ces trois sérotypes de virus inactivés sont totalement inoffensifs, bien qu’ils soient à l’origine de légers effets indésirables.

 

La limite de la protection conférée par le repevax

Rappelons que le repevax est dépourvu de germes vivants. Cette composition inoffensive vous protège contre les bactéries et les virus causés par la diphtérie, la coqueluche, le tétanos et la poliomyélite. En aucune manière, cette vaccination ne vous protège des troubles dus par d’autres virus ou bactéries (non ciblés par le repevax). En plus, malgré l’injection, sachez que la vaccination ne vous protège pas à 100 %.

 

Mode d’administration et posologie du repevax

Même si le repevax contient des germes inoffensifs, respectez toujours la posologie et le mode d’administration indiqué.

 

Qui vous injecte le repevax ?

Avant de vous faire vacciner, consultez votre médecin. Ce dernier est le seul à décider si vous devez recevoir ce médicament ou non. Pour cela, il effectue un bilan de santé en fonction de :

  • Nombre de vaccins injectés précédemment
  • Dosage de vaccin administré auparavant
  • Date de votre dernière vaccination
  • Votre état de santé (grossesse, maladie chronique, etc.)

Ensuite, il déterminera le moment pendant lequel, vous devez vous faire vacciner. En général, il procède lui-même à l’injection. Parfois, il confie la tâche à d’autres professionnels de santé. Si tel est le cas, rendez-vous auprès d’un centre médical ou d’une clinique, car l’injection doit être effectuée par des professionnels de santé (médecin, infirmier, etc.) habilités par la loi. Sinon, choisissez un établissement bien équipé. Ce dernier sera capable de vous prendre en charge si éventuellement, vous développez des réactions allergiques graves au vaccin.

 

La posologie indiquée

Un vaccin de 0.5 ml vous sera injecté, quel que soit votre âge. Ce dosage unique est recommandé pour prolonger votre immunité à la suite de la primovaccination. Néanmoins, si vous êtes incapable de vous rappeler votre dernier vaccin, le professionnel vous injecte la même dose. Dans ce cas, vous serez protégé contre la poliomyélite et la coqueluche.

Quant au tétanos et la diphtérie, vous devez compléter le dosage 1 et 6 mois après la première vaccination. Votre médecin vous prescrit généralement deux injections supplémentaires. Par conséquent, vous serez mieux protégé contre ces deux maladies graves.

Pour stimuler votre immunité contre le tétanos, la coqueluche et la diphtérie, faites-vous vacciner tous les 5 à 10 ans. En cas de doute, consultez l’avis de votre médecin.

 

Mode d’administration

Vous recevez votre vaccination par voie intramusculaire. L’injection se fera sur votre épaule, notamment sur votre muscle deltoïde. Cependant, l’administration peut être faite à titre exceptionnel par voie intradermique ou sous-cutanée. Dans ce cas, il faudra respecter toutes les conditions.

 

Les effets indésirables possibles du repevax

Le repevax peut causer des effets indésirables à intensité variable. Si son injection passe inaperçue chez certaines personnes, ce n’est pas le cas des autres qui souffrent de troubles plus ou moins inquiétants.

 

Les effets indésirables graves

Bien que ce vaccin vous protège contre les germes pathogènes, il peut néanmoins être à l’origine des réactions allergiques graves. Ces derniers apparaissent très rapidement après l’administration. Ils se manifestent par les symptômes suivants :

  • Essoufflement
  • Lèvres et langue bleue
  • Éruption cutanée
  • Visage et Gorge gonflée
  • Hypotension, responsable de vertige ou d’évanouissement

Alors, si vous souffrez de réactions allergiques graves après l’injection, contactez immédiatement votre médecin. Ce dernier indiquera les mesures à prendre.

Dans tous les cas, vos risques d’en souffrir sont relativement rares, car ces réactions allergiques touchent 1 personne sur 10 000.

 

Les autres effets indésirables

D’autres effets indésirables peuvent apparaître après l’injection. Mais, cette fois-ci, l’apparition dépend de votre âge.

 

Les enfants de 3 à 6 ans

Après la vaccination, le muscle deltoïde (zone où le vaccin est injecté) de votre enfant peut gonfler. Il peut ressentir des douleurs, de la fatigue, de la diarrhée, voire une fièvre. Ces effets indésirables sont les plus fréquents, car ils touchent plus d’1 personne sur 10.

Cependant, vous risquez aussi de souffrir des effets indésirables fréquents qui affectent 1 personne sur 10. Dans ce cas, vous ressentirez :

  • Démangeaisons et inflammations au niveau de la partie ou le vaccin a été administré
  • Céphalées
  • Bleu
  • Éruptions cutanées
  • Troubles digestifs (nausées et vomissements)
  • Douleurs articulaires
  • Irritabilité

 

Adolescent (à partir de 11 ans) et adultes

Les effets indésirables apparaissent le plus souvent chez les adolescents 3 jours à la suite de l’injection. Vous pouvez les reconnaître grâce aux signes suivants :

  • Douleur
  • Gonflement de la région où le vaccin a été administré
  • Douleurs articulaires et musculaires
  • État fébrile
  • Maux de tête
  • Frissons
  • Nausées

Mais les symptômes peuvent également se résumer à des troubles digestifs (vomissement et diarrhée) et à une forte fièvre.

 

Contre-indications du repevax

L’injection de repevax est interdite, si vous souffrez d’hypersensibilité connue :

  • aux vaccins contre le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et la diphtérie
  • à l’une des substances composantes du repevax
  • à l’un des composants du processus de fabrication (formaldéhyde, glutaraldéhyde, streptomycine, néomycine, polymyxine B et albumine de sérum bovin)

Ce vaccin est aussi interdit, si vous avez souffert d’une encéphalopathie (inflammation du cerveau entraînant des maux de tête et des troubles du comportement), à la suite de la dernière vaccination contre la coqueluche. En cas de maladie fébrile aiguë ou sévère, demandez à votre médecin de différer votre vaccination.

 

Précaution d’usage du repevax

Avant la vaccination, renseignez-vous sur les mesures de précaution à respecter, afin d’éviter les éventuels désagréments.

 

Les mesures à prendre avant la vaccination

Avant l’injection de repevax, signalez à votre médecin ou à votre infirmière, si vous ou votre enfant avez déjà :

  • Réalisé votre vaccination de rappel contre le tétanos et la diphtérie, il y a 4 semaines. Dans de tels cas, l’injection est inutile. Néanmoins, votre médecin déterminera la date à laquelle vous allez recevoir votre dose supplémentaire.
  • Souffert du syndrome de Guillain-Barré (trouble qui se caractérise par la perte de mouvement, et d’emprise sur l’organisme) à la suite de l’administration d’un vaccin contenant de la valence de tétanos. Cette fois-ci, votre docteur décidera si vous devez vous faire vacciner ou pas en évaluant les risques et les bénéfices.
  • Un trouble progressif qui touche le cerveau ou les nerfs. Dans ce cas, votre médecin vous prescrit d’abord un traitement à votre maladie. Le vaccin sera ensuite administré dès lors que votre maladie se stabilisera. Cette mise en garde est valable si vous souffrez d’épilepsie ou de convulsions.
  • Faiblesse immunitaire à cause de la prise de médicaments (chimiothérapie, radiothérapie, stéroïdes, etc.), d’un virus du VIH, ou de maladies chroniques.

 

Les précautions à faire pendant l’injection

Les effets indésirables apparaissent souvent à cause d’une mauvaise administration du vaccin. Alors, pour les prévenir, adoptez les bons gestes, comme :

  • Eviter l’injection par voie intravasculaire ou intradermique du repevax
  • Informer votre médecin avant d’administrer le vaccin par voie intramusculaire, si vous suivez un traitement anticoagulant. Ce bon geste évitera les risques d’hémorragie.
  • Prendre les mesures nécessaires afin de vous préparer contre un éventuel évanouissement. En effet, ce dernier peut survenir à la suite de l’injection chez certaines personnes.

 

Quelques conseils après la vaccination

Même si le repevax vous protège contre les infections, il peut aussi être à l’origine de certains troubles. Alors, pour éviter les complications graves, voici quelques conseils :

  • Prendre des antalgiques (paracétamol), si vous souffrez de maux de tête ou d’état fébrile après l’administration du vaccin
  • Surveiller votre état de santé. Si les effets indésirables persistent plusieurs jours, contactez immédiatement votre médecin. Ce dernier vous indiquera les mesures à prendre.
  • Allaiter votre bébé. Quelques données affirment que les anticorps maternels diminuent la réponse exagérée du système immunitaire du nourrisson, du moins si vous avez été vacciné lors de votre grossesse.

 

Utilisation du repevax pendant la grossesse et l’allaitement est elle sans risque ?

Comme le repevax renforce la défense immunitaire, il peut être utilisé pendant la grossesse et l’allaitement, à condition de respecter les mesures de précaution.

 

Grossesse

Le vaccin est sans risque pendant votre grossesse. D’après les études cliniques, il est dépourvu de substances pouvant entraîner un développement anormal de l’embryon. Par conséquent, son injection ne provoque pas de malformation chez le fœtus.

Néanmoins, bien que le repevax soit sans danger pendant la période de gestation, sollicitez l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien avant l’injection. Ce professionnel est le seul à décider si vous devez le recevoir ou pas.

 

Allaitement

Les effets de l’injection au repevax durant l’allaitement sont encore en cours de recherche. Néanmoins, jusqu’à maintenant, aucun risque n’a été observé. Comme ce médicament est dépourvu de germes vivants, il est sans danger grave pour le nourrisson.

Toutefois, même si l’administration est sans risque, consultez toujours l’avis d’un médecin avant de vous faire injecter. Ce professionnel est le seul à établir les bénéfices et les risques potentiels de ce médicament.

 

Fertilité

Des études scientifiques sont encore en cours pour évaluer les risques de la vaccination sur la fécondité chez les êtres humains.

 

Comment conserver le repevax ?

Le mode de conservation du repevax dépend de sa forme.

 

La forme du repevax

Ce médicament est disponible sous la forme d’une suspension injectable en seringue préremplie (0.5 ml). Il peut être :

  • Sans aiguille attachée
  • Avec 1 ou 2 aiguilles
  • Avec aiguille attachée

Quant à son aspect, il est un liquide blanc homogène. Mais, il peut sédimenter durant la conservation. Normalement, après agitation, il reprend sa teinte blanche.

 

La conservation du repevax

Si vous devez vous procurer du repevax (selon la recommandation de votre médecin), conservez-le au réfrigérateur. La température idéale se situe entre + 2 °C et + 8 °C. Ainsi, le médicament gardera son efficacité.

En cas de panne de courant qui rompt la chaîne du froid, le repevax gardera ses propriétés. Mais, pour cela, assurez-vous que la température est inférieure à 25 °C. Dans tous les cas, évitez de congeler le repevax

 

Les interactions du repevax avec d’autres médicaments ou vaccins

Comme le repevax contient des germes inactifs, il peut être injecté, simultanément avec une dose de vaccin contre :

  • La grippe, à condition que le médicament contient des germes inactifs. L’association entre les deux vaccins est sans risque après l’étude clinique effectuée chez les seniors plus de 60 et plus.
  • L’hépatite B
  • Le papillomavirus humain responsable de différentes maladies (condylomes, cancer du col de l’utérus, cancer anal, cancer oropharyngé, cancer du pénis).

Cependant, avant de vous faire injecter, informez toujours votre médecin de l’interaction que vous souhaitez entreprendre. À défaut d’études de compatibilité, vous devez éviter une association avec un autre vaccin ou des médicaments quelconques.

 

Le mécanisme d’action du repevax

L’efficacité du repevax a déjà fait l’objet d’une étude scientifique. À l’issue des observations effectuées chez les personnes ayant administré le vaccin, les scientifiques ont remarqué des résultats différents en fonction de l’âge.

 

Chez les adolescents et les adultes

Après l’injection du repevax chez les adolescents et les adultes, deux situations ont été observées :

  • Réponse plus faible est visible chez les sujets ayant un calendrier vaccinal incertain ou incomplet.
  • Résultat plus efficace en cas de vaccination normale

 

Chez les enfants

Le résultat est concluant chez les enfants qui ont été primo-vaccinés à leur naissance. Effectivement, on avait observé des réponses immunitaires robustes après un premier rappel à l’âge de 3 ans à 4 ans.

 

Protection passive du nouveau-né

Les scientifiques ont aussi observé les effets de l’injection sur les femmes enceintes. À l’issue de leurs observations, ils ont remarqué :

  • Les réponses immunitaires des femmes enceintes sont normales. Effectivement, elles sont similaires à celles des autres femmes.
  • L’existence des anticorps maternels chez le nourrisson de 2 à 4 mois. Cette présence atténue la réponse exagérée du système immunitaire du bébé.
  • Efficacité à 90 % de la vaccination passive contre la coqueluche, car le nourrisson est protégé de cette maladie durant ses 3 premiers mois de vie.

 

Taux de remboursement du repevax

Le taux de remboursement d’un médicament dépend de son service médical rendu ou SMR. Ce critère est défini par la Commission de transparence de la Haute autorité de santé (HAS), en fonction de :

  • L’efficacité du vaccin par rapport à ses effets indésirables
  • La gravité du trouble auquel il protège
  • Le type de traitement (prévention, traitement)

Le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche et la diphtérie sont des troubles graves qui peuvent engager le pronostic vital, surtout chez les enfants. Chez l’adulte, l’injection de repevax est prise à titre préventif. Elle répond dans ce cas à des objectifs de santé publique.

En raison de sa place de choix dans la protection contre ces maladies graves, le repevax possède un SMR important. Par conséquent, la sécurité sociale vous rembourse à hauteur de 65 %. Quant aux restes (35 %) ils sont à votre charge.

Souhaitez-vous profiter d’un remboursement intégral ? Souscrivez dès maintenant à une assurance santé. Cette dernière vous propose de payer votre ticket modérateur (les restes à charge).

 

Conclusion

Le repevax est une vaccination de rappel contre la poliomyélite, le tétanos, la diphtérie et la coqueluche. Son injection est réservée aux enfants plus de 3 ans. Chez l’adulte, elle est administrée à titre préventif. Ce vaccin possède dans ce cas une