Accueil > Les soins > Remboursement de la pose d’une prothèse de hanche chez les seniors

Remboursement de la pose d’une prothèse de hanche chez les seniors

Qu’est-ce qu’une prothèse de hanche ?

La prothèse de hanche est une opération chirurgicale qui vise à changer l’articulation de votre hanche pour une prothèse artificielle, appelée « prothèse totale de hanche » ou PTH. Rappelons que la hanche désigne l’articulation qui se situe entre le bassin et le fémur. Elle sert à supporter le poids du corps. Par conséquent, elle est indispensable pour faciliter la marche. Le bassin quant à lui dispose d’une cavité arrondie, le « cotyle » dans lequel est placée la tête du fémur. Les extrémités de ces os sont recouvertes de cartilage qui est une membrane synoviale. À noter que cette membrane sécrète le liquide synovial qui facilite vos mouvements articulaires.

 

Dans quel cas doit-on poser une prothèse de hanche ?

La prothèse de hanche est indiquée si vous souffrez de maladies articulaires de la hanche, comme : 

  • L’arthrose ou « ostéoarthrite » : celui-ci est la raison la plus fréquente de la pose d’une prothèse de hanche. Il s’agit d’un trouble articulaire qui se manifeste par la détérioration du cartilage qui recouvre les extrémités des os. Très douloureuse, l’arthrose est difficile à traiter, car les médicaments restent insuffisants, d’où l’intérêt de faire appel au remplacement de l’articulation défaillante. Sinon, il risque de causer des douleurs désagréables au point d’altérer la mobilité du patient.
  • La fracture du col de fémur : cette dernière touche principalement les personnes âgées, car, toujours selon Allo Docteur, environ 50 000 personnes sont atteintes de ce trouble grave. Si elle est autant redoutée, c’est parce qu’elle conduit à une perte d’autonomie. Pour pallier ce problème, la prothèse de hanche est conseillée.
  • Les rhumatismes inflammatoires : ces derniers rassemblent plusieurs maladies dont les plus répandues sont la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante et bien d’autres encore. Ils se manifestent par de fortes douleurs au niveau des articulations.
  • L’ostéonécrose : elle désigne une maladie qui est causée par l’altération des cellules osseuses à l’extrémité du fémur. Elle est due à la mauvaise circulation sanguine à la suite d’un traumatisme ou d’une fracture du col du fémur. Elle frappe généralement les patients de 35 à 50 ans qui souffrent des deux hanches. Si elle est déjà à un stade avancé, elle requiert implantation d’une prothèse de hanche.

 

Comment se déroule la pose d’une prothèse de hanche ?

 

Avant l’opération 

La pose d’une prothèse de hanche est une opération chirurgicale complexe. Ainsi, avant l’intervention, vous devrez : 

  • Recevoir l’aval d’un chirurgien qui propose la chirurgie à la suite d’un diagnostic exact de votre état de santé confirmant l’existence d’une pathologie articulaire. Celle-ci doit effectivement vous causer des douleurs ou des gênes insupportables qui vous empêchent de marcher ou de vous mouvoir.
  • Procéder à un bilan de santé complet qui nécessite l’avis d’un cardiologue et d’un anesthésiste. Un prélèvement sanguin et une radiographie sont aussi requis, cette dernière dans l’objectif de déterminer avec précision la dimension de votre prothèse de hanche.

 

Pendant l’opération

La chirurgie proprement dite se déroule sous anesthésie générale ou rachianesthésie. Elle dure environ 1h15. Mais, avant d’y procéder, vous devrez procéder à la préparation cutanée qui consiste à s’épiler et à prendre une douche antiseptique. Celle-ci est à renouveler le matin avant l’opération. L’opération se déroule ensuite en trois étapes : 

  • L’incision de votre cuisse et des zones musculaires et tendineuses pour atteindre la hanche
  • Le retrait des articulations endommagées
  • La mise en place de la prothèse qui contient trois parties (l’élément qui se fixe sur le bassin, le cotyle, élément qui est inséré dans le fémur, la tige fémorale, et un élément qui vient lier le cotyle et la tige fémorale, la tête fémorale).

 

Après l’opération chirurgicale, vous devrez respecter quelques règles :

  • Le temps de repos prescrit par le médecin chirurgien avant de vous lever ou de vous asseoir,
  • Marcher de manière progressive en commençant par l’utilisation des béquilles afin d’éviter l’apparition d’une phlébite, le caillot de sang présent dans les veines de la jambe,
  • Procéder à une rééducation en se faisant aider par un kinésithérapeute à l’hôpital et à la maison pendant un mois environ,
  • Vous mobiliser délicatement, afin d’éviter le déboîtement de la prothèse.

 

À quel résultat devrez-vous vous attendre ?

Déjà, sachez que la pose réussie d’une prothèse de hanche atténue considérablement, voire fait disparaître, les douleurs articulaires, surtout au moment de la marche. Elle améliore de ce fait votre qualité de vie. En plus, elle peut durer entre 20 à 25 ans en fonction du modèle choisi. S’il s’agit par exemple des prothèses cimentées avec présence d’antibiotiques, la durée de vie dépasse généralement 20 ans.

 

La pose de prothèse de hanche : quelle est la prise en charge ?

La Sécurité sociale remboursement partiellement vos frais d’intervention chirurgicale. Effectivement, elle assure à hauteur de 80 % la prise en charge de vos charges d’hospitalisation. La Sécurité sociale prend également en charge la consultation d’un spécialiste avant votre opération chirurgicale avec remboursement à hauteur de 70 % de vos charges. Enfin, la Sécurité sociale intervient pour rembourser 60 % de vos frais de rééducation après la pose d’une prothèse de hanche. Quant au transport, elle propose une indemnisation à hauteur de 65 % si celui-ci est prescrit par le médecin.

 

La souscription à une mutuelle est-elle nécessaire ?

La souscription d’une complémentaire santé est conseillée afin de vous permettre de bénéficier du remboursement intégral de vos frais de santé. Selon les forfaits, une mutuelle prend en charge : 

  • les dépassements d’honoraires,
  • le ticket modérateur (le montant qui reste à la charge du patient après le remboursement de la sécurité sociale),
  • les frais d’une chambre individuelle,
  • les forfaits journaliers, etc.

La pose d’une prothèse de hanche peut être conseillée si vous souffrez de maladies articulaires graves qui vous empêchent de vivre normalement. Elle nécessite une intervention chirurgicale qui doit se préparer avec l’aide de votre médecin traitant et des autres spécialistes. La souscription d’une mutuelle santé adaptée à vos besoins vous permet de bénéficier de la prise en charge complète de vos frais. Pour déterminer laquelle vous correspond le mieux, n’hésitez pas à faire appel au comparateur en ligne Santors.