Accueil > Les soins > Maladies cardiovasculaires : risques, prévention, traitement

Maladies cardiovasculaires : risques, prévention, traitement

Quelles sont les différentes maladies cardiovasculaires ?

Les maladies cardiovasculaires forment un ensemble d’affections touchant les vaisseaux sanguins ainsi que le cœur. On peut notamment citer :

  • Les maladies cérébro-vasculaires, dues à l’interruption de l’apport en sang du cerveau. Dans la majorité des cas, on constate un blocage d’une artère empêchant ainsi aux liquides biologiques d’alimenter normalement la masse nerveuse dans le crâne.
  • Les cardiopathies coronariennes : un ensemble de lésions ou de maladies liées aux vaisseaux sanguins du cœur. En générale, elles sont dues à une accumulation de plaque qui entraîne par la suite à un rétrécissement des artères coronaires, ce qui limite évidemment le flux sanguin vers le cœur.
  • Les artériopathies périphériques, un groupement de troubles circulatoires qui diminuent l’afflux sanguin dans les membres périphériques (bras, jambes). Elles ont pour causes un entassement de dépôts graisseux et de calcium dans les parois des artères.
  • Les malformations cardiaques congénitales : il s’agit de défauts ou encore d’anomalies du cœur, présents dès la naissance. Selon les chiffres de Medtronic, environ huit bébés sur mille présentent une malformation cardiaque.
  • Les thromboses veineuses profondes et les embolies pulmonaires : il s’agit d’un caillot de sang (thrombus) qui peut se former dans une artère ou une veine. Il peut se détacher et migrer vers le cœur ou les poumons, entraînant ainsi une mort subite.
  • Les cardiopathies rhumatismales : il s’agit d’un rhumatisme infectieux aigu (par le streptocoque) qui peut affecter les muscles et les valves cardiaques.

 

Comment prévenir les maladies cardiovasculaires ?

La majorité des maladies cardiovasculaires peuvent être évitées en adoptant certains gestes basiques, tels que :

  • Arrêter de fumer : selon une étude publiée dans la revue médicale BMJ même une cigarette par jour accentuerait le risque de développer une maladie coronarienne ou d’être victime d’un accident vasculaire cérébral.
  • Avoir une bonne alimentation, ce qui permet de réduire le taux de cholestérol. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin, voire à un spécialiste de la nutrition.
  • Surveiller votre poids : la surcharge pondérale augmenterait de manière significative les risques de crises cardiaques. Il faut veiller à ce que votre indice de masse corporelle (IMC) reste entre 18 et 25.
  • Surveiller régulièrement votre pression artérielle : il s’agit d’un indice avec lequel on peut avoir un aperçu de la santé en général.
  • Faire 30 minutes d’exercice physique au quotidien. Le sport permet de maintenir le cœur en bonne santé.
  • Diminuer le stress et l’anxiété : il est primordial de savoir gérer ses émotions et ses angoisses. Cela demeure important pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires. De nombreuses activités, telles que le yoga, les massages, la méditation ou encore le pilates peuvent vous aider à diminuer votre niveau de stress.
  • Tenir compte des antécédents familiaux. Les problèmes cardiovasculaires auraient une composante héréditaire. Ainsi, il est important de connaître ses antécédents pour mieux prévenir les troubles.

 

Quels sont les symptômes des maladies cardiovasculaires ?

Ce n’est pas rare qu’une maladie cardiovasculaire soit asymptomatique, mais quelques signes peuvent être pris en compte pour identifier un infarctus ou un AVC.

 

Dans le cas d’un infarctus :

  • Une douleur et une gêne dans la partie centrale de la poitrine, au niveau des bras, de l’épaule gauche, des coudes, de la mâchoire ou du dos,
  • Un essoufflement (difficulté respiratoire) en cas d’effort modéré,
  • Des sensations vertigineuses ou maux de tête.

 

Dans le cas d’un AVC :

  • Un engourdissement au niveau du visage, des membres ou d’un seul côté du cœur,
  • Une difficulté visuelle touchant un ou les deux yeux,
  • Une perte de coordination et d’équilibre,
  • Une céphalée sévère pouvant entraîner une syncope (perte de conscience).

Si une personne présente un de ces symptômes, elle doit consulter rapidement son médecin ou appeler le 15.

 

La prise en charge des maladies cardiovasculaires

La prise en charge de la sécurité sociale varie en fonction de la nature de la maladie en question.

S’il s’agit par exemple d’un accident vasculaire invalidant, d’une insuffisance cardiaque grave, de cardiopathies valvulaires graves, de troubles du rythme graves, de cardiopathies congénitales graves, ou d’infarctus coronaire, le remboursement est fixé à 100 % sur la base du tarif conventionné.

Dans les autres cas, le malade doit suivre le processus de soins coordonnés prescrit par son médecin traitant pour bénéficier d’une prise en charge par la Sécurité sociale (70 %). En cas de consultation directe d’un spécialiste (cardiologue) sans prescription de son médecin traitant, le taux de recouvrement est seulement de 30 %.

Les problèmes cardio-vasculaires constituent la première cause des décès dans le monde devant les cancers. En adoptant certains gestes préventifs et en suivant les conseils de votre médecin, vous diminuerez considérablement vos chances d’être atteint. Par la même occasion, la souscription d’une mutuelle santé vous permettra de réduire vos dépenses de santé. Santors vous aide à trouver celle qui vous correspond le mieux parmi les offres actuellement disponibles sur le marché.

 

Bibliographie

Quelles sont les 5 maladies cardiovasculaires les plus courantes ? - E-Santé
Malformation cardiaque congénitale - Medtronic