Accueil > Les soins > La mutuelle médecine douce

La mutuelle médecine douce

Qu’est-ce que la médecine douce ?

Connues sous les appellations : médecines traditionnelles, médecines alternatives, ou complémentaires, les médecines douces sont avant tout des pratiques non conventionnelles. À la différence de la médecine conventionnelle, ces méthodes n’ont pas fait l’objet d’études ou d’observations scientifiques, notamment sur leur action, leurs propriétés et leur efficacité.

Malgré leur caractère non conventionnel, les médecines douces peuvent aider au traitement de certains troubles. Elles font appel à une philosophie particulière pour apaiser ou soulager les symptômes. Il peut s’agir des plantes, des techniques manuelles, de l’hypnose…

Malheureusement, la sécurité sociale refuse de les reconnaître officiellement, du moins certaines pratiques. Dans ce cas, elle s’abstient de vous proposer un tarif conventionnel, au même titre que la médecine conventionnelle.

À défaut de tarif de base, chaque praticien est libre de déterminer le prix de chaque rendez-vous qui est généralement compris entre 35 à 100 euros. Toutefois, le coût peut varier en fonction de votre trouble, du nombre ou de la durée de la séance.

Pour en savoir-plus sur les bienfaits de la médecine douce, regardez cette vidéo que nous avons fait sur le sujet .

 

Les différents types de médecines douces

 

L’ostéopathie

L’ostéopathie fait appel à des manipulations manuelles, afin de soulager certains troubles. Reconnue depuis 2002 en France, sa pratique est uniquement réservée à un professionnel possédant un Diplôme en Ostéopathie ou DO. Mais, la loi autorise certains professionnels de santé et médecins à s' exercer.

Dans tous les cas, l’ostéopathe refuse d’intervenir en cas de pathologies requérant l’intervention d’un médecin. Par contre, il pratique des manipulations manuelles dans les 3 domaines suivants :

  • Viscéral (asthme, problèmes digestifs…)
  • Pariétal (arthrose, sciatique, arthrite, névralgie…)
  • Crânien (vertige, sinusite, stress, migraine…)

 

L’homéopathie

Cette technique née à la fin du XlX siècle renforce votre système immunitaire en s’appuyant sur la loi de la similitude. Son utilisation permet de provoquer les mêmes symptômes que la maladie à soulager.

L’homéopathie est surtout indiquée pour apaiser les tracas quotidiens, comme le rhume, l’anxiété, le stress… Certaines personnes y recourent pour soulager les bouffées de chaleur et la fatigue.

Son efficacité a été jugée insuffisante par la Haute Autorité de santé en 2009. À cause de cet avis, la sécurité sociale envisage d’ici 2021 de supprimer le remboursement des actes relevant de l’homéopathie.

 

L’étiopathie

Développée en France dans les années 1960, l’étiopathie est une technique qui soulage le trouble en amont. Elle identifie effectivement la cause de la maladie, afin de vous trouver la bonne pratique manuelle à pratiquer. Vous pouvez y recouvrir si vous souffrez de :

  • Syndrome du canal carpien
  • Lombalgie
  • Lumbago
  • Dorsalgie
  • Foulure
  • Troubles ORL
  • Etc.

À la différence de l’ostéopathie, cette activité est loin d’être réglementée. Elle n’est pas prévue par le code de la santé publique ni par un texte.

 

La sophrologie

Créée par un neuropsychiatre appelé « Alfonso Caycedo », la sophrologie vous aide à gérer le stress, la douleur et le manque de confiance en soi. Il s’agit d’une technique psychocorporelle qui se rapproche de l’hypnose, du yoga, du zen et du Tummo.

Cette technique très appréciée vous apporte donc de la relaxation en vous incitant à effectuer des exercices de respiration. Elle vous pousse aussi à penser de manière positive. Par conséquent, elle vous aide à :

  • Préparer des épreuves sportives
  • Soulager les douleurs, le stress, l’anxiété
  • Favoriser l’endormissement
  • Réduire le tabac, l’alcool et certaines addictions alimentaires
  • Etc.

En France, l’encadrement de la sophrologie par une législation reste inexistant, bien que certaines écoles privées proposent déjà des formations.

 

L’acupuncture

Originaire de la Chine, l’acupuncture consiste à introduire de petites aiguilles sur des points précis de votre corps, afin de soulager les symptômes d’un trouble. Vous pouvez l’utiliser en cas de :

  • Trouble du sommeil
  • Addictions au tabac ou à certaines substances
  • Allergies
  • Troubles génito-urinaires

Évidemment, l’acupuncteur est un praticien ayant effectué une formation de 2 ans avant de vous proposer son service.

 

La naturothérapie

Reconnue par l’OMS en tant que 3e médecine traditionnelle, derrière la médecine traditionnelle chinoise, la naturothérapie est une pratique à but préventif. Elle consiste d’abord à trouver la source du mal afin de l’atténuer ensuite avec des solutions naturelles, comme l’alimentation, le massage, l’activité physique, les manipulations manuelles, etc.

Vous pouvez y faire appel pour favoriser la perte de poids, ou le sevrage au tabac. Mais, cette pratique peut également vous aider à traiter l’allergie, les troubles de l’articulation, ou encore des maladies métaboliques.

 

La chiropractie

La chiropractie se rapproche de l’ostéopathie, mais à la seule différence qu’elle est principalement réservée pour les troubles dorsaux et articulaires. Elle aide au traitement du dysfonctionnement du squelette, notamment de la colonne vertébrale. Vous pouvez y recourir en cas de :

  • Céphalées ;
  • Cervicalgie ;
  • Dorsalgie
  • Lombalgie ;
  • Lumbago ;
  • Névralgie ;
  • Sciatique ;
  • Syndrome du canal carpien
  • Tendinite ;
  • Torticolis ;
  • Vertiges ;

Comme l’ostéopathie, elle fait l’objet d’une réglementation. La loi Kouchner de 2002 encadre effectivement sa pratique. Les praticiens chiropracteurs sont d’ailleurs reconnus depuis 2011. Malgré cette réglementation, la sécurité sociale refuse de rembourser les actes relevant de cette discipline.

 

La phytothérapie

La phytothérapie fait appel aux bienfaits des plantes afin de soulager certains troubles. Contrairement aux médicaments, elle recourt aux principes actifs des plantes qui permettent d’apaiser les problèmes digestifs (nausée, vomissement, diarrhée…), les troubles du sommeil (insomnie, réveils nocturnes…), les maux de tête, etc.

Vous pouvez l’utiliser de différentes manières. À part la tisane, il est possible de l’administrer sous forme de gélules, de poudres, ou encore d’extraits. Certaines personnes recourent à l’homéopathie, à la teinture mère…

Dans tous les cas, elle fait l’objet d’une réglementation en France. En effet, les fabricants doivent solliciter une autorisation de mise sur le marché avant d’écouler leurs soins à base de plantes sur le marché français.

 

La mésothérapie

Opérationnelle depuis 1952, la mésothérapie consiste à injecter à faible dose des médicaments sous la peau, à l’aide d’une aiguille ou d’un pistolet à air comprimé. L’objectif est de réduire la prise de molécules. Elle aide au traitement de :

  • Douleurs articulaires et musculaires, comme l’arthrite, l’arthrose, la tendinite, le rhumatisme, le lumbago…
  • Infections ORL
  • Etc.

Comme l’acupuncture, l’ostéopathie et l’homéopathie, cette pratique est reconnue par le Conseil national de l’ordre des médecins depuis 2003. Certains actes peuvent même faire l’objet d’un remboursement.

 

Mutuelle médecine douce : Quels remboursements ?

 

Les conditions de remboursement de la sécurité sociale

La sécurité sociale n’accorde aucun remboursement de vos consultations ou soins relevant de la médecine douce, sauf dans deux cas :

  • Les actes sont prescrits par un médecin conventionné (généraliste ou spécialiste)
  • Vous respectez le parcours des soins coordonné

Par exemple, vous bénéficiez d’un remboursement sur l’ostéopathie, seulement si la séance est faite chez votre médecin généraliste conventionné du secteur 1 effectuant cette discipline.

 

Les actes remboursables

L’assurance maladie refuse de rembourser tous les actes relevant des médecines douces. Elle octroie uniquement son remboursement à certaines pratiques, comme :

  • L’acupuncture dont les actes sont remboursés à hauteur de 70 %, à condition qu’elle soit pratiquée par un médecin acupuncteur conventionné.
  • L’ostéopathie est remboursée à 70 % sur la base du tarif de convention fixé à 25 euros, uniquement si elle est pratiquée par un médecin conventionné
  • L’hypnose peut être remboursée à 70 % si elle est pratiquée par votre médecin traitant ou votre psychiatre.
  • L’homéopathie est remboursée à 30 % sur le tarif de base de la convention, si elle est prescrite par un professionnel de santé, mais à 70 % si elle est prescrite par un médecin conventionné du secteur 1.

Toutefois, la sécurité sociale envisage de supprimer le remboursement pour cette année 2021.

En résumé, l’assurance maladie ne rembourse que très partiellement vos séances chez les praticiens. La meilleure solution est donc de vous tourner vers les mutuelles proposant un taux de remboursement plus satisfaisant.

 

Les meilleures mutuelles pour la médecine douce

À défaut de prise en charge chez l’assurance sociale, comptez sur l’aide des mutuelles. De nombreuses assurances vous proposent leur offre dont voici quelques exemples :

  

AssureursActes remboursablesRemboursement des séancesTarif
April· Acupuncteur, · Chiropracteur, · Diététicien, · Étiopathe, · Homéopathe, · hypnothérapeute · luminothérapie, · microkinésithérapeute, · Naturopathe, · Ostéopathe, · Podologue, · Réflexologue, · Sophrologue,Montant annuel de 120 €50 euros
Apivia Mutuelle· Ostéopathie · Chiropractie · Acupuncture · Étiopathie · Homéopathie · Naturopathie · Podologie · Pédicure · Diététicien · Nutritionniste · Hypnose · thérapeutiqueRemboursement de 6 séances par an à hauteur de 40 €50 euros
Henner· Ostéopathie, · Chiropractie, · Acupuncture, · Homéopathie, · phytothérapie, · sophrologie, · mésothérapie   les actes des auxiliaires médicaux non remboursés (pédicurie-podologie, psychomotricité, ergothérapie, diététique)Prise en charge de 3 actes par an dans la limite de 50 € 
GeneraliRemboursement des actes de plusieurs praticiens205 € par an et par bénéficiaire71 €
Swiss lifeLongue liste de praticiens prévusoption limitée à 5 séances55 €

 

Quels critères pour retenir la meilleure mutuelle ?

Avant de souscrire une mutuelle santé, la réalisation d’une évaluation de vos besoins de santé est de mise. Ensuite, comparez les offres en vous basant sur mode de remboursement qui peut être par forfait global (ex. : 200 euros par personne) ou par nombre de séances (40 euros/séances avec un maximum de 5 séances).

Si vous êtes appelé à vous rendre régulièrement (plus de 3 séances en 1 an) chez un praticien, la garantie prévoyant un montant par séance est faite pour vous. Par contre, si vous consultez de manière occasionnelle, le contrat prévoyant un forfait annuel de 100 euros est plus adapté.

Après avoir évalué vos besoins, prenez en compte les critères suivants :

  • La liste des actes remboursables (ostéopathie, naturopathie, phytothérapie…)
  • Le tarif proposé

Et enfin, n’hésitez pas à comparer les offres qui vous sont offertes. Santors est prêt à vous proposer son aide afin que vous puissiez faire le bon choix.