Accueil > Les soins > Les affections > Qu’est-ce que la greffe de cornée ?

Qu’est-ce que la greffe de cornée ?

Pourquoi une greffe de cornée ?

La greffe de cornée ou encore kératoplastie est prescrite en cas de trouble de la cornée. Ce dernier se traduit par un dysfonctionnement à la suite d’une pathologie ou d’un accident. Dans les deux cas, ces situations sont à l’origine de l’opacité, ce qui limite l’acuité visuelle. Il faut préciser que les cellules de cornée ne se régénèrent pas raison pour laquelle la greffe de tissus sains restent la meilleure option pour retrouver une meilleure vue.

Voici une liste des cas pouvant nécessiter une kératoplastie :

  • Une dystrophie bulleuse : elle peut être provoquée à la suite d’une chirurgie de la cataracte. Les symptômes liés à cette pathologie peuvent être apaisés grâce à une greffe de cornée.
  • Un kératocône : Maladie dégénérative de l’œil, elle se traduit par une hypersensibilité à la lumière ainsi que par une perte de la sphéricité de cornée.
  • Une infection de cornée : des bactéries et des virus (S. Aureus, S. Pneumoniae, Pseudomonas, Moraxella) peuvent attaquer la cornée et la détruire. Cela requiert par la suite une kératoplastie pour que le sujet recouvre une vue normale.
  • Des traumatismes : les objets pointus peuvent causer de graves blessures cornéennes. Les expositions ou encore des projections de produits chimiques peuvent également causer des lésions importantes pour les yeux.
  • Une dystrophie de Fuchs : c’est une maladie héréditaire qui affecte les cellules de cornée. Elle touche les personnes de plus de 40 ans.
  • Un rejet ou encore un vieillissement d’une greffe précédente

A titre indicatif, sachez qu’en Europe et notamment en France, la conservation de cornée prélevée peut durer jusqu’à un mois. Chaque année, près de 4000 greffes sont réalisées en France. Selon le Ministère de la Santé, ce chiffre devrait augmenter si le nombre de donneurs est suffisant.

 

Quels sont les différents types de greffes ?

Depuis une dizaine d’années, les greffes de cornée ont connu une évolution majeure grâce au perfectionnement des méthodes employées. Les techniques sont optimisées afin de réduire au maximum les risques ainsi que la durée d’intervention. Aujourd’hui, les chirurgiens peuvent remplacer seulement le tissu cornéen malade (autrefois, ce n’était pas possible).

 

Les greffes lamellaires antérieures

Ce type de greffes de la cornée consiste à remplacer un stroma cornéen pathologique. les greffes lamellaires antérieures superficielles (SALK) pour remplacer une seule lamelle de stroma cornéen superficiel, les greffes lamellaires antérieures profondes, ici l’opération consiste à remplacer l’intégralité du stroma cornéen. On ne conserve que la membrane de Descemet et l’endothélium du receveur.

 

La greffe pré descemétique et la greffe endothéliale et la greffe transfixiante

Dans les deux premiers cas, seul l’endothélium pathologique est enlevé et remplacé. Les ophtalmologistes en charge de l’opération réalisent une greffe transfixiante lorsques les atteintes cornéennes sont graves et irréversibles. Il s’agit de la technique la plus ancienne.

Le choix de l’intervention est laissé aux chirurgiens. Ils réalisent un diagnostic rapide de la cornée malade afin de proposer la meilleure solution. À cette occasion, ils posent également quelques questions d’ordre général concernant la santé du sujet (maladie chronique, traitement en cours, allergies, phobies).

 

Quelles sont les complications de la greffe de cornée ?

Bien qu’elle figure parmi les plus anciennes pratiques d’opération chirurgicale, la greffe de cornée présente toujours un risque. Les ophtalmologistes ne peuvent donner une garantie à 100 % de succès au receveur.

 

Les rejets

Le résultat d’une opération peut dans certains cas aboutir, à la perte totale de la vision ou de l’œil. Les complications graves résultant d’une opération ne sont pas fréquentes, mais elles existent. La manifestation du rejet peut survenir à tout moment après quelques jours d’opération jusqu’à une ou plusieurs dizaines d’années. Le rejet peut être évité et soigné efficacement avec des médicaments (immunomodulateurs, immunosuppresseurs).

En cas de traitement infructueux, l’opacité du greffon provoque chez le patient une faible vision. Le recours à une deuxième greffe est toujours possible. Dans ce cas, il faut tout de même s’attendre à des risques d’échec.

 

Pression oculaire

L’augmentation de la pression oculaire constitue également une forme de complication grave. Le traumatisme de la pression oculaire cause un gène permanent et une souffrance insupportable.

La déformation de la cornée remplacée appelée astigmatisme peut survenir fréquemment. Néanmoins elle est réversible à l’ablation de fils ou à l’aide d’une opération supplémentaire.

On peut également rencontrer certaines complications, mais plutôt rares comme la perte de transparence spontanée du greffon, l’œdème rétinien central, les lésions du cristallin, les lésions de l’iris, les glaucomes (augmentation de la pression dans l’œil) et le décollement de la rétine.

 

Quels sont les traitements postopératoires ?

Même si l’opération chirurgicale s’est bien déroulée, la greffe de cornée n’est pas terminée pour autant. Effectivement, elle le sera dès que le traitement postopératoire sera assuré.

Ce traitement consiste généralement à appliquer un gommage ou un collyre ce qui permet de prévenir le rejet et les effets secondaires de traitements. Durant les premières semaines de traitement (et durant une année complète parfois), un collyre antibiotique ainsi qu’un collyre corticoïde sont régulièrement appliqués pour réduire le risque de rejet. Toutefois, la fréquence d’instillation baissera progressivement dans le temps. L’application lubrifiante est également nécessaire. Elle peut être effectuée à la surface oculaire du receveur.

Sachez que le risque de rejet est assez faible (0 à 20 %) puisque la cornée ne contient pas de vaisseaux sanguins (pas de globules blancs). Ce pronostic s’améliore dans certains cas (première greffe, greffe de petite taille, greffe chez l’adulte).

 

Conseils pour éviter une aggravation 

Certains gestes sont également à proscrire après une greffe de la cornée comme :

  • Frotter l’œil opéré
  • Faire des activités physiques violent, sports de combat, rugby…
  • Mouiller l’œil

 

Des alternatives aux greffes de cornée classique

Selon le Ministère de la Santé en France, il faut attendre entre 3 à 6 mois pour bénéficier d’une greffe de cornée. Cependant, le risque de pénurie est bien réel, et de nombreux patients risquent de perdre la vue s’ils ne peuvent être greffés.

Face à cette situation alarmante, l’emploi d’une greffe de cornée artificielle reste très intéressant. Dans la majorité des cas, il s’agit de prothèses artificielles en acrylique à faible coût. Elles sont d’ailleurs fréquemment réalisées aux États-Unis.

Des prototypes à base d’acide hyaluronique et de collagène sont en phase de test actuellement. Ces derniers offrent des résultats convaincants pour les personnes souffrant d’une dégénérescence de la cornée. Malgré les avancées dans le domaine, les spécialistes s’accordent à dire que les greffes classiques d’origine humaine sont encore inégalées.

 

Prise en charge de la greffe de cornée par l’assurance

La greffe de cornée est une opération chirurgicale. En tant que telle, elle est remboursée à hauteur de 80 % par l’assurance-maladie. Ce taux de remboursement est d’ailleurs fixé par un arrêté pris en 2018. De ce fait, l’assurance maladie prend donc en charge :

  • Les coûts liés à votre hospitalisation (à condition d’être hospitalisé dans un hôpital public ou une clinique privée conventionnée)
  • Les frais de consultation chez un anesthésiste à hauteur de 70 %
  • Les honoraires d’un professionnel en rééducation à hauteur de 70 % après l’opération chirurgicale.

Toutefois, la sécurité sociale refuse de payer les 20 % restants. Ce taux sera donc à votre charge, ou à celle de votre mutuelle santé.

La greffe de cornée intervient après l’altération de la vue. Il s’agit d’une opération compliquée qui nécessite un séjour à l’hôpital. Cela s’avère être onéreux. Malheureusement, la sécurité sociale refuse de prendre en charge la totalité de la chirurgie. Raison pour laquelle, vous devrez souscrire à une assurance santé. Pour vous aider, sollicitez l’aide de Santors.

Ces articles pourraient également vous intéresser !

Tout savoir sur la migraine ophtalmique

La migraine ophtalmique peut rapidement devenir invalidante sans traitement adapté. On vous expl…

Les différences entre l’arthrose et l’arthrite

L’arthrose et l’arthrite sont deux pathologies distinctes qui touchent de nombreuses personnes e…

Tout savoir sur la diverticulite

La diverticulite est une inflammation à priori bénigne mais qui peut provoquer des problèmes plu…

Tout savoir sur les calculs rénaux

Pathologie courante qui affecte environ 10 % des Français, les calculs rénaux peuvent être sourc…

Tendinite de l'épaule : que faut-il faire en cas de douleur ?

Vous souffrez d’une tendinite de l’épaule ? Découvrez les différents symptômes d’une tendinite e…

Soigner le zona : ce qu’il faut savoir

Le zona est une maladie redoutée qui provoque de vives douleurs. On vous fait découvrir les trai…

Découvrez les tarifs des assurances santé 2022 pratiqués dans votre région et comparez ! Découvrez les tarifs des assurances santé 2022 Télécharger le guide