Accueil > Les soins > Les affections > Tout savoir sur les problèmes articulaires des personnes âgées !

Tout savoir sur les problèmes articulaires des personnes âgées !

L’hiver : l’ennemi des douleurs articulaires

Les personnes âgées ne le savent que trop, les douleurs articulaires tendant à s’accentuer avec le temps. Ces douleurs peuvent rapidement devenir chroniques durant l’hiver. Le fait est que le froid et l’humidité augmentent l’intensité de ces douleurs. Comment est-ce possible ? Clairement, le froid influence énormément le ralentissement du métabolisme !

Pendant l’hiver, la circulation sanguine ralentit à cause de la constriction des microvaisseaux capillaires. Les muscles ainsi que les articulations manquent rapidement d’oxygène. Ils deviennent alors plus durs et la douleur s’accentue au fur et à mesure.

 

Douleurs articulaires : quels symptômes ?

Comment savoir qu’une personne âgée est sujette à des douleurs articulaires ? D’une manière générale, un problème articulaire se manifeste par des douleurs lors d’un mouvement. On peut également citer :

  • L’inflammation au niveau des articulations
  • Une hypersensibilité de l’articulation
  • Un manque de flexibilité
  • Une certaine gêne au niveau de la souplesse de l’articulation.

Suite à ces douleurs, il est tout à fait possible de perdre la mobilité. Bien entendu, ce sont des symptômes que vous ne verrez pas forcément si vous vous occupez d’une personne âge.

Il est donc important de communiquer efficacement avec cette dernière afin de connaître en tout temps son état de santé. Il faut dire que cette partie est la plus délicate puisque de nombreux séniors détestent se plaindre et préfèrent prendre leur mal en patience.

L’autre problème de la communication est que certaines personnes âgées ne savent pas comment décrire la douleur qu’elles ressentent.

 

Comment mieux communiquer avec un sénior ?

Comme mentionné tout à l’heure, il est difficile de déceler par vous-même les douleurs ressenties par une personne âgée. En outre, un senior ne sera pas toujours enclin à vous parler de ses douleurs articulaires. Vous n’avez donc d’autres choix que de communiquer pour savoir ce qui se passe.

La base est de laisser la personne communiquer sa douleur quand elle en ressent le besoin. En effet, il n’est jamais simple pour une personne ayant atteint le 3e âge d’appréhender la douleur, notamment quand cette dernière devient insupportable.

Une personne ressentant une forte détresse doit être soutenue en toutes circonstances ! N’hésitez donc pas à la questionner plusieurs fois sur ce qu’elle ressent afin qu’elle vous partage sa douleur.

Si le patient n’est pas très communicatif au niveau verbal, il y a des signes qui ne trompent pas. Ces signes peuvent vous aider à reconnaître la détresse de la personne. On parle notamment :

  • Des larmes
  • Des yeux clos
  • Des poings serrés
  • D’un front ridé
  • D’un corps raidi
  • D’une diminution de l’activité globale
  • Des troubles du sommeil
  • De la perte d’appétit.

 

Quelles sont les douleurs fréquentes chez le 3e âge ?

Plus de 70 % des personnes de plus de 65 ans souffrent de certaines douleurs chroniques. Ces douleurs augmentent indubitablement avec l’âge ! En outre, il est indispensable de prendre ces douleurs au sérieux puisqu’elles peuvent durer plusieurs mois et amener à d’autres problèmes psychologiques et physiques !

Plusieurs facteurs peuvent être à la base de ces douleurs articulaires à partir du 3e âge. Tout d’abord, il y a les incidents physiques comme une infection ou bien un mal de dos. Certaines pathologies peuvent également être la source de ces douleurs comme l’arthrose, le cancer ou encore les problèmes musculaires. Des troubles circulatoires et le zona peuvent aussi être cités !

Parmi les facteurs déclencheurs, on peut aussi parler des douleurs neuropathiques ainsi que des lésions nerveuses. On ne peut pas non plus écarter les causes psychologiques. Ici, on fait surtout référence aux douleurs psychogènes !

À partir de 80 ans, les douleurs chroniques concernent le plus souvent les problèmes ostéo-articulaires. Ajouté à cela la peur des personnes du 3e âge face au traitement. En effet, elles ne veulent pas échanger avec le médecin de peur de devoir suivre un traitement médicamenteux avec de nombreux effets secondaires.

Raison pour laquelle ces personnes préfèrent de loin prendre leur mal en patience. Or, ne pas traiter ce type de mal réduit considérablement l’autonomie de la personne. En outre, vivre avec la douleur amène à des symptômes de dépression et d’anxiété. Les problèmes au niveau social ne sont pas non plus à écarter ainsi que les troubles du sommeil.

 

Comment traiter les douleurs musculaires ?

Si la douleur devient insupportable, il est obligatoire de passer par le traitement. Différents traitements peuvent traiter ce type de mal comme un mode de vie actif. Il existe également des traitements médicamenteux. La kinésithérapie est aussi une bonne alternative de traitement.

Concernant les médicaments antidouleurs, ils sont catégorisés en 3 grands types.

 

Les antidouleurs sans ordonnance

On parle des médicaments comme le paracétamol ainsi que des anti-inflammatoires. Dans cette dernière catégorie, on peut citer l’aspirine, l’ibuprofène ou encore le naproxène. Ces médicaments n’amènent pas à la dépendance.

Seulement, si vous prenez des médicaments anti-inflammatoires, il faut prévoir un suivi médical. Ce type de médicaments peut effectivement avoir des effets néfastes sur le long terme notamment pour les reins et l’estomac.

En cas de douleurs modérées, il est possible de se tourner vers un traitement médicamenteux local. Ici, on parle des patchs de lidocaïne. Dans la liste des traitements, il y a également la neurostimulation électrique transcutanée ainsi que la rétroaction biologique.

 

Les analgésiques opioïdes

Si les médicaments simples n’ont pas suffi au traitement de la douleur, vous pourrez vous tourner vers les analgésiques opioïdes. On parle notamment du percocet ou encore du vicodin !

 

Les opioïdes plus puissants

Par graduation, vous pouvez très bien vous tourner vers l’usage d’opioïdes plus puissants incluant l’oxycontin qui est une version beaucoup plus puissante de l’oxycodone. Cette option s’adresse aux personnes confrontées à des douleurs plus intenses.

Dans certains cas, l’utilisation de médicaments est une étape incontournable. Notons tout de même quelques effets indésirables face à cet usage comme les nausées, les étourdissements ou encore une constipation.

En outre, les opioïdes ont une mauvaise réputation dans le domaine médical. En effet, ce type de médicament peut entrainer à la dépendance. Néanmoins le traitement est particulièrement efficace et ponctuel. Il ne faut cependant pas l’utiliser à tout va au risque de devenir dépendant !

Bien entendu, vous devrez solliciter l’avis de votre médecin avant d’opter pour ce type de traitement. À titre d’information, ce sont les personnes âgées qui sont les plus concernées par la dépendance à ce type de médicament que les jeunes.

Sinon, il existe bien des méthodes alternatives face à la prise des opioïdes. On parle notamment de :

  • La chiropractie
  • La naturopathie
  • L’acupuncture.

Ce sont des méthodes efficaces pour bien gérer les douleurs chroniques. D’ailleurs, l’hypnose et certaines thérapies naturelles ont également prouvé leur efficacité.

 

Qu’en est-il de la prévention ?

La prévention est également une alternative particulièrement efficace pour lutter contre les douleurs articulaires. Le premier conseil, dans ce cadre de prévention, est la perte de poids. En effet, plus vous gagnez du poids, plus vos articulations sont surchargées. Pratiquer une activité physique régulière est donc indispensable.

En parallèle, il est fortement conseillé d’opter pour un régime alimentaire avec des aliments riches en vitamines et minéraux. Bien aménager la maison pour faciliter le déplacement est également une excellente alternative.

Les douleurs articulaires chez les personnes à partir du 3e âge doivent être bien appréhendées. Bien que la prévention reste la meilleure arme contre les problèmes d’articulation, les traitements efficaces vous seront également d’une grande aide. Nécessitant l’intervention d’un médecin ou d’un spécialiste et parfois l’achat de médicaments, traiter les problèmes articulaires peut rapidement coûter cher. L’Assurance maladie ne prenant pas totalement en charge vos dépenses santé, il est recommandé de souscrire à une bonne mutuelle santé afin de bénéficier d’une meilleure prise en charge.

Ces articles pourraient également vous intéresser !

Tout savoir sur la migraine ophtalmique

La migraine ophtalmique peut rapidement devenir invalidante sans traitement adapté. On vous expl…

Les différences entre l’arthrose et l’arthrite

L’arthrose et l’arthrite sont deux pathologies distinctes qui touchent de nombreuses personnes e…

Tout savoir sur la diverticulite

La diverticulite est une inflammation à priori bénigne mais qui peut provoquer des problèmes plu…

Tout savoir sur les calculs rénaux

Pathologie courante qui affecte environ 10 % des Français, les calculs rénaux peuvent être sourc…

Tendinite de l'épaule : que faut-il faire en cas de douleur ?

Vous souffrez d’une tendinite de l’épaule ? Découvrez les différents symptômes d’une tendinite e…

Soigner le zona : ce qu’il faut savoir

Le zona est une maladie redoutée qui provoque de vives douleurs. On vous fait découvrir les trai…

Découvrez les tarifs des assurances santé 2022 pratiqués dans votre région et comparez ! Découvrez les tarifs des assurances santé 2022 Télécharger le guide