Accueil > Mutuelle dentaire > Le remboursement des implants dentaires

Le remboursement des implants dentaires

Qu’est-ce qu’un implant dentaire ?

L’implantologie, autrement dit un « implant intraosseux intrabuccal », consiste à remplacer les dents manquantes en fixant une racine artificielle sur l’os alvéolaire. La racine, étant généralement composée de titane en forme de vis, sera le point d’ancrage ou support des différents types de prothèses (couronne, bridge, dentier).

 

L’impact des dents manquantes

Avoir des dents manquantes entraîne le déplacement des dents voisines et augmente, par la suite, les risques d’avoir des caries dentaires et une perte de l’engrènement naturel des dents.

Face à ce genre de situation, il est préconisé de demander conseil à un praticien pour qu’il puisse vous proposer une solution. Les chirurgiens-dentistes et stomatologistes, ayant suivi une formation universitaire en implantologie, sont les mieux qualifiés pour la pose d’un implant dentaire.

 

Les prérequis pour la pose des implants dentaires

Notons que l’implantologie ne peut être pratiquée chez tout le monde. Elle est conditionnée par la quantité et l’état général de l’os. Certains facteurs peuvent empêcher le praticien d’y procéder, notamment l’existence de différentes pathologies (diabète, maladie valvulaire, insuffisance rénale, hypertension). 

Ces pathologies peuvent se manifester après une chimiothérapie ou un traitement immunosuppresseur suite à une greffe d’organe.

D’autre part, le tabagisme augmente le risque d’échec sur l’intégration osseuse des implants. Ainsi, le spécialiste peut refuser de poser un implant à moins que le patient arrête définitivement de fumer.

 

Comment poser des implants dentaires ?

L’entretien des dents et de la bouche est essentiel avant la pose d’un implant. Il revient au spécialiste de juger nécessaire ou non une implantologie, et ce le plus souvent suite à un examen médical ou un scanner.

Si le praticien valide la pose d’un implant dentaire, vous devrez prêter une attention particulière à votre santé buccale en attendant l’intervention. Un soin intensif des dents et gencives s’impose avant d’entamer les différentes étapes relatives à la pose des implants.

 

Le choix des implants dentaires

Vous aurez le choix entre trois types d’implants dentaires ayant chacun sa spécificité :

  • L’implant dentaire classique : utilisé dans la plupart des cas, celui-ci mesure 10 à 20 mm de long et 1 à 3 mm de diamètre.
  • L’implant dentaire court : disposant d’une longueur inférieure à 10mm, il est réservé au patient ayant un volume osseux insuffisant pour la pose d’un implant classique. Celui-ci permet d’éviter une greffe osseuse ou un comblement de sinus.
  • L’implant dentaire basal : ce dernier se rapproche de l’implant classique, soit 5 cm de long. Vu sa longueur, il serait difficile de le retirer en cas de complication. Raison pour laquelle l’implant basal est moins pratiqué par les praticiens.

 

Les marques d’implants dentaires

Il existe plusieurs types de marques d’implants dentaires :

  • Les marques leaders historiques : les premiers qui ont mis en vente des implants et qui l’ont rendu célèbre sur le plan international.
  • Les marques à valeur ajoutée : celles-ci proposent des implants moins connus et moins chers. Cependant, elles peuvent faire de l’ombre aux grandes marques.
  • Les marques standard : ces dernières mettent en avant des implants de bas de gamme, mais recommandés par les cliniques à moindre prix et parfois accompagnés d’une garantie.

 

Le déroulement de l’intervention

La pose des implants dentaires se déroule dans un bloc au sein du cabinet dentaire du praticien. Chaque implant prend environ 30 minutes à une heure. Notons qu’avant la pose, le patient est mis sous anesthésie locale.

La première étape consiste à inciser la gencive puis à percer un logement dans l’os afin de mettre en place l’implant à l’aide d’un foret. Par la suite, le praticien fermera la gencive et passera à la « mise en nourrice ». Cette étape consiste à mettre le patient en attente pour la réalisation d’une cicatrisation de l’os autour de l’implant.

Deux à six mois plus tard, le praticien vérifiera si l’intégration de l’implant dans la mâchoire a réussi. Si le verdict est positif, il pourra mettre en place le titane sur lequel l’implant est fixé avec la prothèse.

 

Combien coûtent les implants dentaires ?

Considérant comme un acte « hors nomenclatures », les tarifs des implants varient d’un praticien à l’autre et dépendent des détails, tels que :

  • Les matériaux utilisés,
  • L’acte prophétique,
  • Les techniques opératoires,
  • Les charges liées au cabinet…

Le prix d’un implant dentaire oscille entre 700 et 1300 €. À ce prix s’ajoute le coût du pilier (entre 100 et 200 €) et de la couronne (entre 600 et 1000 €). Au total, les frais de ce soin varient entre 1400 et 2500 €. En moyenne, l’implantologie coûte 1800 €.

Malheureusement, la Sécurité sociale ne prend pas en charge la pose d’implants dentaires, contrairement à la prothèse et aux appareils amovibles pour lesquels vous pouvez obtenir jusqu’à 100 % de remboursement.

 

Comment obtenir le remboursement de son implant ?

Contracter une mutuelle santé est l’unique solution pour bénéficier du remboursement de ses implants dentaires. En souscrivant un contrat de complémentaire santé, vous bénéficiez de la prise en charge partielle ou intégrale de la pose d’un implant dentaire. Vous aurez le choix entre deux modalités de remboursement :

  • Le remboursement en pourcentage : le remboursement dépendre des dépenses relatives à vos soins dentaires suivant un pourcentage précis.
  • Le remboursement en forfait annuel : le montant est fixé préalablement par la mutuelle santé.

L’entretien de vos dents ne peut en aucun cas être négligé. Renseignez-vous sur les offres de remboursement des différentes mutuelles actuellement présentes sur le marché et offrez-vous enfin un beau sourire !