Accueil > Mutuelle dentaire > Tout savoir sur le remboursement des consultations dentaires

Tout savoir sur le remboursement des consultations dentaires

Pourquoi souscrire à une mutuelle santé dentaire ?

Les soins dentaires courants et les consultations (traitement d’une carie, extraction, détartrage, etc.) sont assez bien remboursés par l’Assurance Maladie. En vous rendant chez un médecin stomatologiste conventionné ou un dentiste, l’Assurance rembourse vos frais dentaires à hauteur de 70 %. Notons que ce remboursement se base sur les tarifs conventionnels.

D’autres prestations, incluant la pose de prothèses, restent néanmoins très mal remboursées par l’Assurance maladie. N’oublions pas les dépassements d’honoraires qui ne sont généralement pas pris en charge.

Les dépassements d’honoraires lors d’une consultation chez un médecin stomatologiste ou un dentiste peuvent être dus :

  • À une exigence particulière de la part du patient ou DE
  • Au droit permanent à dépassement (DP) dont dispose certains dentistes
  • Au secteur dans lequel exerce votre médecin stomatologiste. On parle du secteur 2 également appelé le « secteur à honoraires libres ».

S’ajoute aux dépenses peu ou pas prises en charge, la pose de prothèses qui peut s’élever jusqu’à plusieurs centaines d’euros. D’où la nécessité de s’intéresser à une mutuelle dentaire afin de bénéficier d’un meilleur remboursement.

 

Le remboursement des soins dentaires courants

Le remboursement fixé par l’Assurance maladie concernant les soins dentaires courants se base sur le tarif conventionnel qui s’élève à 28,92 euros. La Sécurité sociale vous rembourse donc 24,24 euros, soit 70 % du tarif conventionnel.

Les soins dentaires courants, réalisés chez un chirurgien dentiste ou un médecin stomatologue, comprennent : 

  • Le détartrage qui se fait généralement une fois par an chez le dentiste. Ce type de soins n’est pas plafonné. Le professionnel peut donc pratiquer un dépassement d’honoraire qui peut faire grimper la facture globale jusqu’à 50 euros.
  • Le traitement de carie dont le remboursement par l’Assurance maladie dépend du nombre de faces à traiter et du type de traitement réalisé.
  • La dévitalisation d’une dent pouvant coûter jusqu’à 900 euros, pour une molaire. La dévitalisation consiste à retirer la pulpe et le nerf d’une dent sous anesthésie. Notons que le montant forfaitaire pour la dévitalisation d’une molaire est plafonné à 81,84 euros.
  • L’extraction d’une dent dont le prix peut avoisiner les 600 euros. Le montant dépend du nombre de dents à enlever, mais aussi de leur localisation et la complexité de l’extraction. Le tarif conventionnel pour l’extraction de 4 dents de sagesse ne dépasse pas les 209 euros.

Les dépassements d’honoraires s’appliquent rarement à certains soins courants comme le traitement des caries ou le scellement des sillons. Ce qui n’est pas le cas des extractions qui peuvent dépasser les 100 euros.

Si vous souhaitez entamer un traitement contre le bruxisme, vous aurez à préparer une somme considérable. Alors que la pose des gouttières peut dépasser de 300 euros, l’Assurance maladie rembourse seulement 121 euros, quelle que soit la qualité de votre pack santé.

Afin de maximiser le remboursement des soins courants, tournez-vous vers une mutuelle dentaire proposant un taux de couverture de 125 %.

 

Le remboursement des prothèses dentaires

Depuis avril 2019, le montant de la pose de prothèses dentaires est plafonné. Les dépassements d’honoraires ne sont donc plus autorisés. Un montant maximum est imposé aux dentistes. Entrée en application, la réforme 100 % santé a aussi permis de plafonner le montant maximum de plusieurs actes prothétiques.

 

Le panier « 100 % santé »

En choisissant cette formule, la réalisation des prothèses dentaires sera gratuite pour l'assuré. En d'autres termes, votre complémentaire santé et la Sécurité sociale vous remboursent à 100 % votre prothèse dentaire.

Par exemple, la pose d'une couronne dentaire dentoportée céramique ou en alliage présente une base de remboursement de 120 euros. Selon le type de couronne, la somme maximale autorisée varie entre 290 et 500 euros.

L’Assurance maladie peut accorder jusqu'à 1 465 euros lors de la pose d'une prothèse plurale pour le remplacement d'une incisive ou de bridges à deux piliers d’ancrage.

 

Le panier « Reste à charge maîtrisé »

Le panier aux tarifs maîtrisés, aussi appelé « reste à charge modéré », permet à votre complémentaire santé de prendre en charge une partie de la pose de prothèse dentaire. L’Assurance maladie et votre mutuelle dentaire remboursent également une part des honoraires.

Notons que la formule « reste à charge maîtrisé » vous propose un tarif plafonné. Les remboursements sont cependant mieux qu’avant ! Ainsi, les couronnes dentoportées sont plafonnées à 55 euros et les appareillages en propulsion mandibulaires à 280 euros.

Malgré un changement intéressant concernant la prise en charge de l’Assurance maladie sur la pose de prothèses dentaires, le reste à charge reste toujours assez élevé. D’autant que le remboursement ne s’applique qu’à une liste d’actes et de prestations.

Si vous souhaitez donc être remboursé sur la totalité des frais engagés pour vos prothèses dentaires, intéressez-vous aux complémentaires sans plafond.  

 

Le remboursement de l’orthodontie

L’Assurance maladie ne rembourse pas les traitements d’orthodontie pour les adultes. Une prise en charge n’est envisageable que si les traitements d'orthopédie dento-faciale ont commencé avant vos 16 ans. Les remboursements sont fixés sur la face de tarifs de responsabilité. Les actes inférieurs à 120 euros sont remboursés à 70 % et ceux dépassant les 120 euros à 100 %.

En tant qu’adulte, vous pouvez bénéficier de ce remboursement uniquement après avoir rempli le formulaire cerfa n°12040*04, une demande d’accord préalable à déposer auprès de la caisse d’Assurance maladie. Rappelons que l’accord a une durée de 6 mois. Passé ce délai, les dépenses ne sont plus prises en charge.

Il est donc plus difficile, en tant qu’adulte ou senior, de bénéficier d’un meilleur remboursement pour l’orthodontie. D’autant que l’orthodontiste est autorisé à fixer lui-même ses tarifs. Le reste à charge peut donc être très important !

Une complémentaire santé prend en charge une partie ou la totalité de votre traitement d’orthodontie. Avant de choisir votre mutuelle, il est conseillé de demander un devis détaillé à votre orthodontiste. Le traitement peut s’élever jusqu’à 630 euros par semestre. Mieux vaut donc vous intéresser aux mutuelles offrant un remboursement semestriel.

Comparez également les complémentaires proposant des forfaits qui augmentent avec le temps. Celles-ci vous avantageront beaucoup lorsque vous dépasserez la cinquantaine.

 

Le remboursement des dépassements d'honoraires

Les dépassements d’honoraires inquiètent souvent les patients qui voient leurs dépenses augmenter considérablement. Toute consultation médicale peut faire l'objet d'un dépassement d'honoraires. Chez un dentiste, ce cas est valable lorsque le patient le consulte en dehors des horaires de travail. Il en est de même si vous prenez rendez-vous chez un stomatologiste du secteur 2 pratiquant des tarifs libres.

L’Assurance maladie garantit uniquement le remboursement compté à partir du tarif conventionnel. Les dépassements d'honoraires sont à la charge du patient. Vous pouvez donc :

  • Soit vous tourner vers un chirurgien-dentiste de secteur 1 si vous souhaitez éviter les dépassements d’honoraires
  • Soit vous intéresser aux mutuelles dentaires proposant une formule « haut de gamme » qui vous permettra d’être partiellement ou totalement remboursé sur des actes médicaux dépassant les 100 % du tarif de convention.

   

Souscrire à une mutuelle dentaire reste donc une solution apparente compte tenu du reste à charge qui peut coûter particulièrement cher. N’oubliez cependant pas, avant de choisir votre mutuelle, de prendre en compte vos besoins en soins dentaires et de toujours demander un devis s’il vous faut suivre un traitement d’orthodontie.