Accueil > Mutuelle optique > Tout sur le remboursement des lunettes

Tout sur le remboursement des lunettes

Renouvelez vos lunettes chez votre opticien

 

Le rendez-vous auprès de l’opticien

Un décret datant de 2007 autorise les opticiens à procéder au renouvellement de verres correcteurs et montures d’un patient en se basant sur sa dernière ordonnance. Ce changement fait suite à un désengorgement des ophtalmologues.

Trop sollicités, ces médecins spécialistes sont effectivement incapables d’assurer la prise en charge de plusieurs patients. Pas étonnant que la durée de consultation puisse s’étaler sur quelques semaines voire sur 6 mois. À cause de ce délai d’attente, 58 % des Français renoncent au renouvellement.

 

Les conditions à respecter

Le recours à un opticien est possible sous les conditions suivantes :

  • Présenter une ordonnance initiale (de votre ophtalmologue) de moins de 3 ans chez les patients de 42 ans et plus, 5 ans pour les adultes (entre 16 à 42 ans) ;
  • Être âgé de plus de 16 ans ;
  • Se munir d’une ordnnance sans mention de contre-indication de renouvellement 

À la suite de votre consultation, l’opticien peut renouveler vos lunettes sans en changer le degré. Notez qu’il est également en droit de modifier la correction à condition d’informer le prescripteur initial.

Depuis 2016, ce changement s’élargit aux lentilles de contact. Vous êtes autorisé à vous rendre chez un opticien pour changer la correction de vos lentilles de contact, à condition de présenter une ordonnance de moins de 3 ans (moins de 1 an pour les adolescents de moins de 16 ans).

Pour rappel, quelle que soit le type d’affection dont vous souffrez : myopie, astigmatisme, presbytie ou encore d’hypermétropie… la présentation de l’ordonnance initiale est obligatoire. Cela vous évitera un refus du renouvellement de vos lunettes.

Cas de non-application du décret de renouvellement chez l’opticien

Le décret facilite certes la procédure de renouvellement, mais ne vous épargne pas une consultation chez l’ophtalmologue. Démarche obligatoire surtout si vous n’avez pas encore porté de lunettes ou de verres correcteurs auparavant. Rappelons que l’ophtalmologue est le seul à même d’établir le premier diagnostic de vos yeux.

L’ordonnance délivrée par votre ophtalmologue lors de la première consultation peut être renouvelée plus tard par un opticien. Notez toutefois que votre ordonnance peut faire mention d’un refus d’adaptation si vous souffrez de :

  • Forte myopie
  • Glaucome
  •  Troubles chroniques, comme l’hypertension artérielle, diabète…
  • Cataracte
  • Etc.

Dans ce cas, avant de vous rendre chez un opticien, vérifiez si votre ordonnance ne mentionne aucune contre-indication particulière.

Comprenez également que la consultation chez un opticien est insuffisante si vous êtes sujet à un problème de vision aiguë, ou encore si votre dernier rendez-vous chez un ophtalmologue remonte à 5 ans.

 

Une nouvelle prise en charge pour le changement de lunettes !

La réforme « 100 % santé » a complètement révolutionné la prise en charge des lunettes. Cette nouvelle législation de 2020 vous accorde un remboursement intégral, sans reste à charge. Mais pour en profiter, vous devez souscrire une complémentaire santé solidaire et responsable. Comment le connaître ? Simple, référez-vous sur les garanties si vous avez souscrit à une assurance santé individuelle et vérifiez si votre assureur propose l’offre « 100 % santé ».

Par contre, si vous êtes adhérent à une mutuelle d’entreprise ou à un complémentaire santé solidaire, vous bénéficiez automatiquement du « reste à charge zéro ».

Ainsi, en application de cette législation, votre opticien doit vous proposer deux types d’offres. Le premier appartient à la classe A et le second est de la classe B.

 

Que contient le panier 100 % de la classe A ?

Votre opticien, quel que soit son mode de consultation (en ligne, physique ou virtuelle), doit vous proposer des montures respectant les normes européennes dans son magasin. Ces produits doivent être éligibles à l’offre « 100 % santé » de la sécurité sociale. Ils répondent aux conditions suivantes :

  • 17 modèles avec 2 coloris pour les adultes.
  • 10 modèles assortis de 2 coloris chez les enfants
  • Prix inférieur à 30 euros

Quant aux verres, ils doivent respecter les exigences en vigueur. Ils doivent par exemple répondre aux normes anti-rayures et antireflets. Il existe également un plafond de prix en fonction des verres.

Retenez juste que vous êtes remboursé à 100 %, c’est-à-dire que votre reste à charge est de 0 euro, car l’assurance maladie et votre complémentaire santé s’occupent de vos dépenses optiques.

 

Que contient le panier de la classe B ?

Si la loi oblige l’opticien à vous présenter un devis de l’offre « 100 % santé », notez qu’elle l’autorise également à vous présenter les montures et les verres dans la classe B. Cette catégorie rassemble les équipements partiellement pris en charge par la sécurité sociale. Évidemment, votre mutuelle santé peut s’acquitter du reste des dépenses.

Si vous optez pour les lunettes appartenant à cette catégorie, vous ne bénéficiez que d’un remboursement à hauteur de 60 % de la sécurité sociale. Le tarif de la convention est fixé à 0,03 euro pour chaque verre et pour chaque monture. Dans ce cas, vous recevez donc 0,09 euro de prise en charge.

 

Le remboursement par les mutuelles santé

Comme d’habitude, votre mutuelle intervient pour compléter la prise en charge de la sécurité sociale. Elle peut s’occuper de la totalité ou de la partialité du reste à charge en fonction de votre contrat.

Dans tous les cas, au moment de la souscription, votre assureur vous propose 3 possibilités de remboursement :

 

Le remboursement forfaitaire

Ce premier cas de figure est le plus courant, car vous connaissez à l’avance le montant dont vous bénéficiez en cas de prise en charge.

 

Le remboursement en pourcentage

Certains assureurs peuvent vous proposer un remboursement en pourcentage. Cette fois-ci, il faudra faire un peu de calcul. Détrompez-vous, une prise en charge de 100 % ne signifie pas que votre assureur rembourse 100 % le coût de vos lunettes, cela veut dire qu’il vous propose une indemnisation à 100 % sur la base du tarif conventionné de la sécurité sociale. Voyons concrètement la signification.

Prenons l’exemple d’un assuré bénéficiant un taux de remboursement à 300 % qui après le calcul recevra :

  • 0.15 euros pour chaque monture (300 %*0,05 euro qui représente le tarif de base de l’assurance maladie)
  • 0.30 euros pour chaque verre (300 %*0,10 euro qui représente le tarif de base de la sécurité sociale)

 

Le remboursement en pourcentage sur la base du plafond mensuel de l’assurance maladie

Votre assureur peut vous proposer un remboursement en pourcentage en se basant sur le plafond mensuel de la sécurité sociale. Il l’utilise généralement si vous êtes adhérent à une mutuelle d’entreprise.

Ce mode de remboursement est avantageux dans la mesure où il suit l’évolution du plafond de la sécurité sociale. Par conséquent, il est plus facile à calculer.

En 2019, le plafond de remboursement mensuel de la sécurité sociale est fixé à 3 377 euros. Dans ce cas, si votre mutuelle s’engage par exemple à rembourser 15 %, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge pouvant atteindre les 506,55 euros pour vos lunettes.

Avant de choisir n’importe quel mode de remboursement, comparez les offres existantes auprès de Santors.