Accueil > Mutuelle senior > Bien vieillir chez soi

Bien vieillir chez soi

Un besoin d’organisation

Il est tout à fait envisageable d’éviter une entrée en EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ou en maison de retraite et de bien vieillir chez soi : une certaine organisation est toutefois nécessaire pour que tout se passe bien. 

 

L’aménagement de l’habitat

Avec l’avancée de l’âge, le niveau d’autonomie d’une personne peut diminuer. 

La santé physique et mentale peut changer, ce qui peut entraîner une perte d’autonomie partielle ou totale. De ce fait, il se peut qu’une personne âgée ait besoin de s’équiper d’un matériel de maintien ou d’un matériel d’hospitalisation à domicile en cas de grave maladie grave ou après une hospitalisation. Il faut que son espace de vie soit bien agencé, adapté à sa situation et surtout sécurisé pour éviter les risques de chute et d’inconfort par exemple. Le réaménagement de l’habitat s’impose et ce projet peut concerner les portes, les escaliers, les toilettes, la salle de bains, etc. 

 

L’aide à domicile

Des organismes, des agences, ou des entreprises spécialisées dans l’aide à la personne ou les services à domicile mettent à la disposition des professionnels compétents et qualifiés. Il peut s’agir d’une aide ménagère, d’une auxiliaire de vie, d’un garde à domicile, d’une assistante à domicile, d’un infirmier ou d’une aide-soignante. Ces derniers sont en mesure d’assister toutes personnes âgées dans leur quotidien, de faciliter leur vie et de les aider à lutter contre l’isolement social. 

  • Pour l’auxiliaire de vie et l’aide ménagère, elles assurent, entre autres, toutes les tâches du quotidien : la préparation du repas, le portage de repas, les courses, le ménage, la lessive, le repassage… Pour favoriser l’épanouissement des seniors, elles les accompagnent lors des promenades, sorties culturelles, etc. La gestion du courrier, le classement des documents et la réalisation démarches administratives font aussi partie de ses prestations.
  • Pour le garde à domicile, il veille au bien-être physique et moral des personnes âgées. Il peut rester disponible à tout moment, de jour comme de nuit, et même pendant les week-ends.
  • Quant aux infirmiers ou les aide-soignants, ils interviennent généralement à la suite d’une prescription médicale. Ils prennent soin des séniors qui ont besoin de soins d’hygiène ou d’aides pour le lever, l’alimentation, le coucher, la toilette et l’habillage.

 

Les différentes aides financières pour les séniors souhaitant vivre chez eux

Il existe de nombreuses aides pour les personnes âgées qui font le choix de vieillir chez eux. Ces aides dépendent du degré de dépendance du bénéficiaire, de son niveau de ressources, etc. 

 

L’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) 

L’APA ou l’Allocation personnalisée d’autonomie est une aide financière pour les personnes âgées en perte d’autonomie. Il y a deux formes d’APA, à savoir : 

  • L’APA à domicile pour aider les seniors qui vivent chez eux ;
  • L’APA en établissement pour payer une partie du tarif dépendance en EHPAD.

Pour l’APA à domicile, cette allocation leur permet de payer les diverses dépenses pour vivre sereinement chez eux  (pour engager une aide à domicile, par exemple). Elle est versée par le Conseil départemental. 

Elle est destinée à toute personne âgée de 60 ans ou plus, résidant en France de façon stable et régulière et ayant un niveau de perte d’autonomie évalué comme relevant du GIR (Groupe Iso Ressources) 1, 2, 3 et 4. Concernant le montant de l’APA à domicile, il est fixé en fonction du degré de dépendance du sénior. 

Pour faire une demande d’APA à domicile, il faut remplir un formulaire à télécharger ou à retirer directement auprès du Conseil départemental, du CCAS ou du CLIC, puis le renvoyer accompagné des pièces justificatives demandées au président du Conseil départemental du lieu de résidence. Un évaluateur médico-social se rendra ensuite au domicile du demandeur pour évaluer son niveau de dépendance. Une fois l’APA accordée, un plan d’aide qui recense les besoins et les dépenses nécessaires au maintien à domicile (rémunération de l’aide à domicile, aide pour la livraison de repas, etc.) sera proposé. 

À noter : Une fois l’APA obtenue, une déclaration établie sur le formulaire Cerfa 10544*02 indiquant le(s) salarié(s) embauché(s) doit être adressée au Conseil Départemental dans les plus brefs délais (un délai d’un mois suivant la notification d’attribution).

 

L’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)

Il s’agit d’une allocation attribuée aux retraités aux revenus peu élevés. 

Pour bénéficier de cette aide, il faut : 

  • être âgée de plus de 65 ans, et d’au moins 60 ans en cas d’inaptitude de travail ;
  • bénéficier de ses avantages retraite ;
  • être résident en France (de manière régulière et stable)
  • des ressources mensuelles en dessous du montant de l’ASPA. Depuis le 1er janvier 2020, ce montant est de 903.20 € pour une seule personne et 1 402.22 € pour un couple.

La demande de l’ASPA doit être adressée à :

  • la CARSAT pour les bénéficiaires d’une retraite de la sécurité sociale (formulaire Cerfa n° 13710*02, ce formulaire est téléchargeable en ligne) ;
  • la MSA si sa pension principale est versée par l’organisme ;
  • la mairie de la commune de résidence si l’on ne touche pas de pension retraite.

 

L’aide sociale

Il peut s’agir d’une aide sociale :

  • Pour aide ménagère permettant aux personnes âgées de bénéficier d’une prise en charge financière des frais occasionnés par l’emploi d’une aide ménagère à domicile,
  • Pour les repas pour toutes personnes âgées dont l’état de santé ne leur permet plus de préparer leur repas.

Pour profiter de l’une de ces aides financières, la personne âgée doit respecter certaines conditions : 

  • être âgée de plus de 65 ans, et d’au moins 60 ans en cas d’inaptitude de travail ;
  • être en perte d’autonomie ou de dépendance, avoir des difficultés pour réaliser les principales tâches ménagères pour l’aide sociale pour aide ménagère
  • avoir des difficultés pour préparer le repas pour l’aide sociale pour les repas
  • avoir des ressources mensuelles inférieures au montant de l’ASPA (hors aides logement). Ce montant est de 903.20 € pour une seule personne et 1 402.22 € pour un couple.

Pour l’obtenir, il faut faire une demande auprès de la mairie ou du CCAS (Communaux d’Actions Sociales). Le bénéficiaire pourra ensuite recevoir une aide totale ou partielle selon sa situation. Concernant la durée de présence, c’est le Conseil départemental qui la fixe suivant les besoins de la personne concernée. Toutefois, cela ne doit pas dépasser 30 heures par mois.

Afin que les personnes âgées puissent continuer à vivre chez eux en toute sérénité, d’autres aides financières sont également possibles telles que les aides de caisses de retraite pour l’amélioration de l’habitat, les fonds d’action sociale des caisses de retraite et l’Allocation représentative de services ménagers (ARSM). 

En outre, il y existe des aides financières octroyées par l’assurance maladie et les mutuelles séniors. Ces dernières financent les soins non remboursés et couvrent les dépenses relatives aux services d’aides à domicile. Les mutuelles peuvent aussi prendre en charge les divers frais liés à l’hospitalisation, aux soins optiques, aux soins dentaires, aux soins médicaux classiques, à la médecine douce, etc.

SANTORS met à votre disposition un outil de comparaison de mutuelles séniors en ligne qui vous permettra de comparer les différentes offres disponibles sur le marché et identifier celle qui vous correspond le mieux.