Accueil > Mutuelle senior > Tout savoir sur l’hydrocéphalie à pression normale

Tout savoir sur l’hydrocéphalie à pression normale

Qu’est-ce que l’hydrocéphalie à pression normale ?

On parle d’hydrocéphalie à pression normale lorsque l’on constate une production excessive de liquide céphalo-rachidien. Le liquide céphalo-rachidien (LCR), sécrété par les plexus choroïdes, s’accumule en grande quantité dans les cavités du cerveau appelées « ventricules ».  

Soulignons que ce liquide, qui normalement circule entre la boîte crânienne et le cerveau, joue un rôle important. Ce dernier permet effectivement d’amortir d’éventuels chocs qui peuvent nuire au cerveau. 

C’est également ce liquide qui évacue les déchets des différentes parties du cerveau. Ce dernier est ensuite absorbé dans la circulation sanguine. Les ventricules du cerveau se gorgent de LCR lors d’un dysfonctionnement du mécanisme d’évacuation. 

Notons que ce syndrome clinique n'inclut pas l'augmentation de la pression intracrânienne. Les examens ainsi que les traitements de cette pathologie restent encore, à l’heure actuelle, un grand défi pour les médecins. Avec l’âge, les symptômes de cette maladie se distinguent difficilement de ceux des autres pathologies plus connues.

 

Quelles sont les causes de l'hydrocéphalie à pression normale ?

Difficile à diagnostiquer et à guérir, l'hydrocéphalie à pression normale est une maladie encore méconnue. Elle résulte principalement de l'accumulation du liquide céphalo-rachidien. À cause de la présence excessive de liquide céphalo-rachidien, les ventricules dans le cerveau s'élargissent, créant des déformations malsaines au niveau du cerveau et de la moelle épinière. 

Les chercheurs expliquent qu'avec l'âge, il est possible de présenter un déséquilibre entre la production et la résorption de ce liquide. Certains médecins pensent que les personnes âgées sujettes à l’hydrocéphalie ont des antécédents d'hémorragie cérébrale ou de méningite. Pouvant être congénitale ou acquise, cette maladie peut aussi résulter d’une malformation du système nerveux central ou d’une tumeur cérébrale. 

La cause réelle de ce trouble reste cependant toujours indéterminée. Ses symptômes restent néanmoins bien définis.

 

Quels sont les différents symptômes ?

L'hydrocéphalie à pression normale est souvent confondue avec la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, ou encore la micro angiopathie cérébrale. En effet, elle présente à peu près les mêmes symptômes qu'une perte de la mémoire liée à l'avancée de l'âge. 

La plupart des individus souffrant de l'hydrocéphalie à pression normale subissent une diminution du flux sanguin vers le cerveau. Dans un premier temps, la maladie peut entraîner des troubles cognitifs. 

Le psychomoteur ralentit, ce qui entraîne des troubles de la mémoire. Des signes de démence peuvent également se manifester à un stade avancé. Au fil de l'évolution de la maladie, on constate également des troubles de la marche et de l’équilibre. 

En parallèle, la posture devient très instable et une bosse dans le dos peut rapidement apparaître. S’ajoutent à cela des douleurs articulaires au niveau des pieds rendant les déplacements de plus en plus difficiles. Dans les cas les plus graves, le malade peut cesser de parler et de marcher. 

Avec ces symptômes s'accompagne un trouble de la statique pelvienne. Le système nerveux ne peut plus contrôler le cycle vésical. Le malade souffre d’une incontinence urinaire, souvent rectale. 

Vous l'aurez compris, un patient qui souffre de l'hydrocéphalie à pression normale perd peu à peu le contrôle. Souvent cloué au lit, le malade doit se déplacer en chaise roulante et a de plus en plus besoin d’une assistance permanente afin de surveiller son alimentation, sa prise de médicaments, son hygiène ainsi que ses activités physiques. 

 

Quels sont les diagnostics à réaliser ?

De nombreux tests, analyses et diagnostics doivent être réalisés pour confirmer l’hydrocéphalie à pression normale. Les symptômes de cette maladie sont, comme nous l’avons mentionné plus haut, semblables à des pathologies courantes chez les personnes âgées, surtout si le malade a plus de 70 ans. 

Le neurologue peut ordonner quelques examens pour avoir une idée précise sur l’état de santé du patient. 

 

Les imageries cérébrales

Il est recommandé de passer une imagerie par résonance magnétique (IRM) afin de vérifier le système ventriculaire. L'identification des ventricules élargis permet de diagnostiquer l'hydrocéphalie à pression normale. Le médecin peut également avoir recours à la tomodensitométrie afin d'obtenir des images transversales de toutes les parties du cerveau.

 

Les tests neuropsychologiques

Si vous consultez un neurologue, ce spécialiste peut prescrire un test neuropsychologique afin de détecter d’éventuels problèmes cognitifs. Une évaluation notée permet au spécialiste de déterminer le degré de la maladie. 

Avec une moyenne de 50/100, vous avez davantage de chances de guérir plus rapidement, votre mémoire n’étant pas encore totalement affectée par la maladie. Lorsque le résultat est inférieur à 10/100, le médecin doit démarrer le traitement au plus vite possible. 

 

Drainage du liquide céphalorachidien 

Le drainage du liquide céphalorachidien sert à la fois à diagnostiquer et à traiter l'hydrocéphalie à pression normale. Une ponction lombaire permet de déterminer la capacité de l'organisme à absorber le liquide céphalo-rachidien. Cette méthode peut néanmoins entraîner des complications chez les patients affaiblis par la maladie.

 

Quels sont les traitements d’hydrocéphalie à pression normale ?

Il est parfois difficile de diagnostiquer l'hydrocéphalie à pression normale. Seul un spécialiste en neurologie, en gériatrie et en gérontologie est en mesure de détecter les symptômes qui peuvent différencier cette pathologie rare de l'Alzheimer. 

Les médecins peuvent commencer le traitement une fois la maladie détectée. L'approche thérapeutique la plus fréquente consiste à réaliser une ponction lombaire. Cette méthode abaisse la pression du liquide céphalo-rachidien. 

Certains patients font appel à un traitement chirurgical qui consiste à drainer continuellement le liquide céphalo-rachidien à l’aide d’un cathéter spinal. Ce système permet d'évacuer l'excès de LCR vers le cœur où il sera tout simplement absorbé dans la circulation sanguine. Si cette méthode réussit, les symptômes de l'hydrocéphalie peuvent disparaître. 

Par contre, à part les maux de tête, nausées et les vertiges, le patient s’expose à une hémorragie cérébrale. 30 % des malades subissent des complications postopératoires, 10 % périssent après l'intervention chirurgicale. 

En Allemagne, l'hydrocéphalie à pression normale des personnes âgées est atténuée grâce à un traitement qui consiste à implanter des valves d'hydrocéphalie dites intelligentes. Ce procédé permet de maintenir la pression intracrânienne pour limiter la production excessive de liquide céphalo-rachidienne. Cette méthode limite donc les interventions médicales régulières.

En Europe, il existe des associations qui prennent en main le suivi de la santé des personnes atteintes de l'hydrocéphalie à pression normale. Ces groupes sensibilisent également les professionnels de la santé au dépistage de ce type de pathologie méconnu.

 

Peut-on prévenir l'hydrocéphalie à pression normale ?

La principale cause de l'hydrocéphalie à pression normale reste encore à déterminer. C’est pourquoi il n’existe aucune prévention prouvée scientifiquement. Néanmoins, les médecins peuvent conseiller la prise de quelques précautions. 

 

Une alimentation saine

Le dysfonctionnement du psychomoteur peut provenir d’une alimentation non équilibrée. Il est donc recommandé de consommer principalement des fruits et des légumes au quotidien. Les aliments gras et frits, ainsi que les boissons gazeuses et alcooliques sont, quant à eux, à limiter. 

Avec une alimentation saine s’accompagne une bonne hydratation. Une personne retraitée doit boire plus de 1,5 litre d’eau par jour. La prise des drogues, des cigarettes et de tous les excitants est déconseillée.

 

Équilibrer les émotions

Tout un chacun doit être capable de gérer ses émotions. Patauger dans le stress et l’anxiété pendant de longues heures peut conduire à des troubles psychologiques. À cela s’ajoute une perturbation de la mémoire et de la concentration. 

 

Un diagnostic au préalable

Dès l’apparition des signes inquiétants, à savoir les maux de tête répétés accompagnés d’une perte de la mémoire, il convient de consulter un médecin. Le traitement de l'hydrocéphalie à pression normale est moins contraignant lorsque la maladie est encore à un stade non avancé. 

N’attendez pas une totale perte de contrôle avant de consulter un professionnel de la santé. Tournez-vous vers une clinique spécialisée dans le traitement des maladies neurologiques. 

 

L'hydrocéphalie à pression normale est-elle prise en charge ?

Soigner l’hydrocéphalie à un coût. Du diagnostic au traitement, plusieurs procédures et étapes sont à suivre afin de détecter, de soigner la maladie, mais aussi de suivre le patient. Les imageries médicales, les analyses, les suivis postopératoires ne sont pas pris en charge dans leur intégralité par la Sécurité sociale.

L’imagerie médicale, par exemple, est remboursée à hauteur de 70 % sur la base du tarif conventionné par l’Assurance maladie. La prise en charge peut tomber à 30 % si vous omettez de déclarer votre médecin traitant. Le bilan neuropsychologique, quant à lui, n’est pas pris en charge.

Il ne faut pas non plus exclure la possibilité d’avoir recours à une assistance à domicile après une hospitalisation ou lorsque le patient est incapable de se déplacer ou d’effectuer seul les gestes du quotidien. Le remboursement CPAM dépend en partie de la nature et de la fréquence des soins. Celui-ci s’élève généralement à 60 % de la Base de remboursement de la Sécurité sociale (BRSS).

L’hydrocéphalie à pression normale est une maladie progressive difficile à diagnostiquer et à traiter, notamment pour les personnes âgées. Les dépenses liées à cette pathologie sont aussi conséquentes compte tenu du faible remboursement de l’Assurance maladie. D’où la nécessité et l’urgence de comparer les mutuelles proposant le meilleur remboursement pour vous permettre de diagnostiquer et de soigner à temps cette maladie progressive.