Accueil > Nutrition > Le fer : un élément indispensable à la santé

Le fer : un élément indispensable à la santé

Aussi, il est vrai que les seniors sont les plus fragiles après les bébés, il est nécessaire d’équilibrer leur alimentation afin qu’ils puissent avoir un taux en fer stable au quotidien.

 

Qu’est-ce que le fer ?

Le fer fait partie des oligo-éléments très importants pour l’organisme. Avant toute chose, il faut savoir que le fer qu’on consomme naturellement se présente sous deux formes :

 

Le fer héminique ou Fe2+

Connu aussi sous le nom de fer ferreux, il est d’origine animale. Ce type de fer est plus facilement absorbé par l’organisme et il est plus abondant dans les aliments qu’on consomme au quotidien.

 

Le fer non héminique ou Fe3+

Appelé également fer ferrique, il est d’origine végétale. Ce minéral est moins bien absorbé par l’organisme.

 

L’importance du fer pour le corps

Après avoir été assimilé par l’intestin pendant le processus de digestion, le fer est utilisé pour la fabrication d’hémoglobine et de la myoglobine, ainsi que les réactions enzymatiques nécessaires pour la synthèse de l’ADN.

Il est intéressant de rappeler que l’hémoglobine est un pigment du globule rouge, qui est responsable du transport de l’oxygène dans le sang vers les cellules. Quant à la myoglobine, c’est une protéine qu’on trouve dans les muscles et qui est capable de stocker l’oxygène.

Mais l’importance du fer pour l’organisme concerne surtout le métabolisme. Une fois dans l’organisme, le fer favorise la fabrication de l’adénosine triphosphate ou ATP, qui entre dans la production d’énergie dans les cellules.

Le fer joue donc un rôle essentiel dans le fonctionnement de l’organisme, car il assure l’oxygénation des cellules et participe grandement à la respiration. Ce type d’oligo-élément est aussi à important dans l’alimentation des enfants pour optimiser leur développement cognitif.

 

Quels aliments contiennent du fer ?

Bien que le fer soit un minéral primordial au bon fonctionnement du corps humain, ce dernier n’est pas capable d’en fabriquer.

Pour qu’il soit présent en quantité normale dans le corps, il faut donc consommer des aliments riches en fer.

Le fer héminique est très présent dans la viande rouge et blanche. Il se trouve surtout dans l’hémoglobine qui donne la couleur rouge à la viande, ainsi que dans la myoglobine qui se trouve dans les muscles.

Les abats et les boudins noirs contiennent également plus de fer. Vous trouverez aussi du fer dans le poisson et les fruits de mer comme les crevettes, les huîtres et les palourdes.

Concernant le fer non héminique, on le trouve surtout dans les produits laitiers, les œufs, les fruits, les germes de blé, les légumes, le pain, les légumineuses telles que les lentilles et les pois chiches.

Notons que les légumes les plus riches en fer sont les épinards, les choux et les haricots, les pissenlits et les persils frais. Les viandes, les poissons et les vitamines C optimisent l’assimilation du fer non héminique. Par contre, le thé et le café altèrent l’absorption de ce type de fer.

Sachez que la cuisson ne diminue pas le taux de fer dans les aliments, l’assimilation de la quantité de fer en mangeant un steak saignant ou bien cuit sera le même.

 

Besoin journalier en fer

Il faut savoir que l’apport journalier en fer est différent pour chaque tranche d’âge, tant pour les hommes que pour les femmes. Pour les nouveau-nés à 12 ans, l’apport recommandé est entre 6 et 10 mg/jr.

Toutefois, les adolescentes passant la période de puberté et jeunes femmes au stade de la maturation du système de reproduction nécessitent plus d’apport en fer que les hommes tous âges réunis. En effet, les femmes moins de 55 ans ont besoin d’un apport journalier en fer de 16 mg/jr en moyenne.

Les femmes enceintes ont également besoin de plus d’apports en fer pendant les 3 premiers mois de grossesse, en moyenne 30 mg/jr.

 

Que se passe-t-il si on manque de fer et ses conséquences sur les organes ?

Bien que la carence en fer soit l’un des troubles les plus répandus dans le monde, les traitements sont accessibles et efficaces.

Les symptômes en cas de carence en fer sont assez reconnus :

  • pâleur,
  • fatigue,
  • essoufflement,
  • sensibilité élevée à l’inflammation,
  • difficulté à se concentrer,
  • irritabilité,
  • saut d’humeur, etc.

Dans la pire des cas, la carence en fer entraîne une anémie ferriprive. Cette pathologie est caractérisée par la baisse du taux d’hémoglobine et de globules rouges dans le sang, et ce, de façon alarmante.

La carence en fer impacte donc sur quelques organes : les reins, le foie et l’intestin.

Le fer est très abondant dans le sang. Une simple analyse sanguine permettra donc de déterminer s’il y a carence ou surplus de fer dans le sang d’un individu.

Les personnes les plus touchées par la carence en fer sont les jeunes femmes, les femmes enceintes, les sportifs, les personnes atteintes d’insuffisance rénale, les adeptes du régime strictement végétarien ou végétalien.

 

Que se passe-t-il si on est en surplus de fer et l’impact sur les organes ?

L’excès de fer dans l’organisme de façon temporaire ou chronique n’est pas sans conséquence sur les organes.

Pour le surplus qui est dû à une surconsommation d’aliment riche en fer ou de supplément, les symptômes sont minimes : fatigue, douleurs dans les articulations, douleurs dans les mains, la peau devient brunâtre, baisse de la libido, etc.

Par contre, la surabondance de fer à long terme provoque des maladies graves comme le diabète, les cancers, la cirrhose du foie, les problèmes cardiaques, les troubles hormonaux et bien d’autres encore.

En outre, certaines personnes sont atteintes de maladie héréditaire appelée hémochromatose. Cette pathologie désigne l’hyperabrsoption du fer par l’intestin.

 

La carence de fer chez les seniors

Les personnes âgées sont les plus atteintes de l’anémie ferriprive. Cette pathologie fait partie des premiers facteurs de risques de mortalité chez les seniors.

Quel que soit la cause ou le type de maladie liée au manque de fer dans le sang, un traitement à base de supplément de fer est souvent recommandé pour les seniors.

Si l’anémie ferriprive est à un stade avancé, quelques examens médicaux tels que l’endoscopie digestive bidirectionnelle, le coloscanner et les différentes analyses sanguines.

Si la carence n’est que temporaire, le médecin pourra prescrire aux seniors des compléments alimentaires à base de fer.

Notons que l’apport journalier en fer des seniors est de 10 mg/jr en moyenne.

Le fer est un composant très important pour assurer le fonctionnement de l’organisme. À tout âge, enfants, adultes ou seniors, hommes ou femmes, l’apport journalier en fer doit être respecté afin de ne pas souffrir de carence ou d’excès, ce qui aura des conséquences assez violentes sur vos organes à long terme.

 

Conclusion

Pour les seniors, sachez que certaines mutuelles proposent désormais le remboursement partiel ou total de vos dépenses pour l’achat de complément alimentaire. Aussi, si vous souffrez d’anémie ferriprive, vos frais de soin et d’examens médicaux peuvent être remboursés en totalité. Il suffit de trouver la mutuelle santé qui correspondra à vos besoins. Sur Santors, vous pouvez comparer les mutuelles et en savoir plus sur les différents niveaux de couvertures.