Accueil > Nutrition > Les allergies alimentaires chez les seniors

Les allergies alimentaires chez les seniors

Mais minimisant cette affection, les seniors pensent rarement à se faire diagnostiquer, pourtant, c’est capital à leur bien-être.

Découvrez dans ce dossier tout ce que vous devez savoir sur ce sujet afin de pouvoir adopter les mesures efficaces pour s’en protéger.

 

Allergie alimentaire : Qu’est-ce que c’est ?

L’allergie alimentaire se traduit par une réponse anormale, voire négative, du système immunitaire suite à l’ingestion d’un produit.

Cette affection peut se manifester de façon soudaine ou dans d’autres cas 2 à 48 heures après l’ingestion du produit allergène.

 

Allergie alimentaire : les personnes à risque

Les allergies alimentaires sont plus fréquentes chez la population pédiatrique. Avant l’âge de 4 ans, l’immaturité du système immunitaire et du système digestif est la principale cause de cette susceptibilité aux allergies alimentaires.

Chez les enfants, les allergies alimentaires disparaissent progressivement jusqu’à l’âge adulte. Cela explique le désintérêt des seniors sur le risque de la survenue d’une allergie après 50 ans. Pourtant, les études révèlent que 10 % des seniors présentent des allergies alimentaires. 

Les seniors talonnent effectivement de près la population pédiatrique dans la liste des individus les plus exposés à des risques d’allergies alimentaires.

À noter qu’en tout et selon différentes recherches entre 25 à 30 % de la population seraient sujettes à des allergies alimentaires (toutes tranches d’âge confondues)

 

Les principales allergies alimentaires

Les allergies alimentaires peuvent varier selon le pays d’origine et les produits allergènes. Ces réactions allergiques résultent principalement d’une prédisposition génétique ou à d’une exposition à des substances allergènes. 

Les principaux allergènes sources de réactions les plus violentes sont :

  • Les crustacés
  • Les arachides
  • Le blanc d’œuf
  • Les sésames
  • Le soya

Les autres produits allergènes les plus fréquents sont :

  • Les légumineuses
  • Les dérivés des crustacés
  • Les fruits à céréales comme les amandes, les noisettes, la noix…
  • Le lait de vache
  • Les fruits latex comme le kiwi, la banane
  • Les fruits à coques
  • Les rosacées comme la pêche, l’abricot, la pomme
  • Les ombellifères comme le céleri
  • Les poissons
  • Les viandes
  • Le blé

 

Symptômes et conséquences d’une allergie alimentaire

Les symptômes peuvent différer d’une personne à un autre et plusieurs organes peuvent être affectés. L’intensité, la gravité et la nature d’une allergie se présentent également différemment chez chaque individu.

Il existe deux catégories de symptômes :

  • Les réactions anaphylactiques : les réactions sont prononcées et impactent sur plusieurs systèmes.
  • Les chocs anaphylactiques qui se traduisent par une chute de la tension artérielle. Ce choc est plus dangereux pour la santé, car il peut entraîner des conséquences graves. Mais cette seconde catégorie de symptôme se produit rarement (moins de 1 % des cas).

Les symptômes peuvent combiner un ou plusieurs des manifestations suivantes :

 

Les symptômes cutanés

Ces symptômes sont les plus fréquents. Ils s’annoncent par :

  • Les éruptions cutanées
  • Les démangeaisons
  • Les rougeurs
  • Le gonflement des lèvres, du cou, du visage ou des membres

 

Les symptômes respiratoires

Ces symptômes se reconnaissent par :

  • Une respiration sifflante
  • Une difficulté à respirer
  • Une sensation de gonflement dans la gorge
  • Une sensation d’étouffement

 

Les symptômes digestifs

Les symptômes digestifs sont nombreux et souvent confondus avec d’autres troubles :

  • Une diarrhée
  • Des crampes abdominales
  • Des coliques
  • Des nausées et des vomissements

 

Les symptômes cardiovasculaires

Le système cardiovasculaire peut également être atteint par les symptômes d’une allergie :

  • Un pouls faible
  • Une pâleur
  • Des étourdissements
  • Des pertes de connaissance

 

Comment se prémunir face à une allergie alimentaire ?

Peu importe la nature de l’allergie, la principale prévention est l’éviction des allergènes. Une fois l’identification des produits allergènes effectuée, en l’occurrence par un l’allergologue, vous devez tout simplement éviter de les consommer à l’avenir.

Pour prévenir une allergie, il est également recommandé de consulter l’allergologue pour évaluer les risques avec les autres aliments de la même famille. Si vous êtes par exemple allergique au calmar, vous avez près de 75 % de chance d’être allergique à d’autres fruits de mer. Avoir l’avis d’un spécialiste est ainsi d’une grande nécessité, car les carences peuvent vite survenir suite à une allergie croisée.

 

L’induction de tolérance orale ou ITO

Des mesures éducatives sont également envisageables. Ces mesures se traduisent par une accoutumance progressive au produit allergène. Cette pratique est uniquement appliquée si l’allergologue juge les réactions du patient pas très graves.

La méthode consiste en l’Induction de tolérance orale. On ingère par exemple, une infime quantité d’un produit allergène et on augmente la dose régulièrement afin de constater les effets. Cette induction doit s’effectuer initialement en présence d’un allergologue. Lorsque l’organisme commence à tolérer l’allergène, le traitement peut se poursuivre à domicile, sans surveillance.

 

Allergies alimentaires, les seniors aussi impactés

Différentes allergies peuvent affecter les seniors :

  • Les allergies alimentaires
  • Les allergies aux acariens
  • Les allergies aux pollens
  • Les allergies dues à la pollution de l’air
  • Les allergies aux animaux

Avec l’âge, les facteurs de développement de ces allergies sont nombreux.

 

Les facteurs du développement tardif d’allergies alimentaires

Il existe 04 causes principales de développement des allergies alimentaires chez les seniors :

 

Immunosénescence

La première cause d’allergie alimentaire chez les seniors est le vieillissement du système immunitaire. À partir de 50 ans, le système immunitaire connaît un remodelage complexe.

Cette modification s’accompagne essentiellement d’une augmentation plasmatique des cytokines pro-inflammatoires. Ce phénomène conduit à un inflammaging ou une inflammation chronique de bas grade.

 

Diminution de la fonction barrière intestinale

Lorsque l’état inflammatoire persiste, la fonction barrière intestinale s’affaiblit facilitant ainsi la pénétration des allergènes dans l’organisme.

Ce déséquilibre s’associe souvent à une diminution de la capacité digestive liée à une consommation d’alcool ou de médicaments. 

 

Carences

Les carences en sels minéraux tels que le fer, le zinc et la vitamine D favorisent le développement des allergies chez les seniors.

 

Dégradation des réponses immunitaires

La composition microbiote intestinale subit une modification importante avec l’âge. Ce changement induit à une dégradation des défenses immunitaires au niveau des muqueuses gastro-intestinales. Si vous prenez des antibiotiques, les muqueuses intestinales deviennent plus fragilisées.

 

Conséquences d’une allergie alimentaire chez les seniors

À moins d’un diagnostic, les allergies peuvent passer inaperçues tout en impactant sur la vie des seniors. Les allergies alimentaires qui assimilées à d’autres pathologies sont susceptibles de dégrader l’état de santé du patient.

Les symptômes sont donc à considérer pour éviter de confondre les allergies avec des maux passagers. À long terme, les allergies non traitées se caractérisent par une fatigue chronique, un facteur qui peut favoriser l’isolement des seniors.

 

Consultation et tests chez l’allergologue

Identifier les causes d’une allergie s’avère donc important pour pouvoir prendre les préventions et les traitements adéquats.

Pour déterminer l’élément allergène, l’allergologue procède à une série de questions. Vos régimes alimentaires, votre environnement, les récents changements dans votre mode de vie… tout ce qui peut causer une allergie. Une fois que le spécialiste découvre une piste sérieuse, il passe à la réalisation des tests allergènes.

Les séries de tests effectuées :

  • Les tests cutanés
  • Les patchs-tests via l’utilisation de grands sparadraps hypoallergéniques
  • Les prises de sang
  • La mesure du souffle
  • Les tests respiratoires

 

Prise en charge soins allergologues

S’il est confirmé que vous êtes allergique, l’allergologue vous prescrit le traitement adapté à votre cas. Pour les allergies alimentaires, le meilleur traitement réside dans l’exclusion du produit allergène dans l’alimentation.

Pour traiter les réactions anaphylactiques graves, le traitement des symptômes est la priorité des allergologues. Dans certains cas comme les problèmes respiratoires graves, le pronostic vital peut être engagé. L’adrénaline est le principal médicament utilisé pour soulager les symptômes. Il est important de noter que l’injection d’adrénaline n’est pas à ce jour rembourséepar la Sécurité sociale.

Quant aux consultations, la Sécu prévoit un taux de remboursement à hauteur de 70 %. Notez que votre mutuelle santé peut s’acquitter des restes à charge et des éventuels dépassements d’honoraires.

 

Conclusion

Si vous suspectez une allergie ou ressentez un ou plusieurs des symptômes susmentionnés, rendez-vous sans tarder chez un allergologue. Décelée à temps, une allergie n’aura que peu de conséquences sur votre santé globale. Pour bénéficier d’un remboursement intéressant de vos frais médicaux, souscrivez une mutuelle santé. Pour s’assurer de faire le bon choix, passez par le comparateur en ligne Santors.