Accueil > Nutrition > Tout sur la vitamine E

Tout sur la vitamine E

Qu’est-ce que la vitamine E ?

Le tocophérol appartient au groupe des vitamines liposolubles, car il se dissout dans les graisses. Cette caractéristique lui permet de se stocker facilement dans les muscles et le tissu adipeux.

La vitamine E se regroupe en deux familles :

  • Les tocophérols qui rassemblent 4 formes : alpha, gamma, bêta et delta ;
  • Les tocotriénols qui regroupent également 4 formes : alpha, gamma, bêta et delta.

La forme la plus active dans le corps humain est l’alpha-tocophérol. Elle est accessible sous sa forme naturelle (la mieux absorbée par l’organisme) et synthétique. Dans les compléments alimentaires, elle se présente sous différentes appellations, RRR-alpha-tocophérol, d-alpha-tocophérol, acétate ou succinate de d-alpha-tocophéryle.

 

À quoi sert la vitamine E ?

La vitamine E possède plusieurs fonctions qui aident à prévenir certaines maladies.

 

Antioxydant

La vitamine E est principalement connue pour son pouvoir antioxydant. Cette fonction lui permet de protéger les cellules de l’organisme contre les radicaux libres. Ce nutriment prévient donc le vieillissement cellulaire, d’où son utilité pour retarder l’apparition des rides.

Son pouvoir antioxydant prévient également la dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA de la cataracte. À part cela, le tocophérol protège également les personnes âgées de la perte des facultés intellectuelles.

 

Prévention des maladies cardiovasculaires

Le tocophérol joue un rôle indispensable dans la prévention des maladies cardio-vasculaires. D’après certaines études scientifiques, son intervention soulage légèrement ces troubles.

La vitamine E protège les lipoprotéines de faible densité (LDL) contre les effets du stress oxydatif. Il faut le rappeler, lorsque les LDL sont oxydés, elles ne sont plus régulées. Ce défaut de régulation conduit à l’accumulation de cholestérol et à la formation des plaques d’athérome (accumulation de graisse, de sang, de tissu fibreux…) sur une partie de la paroi interne d’une artère.

Le tocophérol possède des vertus anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices. Il est ainsi capable d’augmenter le calibre des vaisseaux sanguins (artères et veines). Cette action réduit la pression artérielle et permet au sang de circuler normalement.

Malheureusement, la communauté scientifique n’est pas unanime sur le sujet. En effet, certaines recherches refusent de confirmer les bienfaits de la vitamine E sur les maladies cardiovasculaires. Une chose néanmoins est sûre, la consommation d’aliments riche en tocophérol en plus d’autres nutriments permet de prévenir diverses maladies graves.

 

Conservateur naturel

En cosmétique, la vitamine E sert de conservateur naturel. Vous pouvez d’ailleurs la reconnaître sous les noms de E306 à E309. Ajouté dans les soins (huile végétale, baume, beurre végétal, cire…), le tocophérol protège des effets néfastes de l’oxydation.

Son pouvoir conservateur est aussi exploité en alimentation, car elle préserve les produits alimentaires contre le rancissement. C’est le cas de l’huile végétale de colza ou l’huile de lin riche en acides gras polyinsaturés.

 

Où trouve-t-on la vitamine E ?

La vitamine E se trouve principalement dans les huiles végétales, en particulier l’huile de tournesol, l’huile de germe de blé, l’huile de colza, l’huile de noisette, l’huile de lin, etc. Mais, elle est aussi très présente dans les :

  • Fruits oléagineux (amandes, noisettes, arachides, etc.) ;
  • Poissons gras (thon, sardine, maquereau, hareng) ;
  • Œufs ;
  • Fruits (kiwi, avocat, châtaigne, etc.) ;
  • Légumes (brocoli, épinard, chou, etc.) ;
  • Céréales.

 

Quel est l’apport recommandé ?

Un apport journalier de 12 mg est largement suffisant pour un adulte. Mais, avant de consommer de la vitamine E, consultez toujours votre médecin, afin de vous prescrire le dosage adéquat. Dans tous les cas, évitez de dépasser 50 mg par jour.

Quant aux femmes enceintes et allaitantes, elles doivent se limiter à l’apport journalier recommandé par leur médecin.

 

Quelles sont les précautions à prendre avec la vitamine E ?

Le caractère liposoluble de la vitamine E lui permet de se stocker dans le tissu adipeux. Mais une trop grande réserve n’est pas sans risque pour l’organisme.

 

Les risques en cas de surdosage

L’excès de consommation de vitamine E provoque un surdosage qui peut être néfaste pour l’organisme. La prise d’un supplément de plus de 75 mg par jour pendant 5 ans augmente les risques d’hémorragique cérébral.

Généralement, la surconsommation de vitamine peut entraîner les signes suivants :

  • Troubles digestifs ;
  • Douleurs dans les seins ;
  • Problèmes émotionnels ;
  • Fatigue.

 

Les précautions d’usage

La vitamine E possède des propriétés diverses qui interagissent avec d’autres médicaments ou substances. Alors, pour prévenir d’éventuels désagréments, adoptez les gestes suivants :

  • Éviter la prise de tocophérol en cas de traitement anticoagulant (médicament qui fluidifie le sang) afin de prévenir le risque d’hémorragie ;
  • Demander l’avis d’un médecin, avant de prendre de la vitamine E chez les personnes ayant déjà subi un AVC ou un ulcère digestif. Cette mise en garde est également valable pour les hypertendus ;
  • Interrompre la prise de vitamine E un mois avant une opération chirurgicale ;
  • Éviter d’associer à des suppléments alimentaires à base de ginkgo, d’ail ou d’oignon.

Sinon, le tocophérol est sensible à la lumière. Pour éviter de perdre ses bienfaits thérapeutiques et sa valeur nutritionnelle, gardez les aliments riches en vitamine E à l’abri du soleil. S’il s’agit d’huiles végétales, conservez-les dans des flacons teintés.

 

La carence en vitamine E

La carence en vitamine E est relativement rare. Comme elle est stockée dans le foie, vous avez suffisamment de réserve pour compenser les pertes. Néanmoins, le déficit existe chez les personnes qui souffrent de fibrose kystique et de maladie de Crohn. Leur organisme est incapable d’absorber des matières grasses. Dans ce cas, le médecin peut prescrire des suppléments sous forme injectable.

Néanmoins, la carence en vitamine E peut aussi concerner d’autres personnes, comme :

  • Patients souffrant d’anémie génétique. Cette maladie héréditaire provoque des douleurs articulaires ;
  • Bébé ayant un faible poids de naissance. Cette faiblesse de la masse pondérale peut très bien être résolue par l’allaitement ou par une meilleure alimentation. Le pédiatre peut également prescrire des suppléments, si c’est nécessaire. Dans tous les cas, un apport suffisant en vitamine E évite l’hémolyse des globules rouges chez les nourrissons.

Hormis les cas de maladies rares, la prise d’un complément alimentaire est donc inutile. Tant que vous continuez à consommer des aliments riches en vitamine E (huiles végétales, graines, fruits et légumes), vous aurez la chance de compléter votre apport journalier.

Par contre, la consommation excessive d’acides gras polyinsaturés (oméga 3 et oméga 6) contenus dans les huiles végétales sollicite une augmentation de vitamine E.

 

Pourquoi les personnes âgées devraient éviter la carence en vitamine E ?

Chez les personnes âgées, la vitamine E doit être apportée par l’alimentation. Ce nutriment est essentiel en raison de son pouvoir protecteur vis-à-vis des radicaux libres. Il est aussi indispensable pour booster le système immunitaire.

Néanmoins, la prise d’un supplément alimentaire est déconseillée, sauf prescription médicale. Votre médecin pourra effectivement indiquer la posologie, et le dosage adéquat.

En plus, en association avec la vitamine B1, B9, B12, C et D, le tocophérol permet de :

  • Prévenir la perte de mémoire ;
  • Garder ses facultés intellectuelles et cognitives ;
  • Renforcer le système immunitaire ;
  • Préserver les os et des muscles.

Pour conclure, vous aurez compris que la vitamine E est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Si vous avez des signes de carence, vous pouvez consommer des suppléments. Ces derniers sont toutefois inutiles, tant que vous consommez régulièrement les aliments riches en tocophérol. Bien évidemment, ces denrées ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale. Pour recevoir un remboursement, souscrivez une mutuelle santé. Sollicitez l’aide de Santors pour trouver la mutuelle la plus adaptée à vos besoins.