Accueil > Phytothérapie > Comment utilise-t-on le romarin, ce diurétique naturel ?

Comment utilise-t-on le romarin, ce diurétique naturel ?

Origine et histoire du romarin

De nom scientifique Rosmarinus Officinalis, le romarin est également appelé « arbre de Marie », « herbe aux couronnes », « herbe aux troubadours », « rose de mer », « rose du marin » ou encore « encensier ». Cette plante abondante du littoral de la Méditerranée est ensuite exportée dans les cuisines du monde entier.

Utilisés par les Égyptiens depuis longtemps, les rameaux de romarin étaient placés dans la tombe des Pharaons. La légende disait que le romarin fortifie leur âme. Celui-ci est aussi utilisé lors des cérémonies diverses telles que les mariages, les célébrations profanes ou encore les funérailles. L’arbre de Marie symbolise l’amour, la fidélité et l’amitié.

 

Bienfaits du romarin

Le romarin présente de nombreuses vertus qu’il soit utilisé en interne ou une utilisation externe.

 

L’action du romarin sur le foie

Il stimule la sécrétion et l’élimination de la bile. Le romarin favorise la digestion en régulant les lipides. Cette propriété est principalement due à la présence de choline dans le romarin.

 

Le romarin en tant que diurétique

L’encensier améliore la circulation sanguine et réduit les risques de calculs rénaux.

 

Le romarin en tant qu’antispasmodique

Cette plante soulage les douleurs musculaires et articulaires et lutte contre la fatigue. Le romarin réduit également les risques de rhumatisme.

 

Le romarin et son effet antioxydant

Le romarin lutte contre le vieillissement cellulaire. Il agit également de manière efficace contre le stress. Il lutte contre la fatigue intellectuelle et prévient l’insomnie.

En utilisation externe, le romarin :

  • Stimule la pousse des cheveux et antipelliculaire ;
  • Lutte contre les mycoses et certaines bactéries ;
  • Lutte contre les affections de la peau comme les infections et les plaies ;
  • Nettoie la peau et les parties intimes.

 

Modes d’utilisation du romarin

 

En cuisine

Le romarin est un aromate qui convient aux grillades, les confitures ou encore les légumes. Sa senteur stimule l’appétit. Pour tirer profit de toutes ses vertus, ajoutez le romarin à mi-cuisson.

À part ses particularités culinaires, saviez-vous que le romarin est mellifère ? Le miel obtenu est reconnu pour ses propriétés hépatiques et digestives.

Pour les fins thérapeutiques, le romarin s’utilise sous plusieurs formes :

 

En phytothérapie

Le romarin est utilisé sous différentes formes, à savoir en infusion, en décoction, en huile essentielle...

 

Infusion : Pour lutter contre la fatigue hivernale, l’état grippal, les troubles digestifs

Mettez 2 cuillères à café de romarin séché dans une tasse d’eau bouillante. Infusez pendant 10mn puis filtrez. Prenez 1 à 3 tasses de cette infusion par jour.

 

Décoction : Pour lutter contre le rhumatisme

Mijotez 50 g de romarin dans 1 l d’eau et laissez bouillir pendant 10mn. Filtrez la préparation et laissez refroidir.

 

Huile essentielle

  • Pour stimuler l’activité du foie : versez 2 gouttes d’huile essentielle de romarin dans un morceau de sucre. À prendre chaque matin pendant 3 semaines.
  • Pour stimuler la circulation sanguine périphérique : mélangez l’huile essentielle de romarin (6 % à 10 %) dans une huile végétale. Imbibez une compresse de ce mélange et appliquez sur la zone concernée. Il existe également des lotions à base de romarin qui s’utilisent quotidiennement.

 

En bain

Pour un effet tonique, versez 10 gouttes d’huile essentielle (HE) dans votre bain.

Pour un bain de pied anti-inflammatoire et apaisant, faites un mélange de 5 gouttes d’HE de romarin, 5 HE de menthe poivrée, 8 gouttes d’HE de cyprès et 5 gouttes d’essence de citron. Mettez le mélange dans votre base de bain habituelle. Versez le tout dans de l’eau tiède et ajoutez 50 g de gros sel. Plongez vos pieds pendant 10mn.

 

Précautions d’emploi du romarin

Le romarin est sans danger pour la santé à quantité modérée. À forte dose, il peut avoir des effets neurotoxiques.

Le romarin est déconseillé pour les cas suivants, sauf en cuisine :

  • Les enfants de moins de 12 ans ;
  • Les femmes enceintes ;
  • Les femmes allaitantes.
  • Les personnes présentant des maladies du foie ou de calcul biliaire

L’utilisation en décoction doit toujours être se faire sous avis médical. Respectez toujours les doses prescrites.

 

Effets indésirables

Dans de rares cas, le romarin fait objet d’effets indésirables. Un surdosage dans l’utilisation peut provoquer :

  • Des vomissements,
  • Des spasmes,
  • Des convulsions,
  • Des aigreurs d’estomac,
  • Des irritations de la peau.

Dans ces cas, arrêtez immédiatement la consommation et avisez votre médecin.

Pour entretenir votre santé de façon naturelle, utilisez le romarin. D’autant plus que le romarin est facilement accessible sur le marché. Vous pouvez également demander à votre médecin pratiquant la phytothérapie de vous conseiller sur son utilisation. Votre médecin saura vous adapter les bons traitements et les meilleures préventions.

Pour profiter d’un remboursement optimal, une souscription à la mutuelle est nécessaire. En effet, l’utilisation du romarin entre dans le cadre de la médecine douce, donc non remboursée par la Sécurité sociale. N’hésitez pas à souscrire à une mutuelle pour bénéficier d’un meilleur taux de remboursement. Afin de vous aider à trouver la bonne mutuelle, Santors met à votre disposition des professionnels qui sont à votre écoute.