Accueil > Phytothérapie > Le cassis en phytothérapie

Le cassis en phytothérapie

Description de la plante

Le cassis, ou le groseillier noir, de son nom scientifique Ribes nigrum, appartient à la famille des grossulariacées (grossulariaceae). Il est originaire d’Europe septentrionale, et l’arbrisseau mesure entre 1m et 2m.

Cette plante donne des fleurs souvent blanc verdâtre ou teintée de rouge ou orangé à l’extérieur, et qui forment des grappes, puis des baies de couleur noire violacée.

En phytothérapie, on utilise les feuilles, les baies, les pépins ainsi que les bourgeons du cassis, qui peuvent se présenter sous diverses formes : jus, décoctions, gélules, teinture mère, eau florale, huile de pépins de cassis…

Les vertus thérapeutiques du cassis sont nombreuses, bien que ce soit au XVIIIe qu’il est considéré comme une plante médicinale en France.

 

Le cassis, riche en antioxydants, en vitamines et en minéraux

Le cassis a des propriétés antioxydantes intéressantes. Il contient des flavonoïdes et des tanins. Il est également riche en prodelphinidines, proanthocyanidines, pectine ainsi que d’acides gras essentiels, dont acide linoléique, acide alpha-linoléique, acide gamma-linoléique et acide stéaridonique. Cette plante regorge aussi de vitamines et de minéraux. Sa teneur en vitamine C est 4 fois plus importante que celle de l’orange. 

 

Les différentes indications du cassis en phytothérapie

 

Un anti-inflammatoire et antirhumatismal reconnu

Traditionnellement, on employait les feuilles du cassis pour traiter les douleurs articulaires. Elles ont des effets anti-inflammatoire et antirhumatismal reconnus, facilitant ainsi l’élimination de l’acide urique et des purines. Et elles soulagent non seulement, les douleurs articulaires, mais aussi les rhumatismes, l’arthrite, l’arthrose et la goutte.

L’usage des feuilles de cassis dans le traitement de troubles rhumatismaux a été reconnu par l’ESCOP, la Coopérative Européenne de Phytothérapie, en 2003. 

 

Un rôle de protection vasculaire

Les baies de cassis sont également connues pour leur action hypotensive et vasodilatatrice. Elles font baisser la tension artérielle et protègent le système cardiovasculaire en fluidifiant la circulation sanguine.

 

Un fruit antistress 

Les principes actifs du cassis peuvent avoir un effet positif sur le stress. Ils améliorent la sécrétion du cortisol par les glandes surrénales, et aident ainsi à lutter contre le stress, la fatigue et la dépression. 

 

Un anti-diabète et anti-cholestérol

Les baies de cassis contiennent de la pectine, qui tient une place importante dans la régulation du taux de cholestérol dans le sang, ainsi que dans la diminution du taux de glycémie. 

 

Un allié détox 

Le cassis est apprécié pour son effet diurétique. Ses bourgeons contribuent à éliminer les déchets et les toxines dans l’organisme, ce qui facilite ainsi la perte de poids. La pectine présente dans les baies du cassis est aussi une coupe faim, indispensable durant la période de régime alimentaire.

 

Un antibactérien 

Très riche en vitamine C, le cassis booste le système immunitaire et peut soigner la grippe, les rhumes, les maux de gorge, les affections de la bouche...

 

Autres utilisations du cassis

De même, le cassis est indiqué dans les cas suivants : 

  • Insuffisance veineuse comme les jambes lourdes ou l’hémorroïde ;
  • Diarrhée légère ;
  • Irritations cutanées ou réactions allergiques ;
  • Soin des aphtes ;
  • Traitement de la fragilité capillaire ;

 

La posologie usuelle du cassis

  • Les baies de cassis, que ce soit en jus ou en extrait peuvent être consommées quotidiennement, et sans modération ;
  • Quand aux feuilles, il est recommandé d’en faire infuser 10 à 12g, dans une tasse d’eau bouillante pendant un quart d’heure, et d’en prendre deux fois par jour ;
  • Pour les extraits fluides de feuilles, prenez-en 5ml 2 fois par jour avant le repas ;
  • La teinture mère de bourgeons doit être prise trois fois par jour, et ce, à raison de 30 à 50 gouttes ;
  • Pour les gélules, la posologie usuelle est de 1 gélule, 3 fois par jour ;
  • Enfin, concernant l’huile de pépin de cassis, elle est destinée en usage externe, en soin cosmétique, plus particulièrement, pour préparer des soins anti-âge.

A noter, le cassis est généralement bien toléré. Aucun effet indésirable n’a été signalé et il peut interagir avec d’autres plantes et des médicaments diurétiques. En revanche, son usage en phytothérapie est déconseillé chez l’enfant, et durant la grossesse et l’allaitement. Les personnes ayant des problèmes d’insuffisance cardiaque doivent également consulter un médecin avant de commencer la cure.

Le cassis est une plante médicinale gorgée d’antioxydants, de vitamines et de minéraux. Il dispose des propriétés anti rhumatismales et anti-inflammatoires. Son effet diurétique ou coupe-faim reste également connu.

Vous pouvez demander l’avis de votre médecin ou d’un spécialiste avant d’utiliser le cassis en phytothérapie. La Sécu ne prend pas en charge tous les soins liés à la médecine douce, mais en souscrivant à une mutuelle santé, soyez rassuré, une partie ou la totalité de vos divers frais de soin peut être remboursée. Alors, faites le bon choix de mutuelle ! Devenez un santorien, rendez-vous sur Santors.fr.