Accueil > Phytothérapie > Le chardon : l’allié du foie

Le chardon : l’allié du foie

Le Chardon-Marie : historiques

Le Chardon-Marie est facilement reconnaissable par sa taille (environ 1 mètre) et ses feuilles pourpres ornées de nervures blanches très caractéristiques. Son nom lui viendrait même de ces dernières. Selon une légende : la Vierge Marie, voyageant d’Égypte en Palestine, aurait allaité l’Enfant Jésus à proximité d’un bosquet de chardons. Les quelques gouttes de lait qui tombèrent à cette occasion auraient atterri sur les feuilles de la plante créant ainsi ces nervures blanches.

On utilise le Chardon-Marie en médecine traditionnelle depuis près de 3 000 ans. À cette époque, il était réputé pour sa puissante action purificatrice sur le foie, l’intestin, l’estomac et la vésicule biliaire. À partir du XIXe siècle, le chardon devient également un remède contre d’autres troubles : l’abondance des règles, les varices, les congestions. De nos jours, cette plante est surtout réputée pour ses bienfaits hépatiques.

 

Les bienfaits du Chardon-Marie

Le chardon a pour principal principe actif la silymarine, un flavonoïde qui a des propriétés hépatoprotectrices importantes. Cela en fait un remède naturel pour :

  • Purifier et drainer le foie : cette action a pour effet de nettoyer le corps des toxines et de protéger de la cirrhose ainsi que des effets indésirables de la chimiothérapie ;
  • Traiter l’insuffisance hépatique et prévenir divers cancers ;
  • Traiter les troubles digestifs : le chardon aide à éliminer les substances nocives après avoir consommé de la drogue, de l’alcool ou un repas copieux. Il renforce également l’action du système digestif et protège de la dyspepsie ;
  • Purifier le sang et la lymphe suite à une infection ou une morsure d’animal.

Notons que des recherches récentes démontrent l’efficacité du chardon contre le diabète.

 

L’utilisation du chardon

Le chardon est surtout utilisé en phytothérapie et suivant l’effet recherché, on le consommera sous diverses formes :

 

Infusion

C’est la forme conseillée pour soigner les intoxications ou les excès alimentaires. Pour des effets rapides, faites bouillir une infusion de 15 g de poudre de chardon dans 1 l d’eau pendant au moins 10 minutes.

 

Gélule

Si vous avez des remontées gastriques ou des nausées, prenez une gélule à base de chardon d’au moins 200 mg avec une teneur en sylimarine de 70 % minimum. La gélule est à prendre 30 minutes avant les repas, 3 fois par jour. La cure sera effectuée pendant 1 mois.

 

EPS ou extrait de plante standardisé

Cette forme est utilisée pour traiter ou prévenir divers troubles, il faut en consommer 30 minutes avant le repas et le dosage sera différent suivant la maladie à traiter :

  • Pour la cirrhose et la Stéatose hépatique non alcoolique (NASH) : consommer 5 ml d’EPS à base de chardon en une prise par jour ;
  • Pour la jaunisse ou l’ictère : prendre 5 ml d’EPS contenant du chardon, de l’artichaut et de la fumeterre à proportions égales 2 fois par jour jusqu’à disparition des symptômes ;
  • Pour prévenir le diabète de type II : consommer 5 ml d’EPS composé de chardon, de cannelle et de girofle 2 fois par jour pendant 20 jours ;
  • Pour l’hypercholestérolémie : prendre 5ml d’EPS composé de chardon, d’artichaut et d’olivier 2 fois par jour pendant 3 mois ;

Pour la chimiothérapie ou la polymédication : consommer 5 ml d’EPS de chardon par jour à raison de 3 cures de 3 mois par an.

 

Les précautions d’emploi et éventuelles contre-indications

La consommation de chardon est déconseillée dans les cas suivants :

  • Si vous avez un calcul biliaire ;
  • Pendant la période de grossesse ;
  • Pendant la période d’allaitement ;
  • Pour les enfants et les adolescents de moins de 18 ans.

À part tout cela, l’EPS est également déconseillé si vous avez des allergies aux astéracées (artichaut). Référez-vous à votre médecin pour les pathologies chroniques ou pour une chimiothérapie.

 

Peut-on planter soi-même le Chardon-Marie ?

Le chardon est une plante facile d’entretien qui apprécie beaucoup le soleil. Si vous voulez en planter, choisissez un sol calcaire, argileux et bien exposé au soleil.

Pour ce qui est de la prise en charge, sachez qu’en consultant chez un généraliste pratiquant la phytothérapie, votre consultation sera remboursée à hauteur de 70 % par la Sécurité sociale. Si vous ne voulez pas payer les 30 % restants (ticket modérateur), n’hésitez surtout pas à souscrire une mutuelle. Pour trouver le contrat le plus adapté à votre budget, Santors vous aide à comparer toutes les offres proposées par les organismes assureur.

 

Sources 

https://www.doctissimo. fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/chardon-marie.htm
https://mr-ginseng.com/chardon-marie/
https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=chardon_marie_ps