Accueil > Phytothérapie > Se soigner avec les échinacées

Se soigner avec les échinacées

L’origine des échinacées

L’échinacée ou l’Echinacea est une plante vivace et élégante, appartenant à la famille des astéracées (Asteraceae).

Elle est originaire d’Amérique du Nord, et depuis de nombreuses années, les Amérindiens, Sioux, Cheyennes, Comanches... l’employaient pour soulager les maux de dents et de gorge, les infections des voies respiratoires ainsi que les morsures de serpents.

Les bienfaits de l’échinacée ont été reconnus par d’autres médecins Suisses et Allemands ; les ouvrages qui datent des premiers colons venus d’Europe en contiennent des traces.

 

Les compositions des échinacées

Il existe plusieurs espèces d’échinacées. Parmi celles-ci, trois (03) ont des propriétés médicinales connues, à savoir : 

  • Les échinacées à feuille étroite ou Echinacea angustifolia ;
  • Les échinacées pourpres ou Echinacea purpurea ;
  • Les échinacées pâles ou Echinacea pallida.

Concernant leurs compositions, elles contiennent toutes des : 

  • Alykamides (échinacéine) ;
  • Composés phénoliques dont la proportion varie selon l’espèce (acide cichorique, échinacoside, cynarine…) ;
  • Polysaccharides complexes (arabinorhamnoglactane, fucogalactoxyloglucane, glucuronoarabinoxylane…) ;
  • Acides gras à longue chaîne ;
  • Alcacoïdes indolizidiniques ;
  • Huile essentielle.

 

Un puissant anti-infectieux et antibiotique naturel

Nombreux sont les atouts santé de l’échinacée. Cette plante est par exemple très riche en antibiotique naturel. Elle dispose des propriétés anti-infectieuses, immunostimulantes, antibactériennes, antivirales, anti-inflammatoires et antiallergiques. De ce fait, les échinacées sont efficaces pour stimuler le système immunitaire.

Les alkylamides et les polysaccharides complexes qui la composent agissent contre les virus, les bactéries et les champignons, tout en augmentant le nombre de globules blancs et en boostant l’activité des macrophages qui jouent un rôle important dans la fabrication d’anticorps.

Une étude menée en décembre 2010 montre que la prise de l’échinacée réduit la gravité et la durée des symptômes de rhume.

Les échinacées sont même indiquées dans le traitement des ulcères chroniques, de la grippe ainsi que des infections des voies respiratoires (sinusites, laryngites, etc.), et des voies urinaires.

Ces utilisations ont été reconnues par la Commission E, du ministère de la Santé Allemande, de l’Organisation Mondiale de la Santé et de l’ESCOP (Coopération Scientifique Européenne en Phytothérapie). Cette dernière a aussi approuvé l’usage de cette plante médicinale dans la prévention du rhume.

 

Autres usages possibles des échinacées

Les échinacées peuvent être associés avec d’autres plantes ou non pour : 

  • Prévenir les maladies hivernales et les angines bactériennes, maux de gorge, toux…
  • Protéger des différentes allergies ;
  • Prévenir les cancers et les maladies auto-immunes ;
  • Réduire les infections vaginales à levure (candidose) ;
  • Lutter contre le staphylocoque doré ;
  • Diminuer la gingivite, soulager les maux de dents et les abcès dentaires ;
  • Réduire les symptômes de l’anxiété ;
  • Diminuer les effets de la chimiothérapie et de la radiothérapie (prévention de la leucopénie) ;
  • Accélérer la guérison des plaies et la cicatrisation de la peau ;
  • Traiter les piqûres d’insectes, les morsures des serpents et des araignées…

 

Le dosage de l’échinacée

Avant de vous indiquer les posologies à respecter pour profiter des effets bénéfiques de l'échinacée, il est à noter que la partie de la plante qu’on peut utiliser en phytothérapie diffère suivant l’espèce : les parties souterraines pour l’Echinacea angustifolia et Pallida, et la plante en entier (les parties aériennes fleuries et souterraines) pour l’Echinacea Purpurea.

Notez également que les échinacées sont présentes sous différentes formes : teinture mère, jus frais ou stabilisé, capsules, gélules, infusions, décoctions, extrait de racine, extrait fluide… La posologie usuelle dépend de la préparation que vous avez choisie, ainsi que de son usage, à titre préventif ou curatif.

 

L’échinacée en infusion 

1 g de racines ou de parties aériennes séchées, à laisser infuser dans une tasse d’eau bouillante. Vous pouvez en prendre jusqu’à 6 tasses par jour.

 

Sous forme de teinture mère :

  • À titre préventif, 1 dose le matin et le soir, durant 3 semaines, ensuite 1 dose le matin et le soir une semaine par mois ;
  • À titre curatif, 1 dose 3 fois par jour.

 

En décoction :

1 g de racines, à faire bouillir dans une tasse d’eau pendant 5 à 10 min. Boire 1 à 3 tasses par jour.

 

En jus frais :

Boire 1,5 à 3 ml de jus d’échinacée (parties aériennes), 3 fois par jour.

 

Gélules, capsules ou autres extraits solides normalisés :

Il est recommandé d’en prendre 1 g, 3 fois par jour. Il existe aussi des crèmes ou des préparations semi-solides, permettant de traiter les dermatites et de favoriser la cicatrisation de la peau en cas de blessure ou de brûlure.

 

Quelques précautions d’emploi

  • Les échinacées ne doivent pas être prises pendant plus de 8 semaines. Selon la Commission E et l’ESCOP, cela peut affaiblir le système immunitaire ;
  • L’usage d’échinacée est non recommandé chez l’enfant sujet aux otites, en cas d’infection des voies respiratoires supérieures ;
  • Les personnes asthmatiques ou souffrantes d’allergies aux plantes de la famille astéracées doivent faire attention à son usage ;
  • Pendant la grossesse ou l’allaitement, il est mieux de ne pas prendre de l’échinacée.

 

Les contre-indications

La Commission E, l’OMS et l’ESCOP déconseillent l’utilisation d’échinacée en cas de maladies évolutives (Sida, tuberculose…), et d’autres maladies auto-immunes (collagénose, lupus, sclérose en plaques…).

 

Les effets indésirables possibles

L’échinacée a un effet anesthésique, il se peut ainsi que vous ressentiez un léger picotement au bout de la langue lorsque vous le prenez. Chez certains individus, on a remarqué d’autres effets non souhaités comme de légers troubles digestifs, étourdissements, nausées, bouche sèche, insomnie, perte d’orientation…

 

Les échinacées, interaction avec des médicaments ou d’autres plantes médicinales

Évitez l’usage d’échinacée si vous prenez déjà des stéroïdes ou des immunodépresseurs.

Il n’y a aucune interaction connue avec les plantes. Et les échinacées peuvent être associées avec des plantes, des épices, des champignons et des algues comme le Spiruline, le Ganoderma, le Chlorella, le Curcuma, le Giseng, la Maca, la Rhodiola, la Gélée Royale ou encore le Propolis.

 

Conclusion

Les échinacées ont des effets positifs sur le système immunitaire. Elles peuvent également être utilisées pour prévenir ou soigner les infections grippales ou septiques.

Les propriétés médicinales de cette plante vous intéressent ? Demandez l’avis de votre médecin ou d’un phytothérapeute avant de commencer la cure.

La Sécu ne rembourse pas tous les soins liés à la médecine douce. Toutefois, avec une complémentaire Santé, vous pouvez bénéficier d’une couverture partielle ou totale de vos soins. Alors, n’attendez plus, cliquez sur Santors.fr, votre comparateur de mutuelle santé, trouvez l’offre qui vous convient le mieux et faites votre souscription, comme de nombreux Santoriens l’ont fait avant vous.