Accueil > Phytothérapie > Tout savoir sur les vertus thérapeutiques des orties

Tout savoir sur les vertus thérapeutiques des orties

De quoi est-elle composée ? Quels sont ses bienfaits sur la santé ? Comment la prendre correctement ? Quels sont les éventuels effets indésirables en cas de prise ? Découvrez les réponses dans notre dossier complet !

 

Qu’est-ce que l’ortie ?

L’ortie est une plante très ancienne dont l’utilisation date de l’Antiquité. Actuellement, elle pousse dans presque l’Europe.

 

L’histoire de l’ortie

L’usage de l’ortie remonte à l’Antiquité. Les Grecs et les Romains l’ont employé en tant que remède contre la tuberculose, la toux et l’arthrite. Au XVIIe siècle, un médecin anglais l’avait recommandé pour traiter les troubles de la circulation et des voies respiratoires.

De nos jours, les Européens utilisent l’ortie en cuisine. Les orties servent, en effet à agrémenter les salades à l’instar des feuilles de pissenlits.

Les Indiens de leur côté s’en servent pour soulager le saignement de nez, l’hémorragie et l’éruption cutanée.

 

La description botanique de l’ortie

L’ortie est une plante vivace qui apprécie particulièrement les sols riches et argileux de l’Europe et d’Amérique du Nord. Sa tige dressée (mesurant 60 à 150 cm de hauteur) porte des feuilles vertes et bordées de dents triangulaires.

Cette plante propose des grappes de fleurs qui embellissent le paysage. Mais, l’ortie est surtout connue pour ses poils piquants qui provoquent immédiatement des irritations.

Cette herbacée appartenant à la famille des urticacées, rassemble environ 30 espèces à feuilles velues. La majorité se trouve en Europe. Mais seules deux de ces espèces sont fréquemment utilisées :

  • La grande ortie
  • L’ortie brûlante

 

La composition de l’ortie

Même si toutes les espèces d’ortie possèdent leurs propres caractéristiques, elles partagent des points communs. En général, elles renferment toutes des :

  • Minéraux et oligo-éléments (fer, silice, calcium, magnésium, potassium, manganèse, soufre, zinc)
  • Vitamines A, B, C et E
  • Protéines (acides aminés essentiels)
  • Antioxydants (flavonoïdes, phytostérols)
  • Tanins (qui se trouvent dans les racines)
  • Chlorophylle (dans les feuilles)

Et enfin, les poils d’ortie regorgent de substances irritantes, comme l’histamine, la sérotonine, l’acétylcholine et les acides organiques.

 

Les propriétés médicinales de l’ortie

On utilise généralement l’ortie par voie orale (infusion, décoction, etc.), mais ses vertus médicinales restent efficaces, même si l’on emploie par voie externe

 

Usage interne

Grâce à sa forte teneur en minéraux, en acides aminés essentiels et en flavonoïdes, l’ortie est considérée comme :

  • Antalgique
  •  Antiallergique
  • Antianémique
  • Anti-inflammatoire
  • Antimicrobienne
  •  Antioxydante
  •  Antirhumatismal
  • Antiulcéreuse
  • Dépurative
  • Diurétique
  • Galactogène
  • Hépatoprotectrice
  • Hypoglycémiante
  • Hypotensive
  • Immunostimulante
  • Tonique

 

Utilisation externe

En usage externe (application locale en cas d’imperfection cutanée par exemple), l’ortie possède un pouvoir

  • Astringent
  • Cicatrisant

 

Les indications thérapeutiques de l’ortie

Les vertus thérapeutiques sont nombreuses. Autant ses feuilles que ses racines sont à même de soulager différents maux, dont :

 

L’hypertrophie bénigne de la prostate

Cette maladie fréquente chez les hommes à partir de 60 ans est une pathologie bégnine. Elle correspond à une augmentation de la taille de la prostate. Son apparition entraîne un trouble de la miction et des difficultés à uriner.

L’ortie est le soin traditionnel le plus adapté pour soulager l’hypertrophie bénigne de la prostate. Grâce à ses vertus diurétiques et drainantes, cette plante vous aide à lutter contre les troubles de la miction et les inconforts urinaires.

 

L’arthrite

Autrefois, appelée rhumatisme, cette pathologie correspond à de nombreuses affections liées aux articulations, aux ligaments, aux tendons, aux os et au système musculosquelettique.

Les feuilles d’ortie constituent des soins de référence en cas d’arthrite. Elles présentent effectivement des spécificités anti-inflammatoires qui permettent d’imbiber les interleukines. En plus, cette plante :

  • Atténue les symptômes de la maladie (douleurs au genou
  • Assure une réduction les doses de médicaments à prendre

Le mode d’emploi est simple : il suffit d’appliquer directement les feuilles fraîches sur la peau. Les principes actifs des feuilles d’ortie agissent rapidement pour soulager les douleurs causées par l’arthrite.

 

L’ostéoporose

L’ortie dispose d’un pouvoir reminéralisant grâce à sa composition. Riche en oligo-éléments dont votre corps a besoin au quotidien. Une boisson à base de cette plante prévient par exemple les risques de fatigue et l’asthénie physique.

Aussi, sa forte teneur en fer vous aide également à lutter contre l’anémie. Pour rappel, celle-ci se caractérise par un manque d’hémoglobine, essentiel à la formation des globules rouges.

 

L’utilisation de l’ortie pour les tracas quotidiens

Hormis ses bienfaits thérapeutiques, l’ortie constitue votre principal allié pour lutter contre les tracas quotidiens, comme :

 

Les imperfections cutanées

Son pouvoir dépuratif confère à l’ortie la capacité de réguler la production de sébum. Par conséquent, elle prévient l’apparition des boutons sur le visage. Son action permet également d’apaiser les problèmes dermatologiques suivants :

  • l’eczéma
  • le psoriasis
  • les dartres.

 

Les infections

Rappelons que l’ortie est dotée de propriétés anti-inflammatoires. Ainsi, elle est efficace pour lutter contre les infections responsables de l’aphte, de gingivites ou de l’angine. Pour cela, il suffit de réaliser un bain de bouche à base de la plante.

 

La repousse des cheveux

L’ortie apporte de la nutrition pour vos cheveux. De récentes études prouvent effectivement sa capacité à faire pousser la chevelure. Pour cette raison, l’ortie figure parmi les ingrédients principaux des soins capillaires.

Notez également que cette plante est riche en oligo-éléments et est ainsi un remède excellent pour renforcer vos ongles.

 

Dosage et posologie

Envisagez-vous de suivre une cure d’ortie ? Si tel est le cas, notez que plusieurs possibilités s’offrent à vous, car il existe 3 formes de posologies :

  • Infusion des racines qui consiste à faire bouillir pendant une dizaine de minutes, 1,5 g de racines en poudre. Prenez 3 à 4 tasses par jour afin de soulager l’hypertrophie bénigne de la prostate.
  • Infusion des feuilles qui vous invite à laisser bouillir 3 cuillères à soupe de feuilles séchées dans 500 ml d’eau. Buvez ensuite 3 à 4 tasses par jour.
  • 1 cuillère à café de poudre d’ortie à verser dans un verre d’eau, dans une compote ou dans un yaourt
  • Gélules à prendre en fonction du dosage indiqué sur la boîte
  • Décoction qui consiste à faire bouillir dans 1 litre d’eau, 3 minutes 50 g de racines d’ortie. Buvez à volonté en cas de troubles mictionnels.

Bien évidemment, il est aussi possible de consommer les fruits d’ortie. Cette forme d’administration est recommandée en cas de rhumatisme.

Dans tous les cas, la thérapie à base de cette plante doit durer en moyenne 3 mois. Évitez de dépasser cette cure. En cas de doute, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Et enfin, notez que l’ortie est l’un des principaux composants des compléments alimentaires. Sa richesse en vitamine de la plante est sans risques pour la santé. Cependant, ce n’est pas le cas des racines dont les extraits peuvent causer des désagréments, comme :

  • L’impuissance
  • Diminution de la libido

 

Les interactions

Comme l’ortie est presque sans effets indésirables, elle peut interagir avec d’autres substances contenues dans :

 

Les plantes et les suppléments alimentaires

L’ortie peut très bien être associée à d’autres plantes ou compléments alimentaires disposant des bienfaits hypotenseurs, hypoglycémiants, et antiplaquettaires. En cas de doute, demandez conseil à votre médecin traitant.

 

Les médicaments

À la différence des autres plantes, l’ortie renforce l’action des médicaments. Un essai clinique prouve par exemple son action sur le traitement des patients souffrant d’arthrite. Effectivement, elle augmente l’effet anti-inflammatoire du diclofénac.

Son association aux familles de médicaments suivants est, d’ailleurs indiquée :

  • Les hypotenseurs
  • Les hypoglycémiants
  • Les antiplaquettaires

Dans tous les cas, avant de commencer votre thérapie à base d’ortie, consultez votre médecin. Ce dernier est le seul en mesure de vous communiquer les mesures nécessaires. Cette mise en garde est indispensable, si vous prenez des médicaments qui ne sont pas cités ci-dessus.

 

Conclusion

Bien que ses feuilles causent des piqûres, l’ortie est une plante de choix en phytothérapie. Et pour cause, elle soulage les douleurs . Malheureusement, la thérapie à base d’ortie n’est pas prise en charge par l’assurance-maladie. Comptez uniquement sur votre la mutuelle santé pour recevoir un remboursement satisfaisant. Santors vous aide à trouver la formule qu’il vous faut.