Presque la moitié des Français sont touchés par un problème de vision.
Un grand nombre de ces personnes souffrent de graves problèmes pouvant nécessiter une opération. Avec les progrès de la science, la chirurgie optique est devenue une des chirurgies les plus pratiquées dans le monde. Ce sont des interventions rapides, efficaces et indolores.
Toutefois, il s’agit d’opérations onéreuses et non remboursées par la sécurité sociale, le recours à une mutuelle semble être  la meilleure solution pour faire face aux innombrables dépenses.
Santors vous en dit plus

Si vous êtes convaincu, lisez notre article: Comment choisir la bonne mutuelle optique

Qu’est-ce que la chirurgie optique ?

La chirurgie optique appelée également « chirurgie réfractive » est une opération qui consiste à corriger les défauts visuels.
Elle permet la correction de certaines anomalies telles que la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie. Ce sont des opérations qui ont recours généralement au laser se font sous anesthésie locale. Elles ne durent qu’une demi-heure au maximum. Après opération, le patient rentrera à son domicile, obligatoirement accompagné. Grâce à la chirurgie réfractive, les lunettes et les lentilles peuvent être abandonnées, cependant, c’est une chirurgie relativement chère, car le coût d’une opération pourrait atteindre 800 à 1500 euros pour chaque œil !
Elle n’est hélas pas à la portée de tout le monde.

Quand recourir à la chirurgie optique ?

Une chirurgie réfractive est envisagée lorsque le patient ne supporte plus les lunettes ou les lentilles de contact, ou alors veut simplement se passer de ces dispositifs de correction.
Les problèmes de visions peuvent également s’aggraver et la chirurgie devenir la seule issue pour être soulager. Elle s’applique à toute personne adulte souffrant de myopie, d’hypermétropie, de presbytie et d’astigmatisme et le patient doit impérativement avoir plus de 18 ans. Toutefois, une consultation chez un ophtalmologiste s’impose au préalable.
Après examens approfondis, l’ophtalmologiste décidera si le patient sera sujet à une intervention chirurgicale ou non, il est également indispensable de faire un bilan pré opératoire. L’intervention est interdite en cas de grossesse ou d’allaitement, elle est aussi déconseillée si le patient est atteint de pathologie oculaire telle que la cataracte, le glaucome évolué et la maladie de la cornée.

Quels sont les risques liés à la chirurgie réfractive ?

Comme pour  toute autre chirurgie, le risque zéro n’existe pas en chirurgie rétractive. Cela dépend du potentiel de cicatrisation de chaque personne opérée, des complications peuvent apparaître pendant ou après l’opération. Au niveau de la vision, il se peut que le patient présente certains troubles visuels, cela nécessite quelquefois le port de lunettes ou de lentilles malgré la chirurgie. Il se peut aussi que le patient présente une sécheresse oculaire ou des infections occasionnellement.  Une seconde intervention est possible dans certains cas, selon les troubles constatés par le chirurgien durant le contrôle post-opératoire. Des cas exceptionnels peuvent survenir tels que la perte de la vue ou de l’œil, mais ce sont des cas qui restent extrêmement rares.

Quels sont les avantages de la chirurgie réfractive ?

Même si des complications se présentent, la chirurgie réfractive a ses avantages. Pour certaines personnes, la chirurgie réfractive marque le début d’une vie sans lunettes et lentilles. Les dépenses diminuent et le patient aura l’occasion de faire des économies. En général, la chirurgie réfractive n’est pratiquée qu’une seule fois dans une vie si l’opération réussit, plus besoin d’acheter des lunettes ou des lentilles tous les ans. Par ailleurs, l’opération est très rapide elle ne prend qu’une demi-heure de temps et ne nécessite pas l’hospitalisation si le patient est accompagné à sa sortie de chirurgie ambulatoire.

La personne opérée bénéficiera d’une capacité visuelle beaucoup plus nette.  Les imperfections disparaissent, plus besoin d’orthèse pour y voir plus clair.
Pour certains métiers comme les policiers, les militaires, les pompiers, les pilotes et les marins, une bonne vision sans lunettes ou lentilles est requise. Grâce à la chirurgie réfractive, les personnes voulant travailler à ces postes auront la possibilité de postuler.

Le remboursement de la chirurgie réfractive

La chirurgie réfractive est une opération très coûteuse nécessitant une somme assez importante. Elle n’est pas prise en charge par la sécurité sociale et est considérée comme étant une chirurgie de confort. Le patient aura à sa charge tous les frais opératoires, pour pouvoir y subvenir, l’intéressé devra souscrire à une mutuelle optique. Sans complémentaire de santé, le patient risque d’être confronté à des dépenses considérables.

Certaines mutuelles proposent des forfaits couvrant les dépenses optiques liées à l’achat des lunettes jusqu’au remboursement de la chirurgie, la prise en charge dépend toutefois du forfait choisi par les assurés.

Pour trouver la bonne mutuelle, il suffit de recourir au comparateur de mutuelle. Grâce à ce comparateur, le patient pourra trouver la mutuelle qui répond réellement à ses besoins grâce à des séries de questionnaires qui devront être remplies par le patient. Au bout de quelques minutes, les réponses sont là, le client n’a plus qu’à fixer son choix. L’idéal est de choisir une mutuelle qui couvrira une partie des frais chirurgicaux tout en ayant des frais d’adhésion moindres.

Grâce au progrès de la chirurgie oculaire, il est aujourd’hui possible de corriger la plupart des problèmes de vues. Le coût de ces opérations restent néanmoins onéreux, d’autant qu’il n’est pas pris en charge par la sécurité sociale. Avant de vous lancer, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre médecin traitant pour plus de renseignements. N’oubliez pas également de consulter votre complémentaire santé, cette dernière vous donnera le montant de votre prise en charge (si cela est compris dans votre contrat), et le reste à charge vous concernant.

Reste à charge zéro pour 2020 dans le cas de la chirurgie optique

Une réforme sur les remboursements des dépenses des adhérents sur les soins d’optique va être réalisée d’ici le 1 janvier 2020.
Cette réforme étant la matérialisation d’une promesse de campagne de l’actuel président, elle vient d’être adoptée dans le cadre du vote sur le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2019.

Cette réforme « reste à charge zéro » va porter sur les contrats signés ou renouvelés dès début 2020. Pour ce qu’il en est de l’optique, les dépenses des adhérents à la Sécu et à la mutuelle seront remboursées à 100% et avec des remboursements plafonds qui varient entre 420€ et 800€. Cette variation est fonction des types de verres (unifocaux, progressifs…) et aussi de l’importance de la correction indispensable pour les yeux. Pour ce qu’il en est des remboursements des montures uniquement, le plafond indiqué est de 100€.