Accueil > Se soigner France > La polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde

Qu’est-ce-que la polyarthrite rhumatoïde ?

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une forme fréquente de rhumatismes inflammatoires chroniques, qui détruit progressivement les articulations. En effet, la membrane synoviale, la membrane qui protège l’articulation sécrète une quantité excessive de liquide. Ce liquide en accumulation gonfle et entraîne l’inflammation de l’articulation. La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune. Traduction : l’immunité agresse le corps même du patient. Cette anomalie atteint plusieurs articulations à la fois, d’où l’appellation polyarthrite.

 

Quelle est la prévalence de la polyarthrite rhumatoïde ?

C’est une maladie qui atteint le plus souvent les femmes. On recense généralement 3 femmes sur 4 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. atteintes. En France, on compte environ 200 000 personnes atteintes de la PR, soit 0.5% de la population. Les prémices de la maladie font leur apparition le plus souvent entre 30 ans et 60 ans. Cependant, la polyarthrite rhumatoïde peut atteindre les plus jeunes.

 

Quelles sont les causes de la polyarthrite rhumatoïde ?

Cette maladie auto-immune est une pathologie plurifactorielle. D’une personne à l’autre, les causes de la polyarthrite rhumatoïde sont différentes. Certains cas peuvent même survenir de deux facteurs associés ou plus :

Des facteurs psychologiques : un événement, un choc émotionnel, un bouleversement psychologique… Autant de causes qui peuvent être à l’origine de la PR comme le deuil, le divorce…. Ce facteur représente 20 à 30% des cas.

Des facteurs hormonaux : les périodes de la périménopause et la ménopause sont chez les femmes des évènements qui peuvent favoriser la maladie.

Les facteurs génétiques : les gènes comme HLA, DR1, HLA-DR4 sont les plus impliqués dans l’apparition de cette maladie. Toutefois, ces gènes ne sont pas les seules sources de la polyarthrite rhumatoïde.

Les facteurs environnementaux : le tabagisme reste un facteur important qui cause la PR. D’autant plus que la gravité de la maladie et le traitement peuvent être grandement impactés.

 

Quels sont les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde ?

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie qui évolue progressivement. Le premier symptôme à ne pas négliger est l’apparition de douleurs au niveau des articulations. Le plus souvent, les articulations des doigts, des mains et des poignets sont les premières à être atteintes. Si PR il y a , des gonflements de ces articulations seront constatés.

Les patients ressentent ces symptômes  surtout en fin de nuit et au réveil.  Le traitement et la prise en charge sont les plus efficaces durant cette période.

Le cas échéant, les douleurs s'ensuivent pendant des semaines (au moins 6 semaines) pour ensuite s’atténuer. Mais les symptômes reviendront et les zones touchées seront plus importantes : les bras, les genoux, les épaules, les pieds, les chevilles….

 

L’évolution de la maladie

L’évolution de la maladie diffère d’une personne à l’autre. Généralement, les douleurs peuvent être d’une intensité modérée. L’état du patient peut donc être stabilisé sans complications majeures.

En cas de formes graves, des déformations articulaires et des destructions des tendons sont possibles et peuvent conduire à une invalidité. Chez certains patients, la polyarthrite peut atteindre d’autres organes comme le cœur, les poumons ou les reins. Dans ce dernier cas, un traitement d’urgence est nécessaire car le pronostic vital peut être engagé.

Si vous ressentez des douleurs au niveau de vos articulations pendant une période assez longue, c’est-à-dire, plus de 6 semaines, un diagnostic s’impose.

 

Diagnostic de la maladie

La polyarthrite rhumatoïde peut être traité sans complications si le diagnostic est effectué dès lors que les premiers symptômes apparaissent. Le diagnostic se base au départ par l’identification des signes décrits par le patient :

  • Le gonflement des articulations
  • L’intensité des douleurs
  • La localisation des inflammations
  • La durée des douleurs
  • Les articulations deviennent de plus en plus raides

A partir de ces données, les examens cliniques suivants  peuvent être effectués :

  • La radiographie des articulations pour identifier : les dégradations du cartilage, les dommages des os voisins, la luxation des articulations.
  • Une analyse sanguine pour identifier un facteur rhumatoïde dans le sang
  • Des échographies ou des IRM des articulations des régions touchées.

 

Le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de la PR se concentre sur :

  • Le soulagement des inflammations et des douleurs
  • La limitation voire l’arrêt de la progression de la maladie
  • L’amélioration de la qualité de vie du patient
  • La réadaptation fonctionnelle du patient
  • La prise en charge psychologique du patient

Pour se faire, un traitement de fond est combiné au traitement symptomatique. Le traitement symptomatique est généralement basé sur l’administration d’anti-inflammatoire. L’ergothérapeute et le kinésithérapeute spécialisés se chargeront d’une éventuelle rééducation.

Le traitement d’une polyarthrite rhumatoïde entre dans le cadre des traitements des affections longues durées ou ALD. La prise en charge de la sécurité sociale est donc de 100% du tarif conventionnel. Cependant, les dépassements d’honoraires notamment les frais d’un ergothérapeute peuvent être importants.

Pour bénéficier d’un remboursement optimal, il est donc essentiel de se souscrire à une mutuelle. C’est pourquoi, Santors met à votre disposition des professionnels de l’assurance qui vous aideront à trouver la bonne mutuelle qui correspond à vos besoins.