Accueil > Se soigner France > L’addiction chez les seniors : une pathologie très répandue

L’addiction chez les seniors : une pathologie très répandue

Dans cet article, nous allons parler en détail des addictions les plus répandues chez les seniors, du déroulement du traitement, mais aussi de la prise en charge.

 

Définition de l’addiction

Le terme dépendance ne fait pas seulement référence à la dépendance à des substances telles que l’héroïne ou la cocaïne. Une personne qui ne peut pas arrêter de prendre un médicament ou un produit chimique particulier est aussi qualifiée de dépendante.

Certaines dépendances impliquent également une incapacité à cesser de participer à des activités telles que les jeux, l’alimentation ou même le travail. On parle alors d’une dépendance comportementale ! La dépendance est une maladie chronique qui peut également résulter de la prise de médicaments.

Lorsqu’une personne éprouve une dépendance, elle ne peut pas contrôler la façon dont elle utilise une substance ou participe à une activité.

 

L’addiction à l’alcool chez les seniors

En France, près de 39 % des personnes qui ont entre 65 et 75 ans consomment quotidiennement de l’alcool. Ce pourcentage reste élevé ! Par contre, la quantité moyenne d’alcool n’est pas très élevée, car elle se limite à deux unités d’alcool correspondant à deux verres de vin.

 

Comment traiter l’addiction à l’alcool chez les seniors ?

Le traitement de l’addiction à l’alcool chez les seniors commence par une consultation chez un addictologue. Ensuite, en fonction du stade de l’addiction, l’addictologue recommande un traitement médicamenteux, une cure de sevrage ou même une hospitalisation dans les cas les plus graves et les plus avancés.

Mais le plus gros du travail reste d’ordre psychologique. En effet, les proches doivent comprendre que si la personne âgée boit, c’est qu’il y a forcément un problème psychologique. Ce serait donc contre-productif d’émettre des jugements ou de proférer des paroles qui provoqueraient un sentiment de culpabilité chez la personne âgée.

Si les proches se montrent trop intrusifs, la personne âgée peut adopter une attitude agressive ou se renfermer sur elle-même. Ici, le rôle du médecin traitant ou de l’addictologue sera d’établir une relation de confiance avec la personne âgée souffrant d’addiction à l’alcool.

En tant que proche, assurez-vous que la personne dépendante ne se retrouve jamais seule.

 

Le tabagisme chez les seniors

Comme un tiers des cancers sont directement causés par le tabagisme, le risque de développer un cancer est trois fois plus élevé chez les personnes de plus de 65 ans qui fument du tabac.

 

Aider les seniors à en finir avec le tabac

Il existe des traitements spécifiques pour aider les personnes âgées à arrêter de fumer. L’utilisation de substituts de nicotines est l’une des solutions les plus courantes. Ce traitement substitutif ne produit que très rarement des effets secondaires.

Il faudra des examens plus poussés pour les personnes âgées possédant des antécédents de maladies cardiovasculaires. Parmi les substituts de nicotine les plus utilisés, on citera notamment le bupropion.

En plus du traitement substitutif, le conseil et le soutien de suivi restent les meilleurs traitements pour combattre le tabagisme chez les seniors. Les personnes âgées n’auront aucune difficulté à supporter une thérapie comportementale et cognitive. Il est également possible de faire du counseling individuel ou collectif.

 

L’addiction aux médicaments psychotropes

Avec un médicament psychotrope, c’est le psychisme qui est modifié. Et lorsqu’on sait que les Français font partie des plus gros consommateurs de psychotropes au monde, les seniors ne font pas exception.

En effet, les personnes de plus de 65 ans ont tendance à consommer de manière régulière des tranquillisants ou des somnifères. Cette consommation excessive est due à différentes raisons liées à leur âge et à certaines pathologies très communes chez les seniors. Il y a donc un fort risque de dépendance.

 

Comment guérir une addiction aux médicaments ?

Le sevrage reste le seul traitement possible pour guérir d’une addiction aux médicaments psychotropes. Ce traitement vise à se défaire de la dépendance médicamenteuse. Généralement, le processus est toujours le même. On procède à une diminution progressive et méthodique de la prise des médicaments causant la dépendance. Le sevrage peut être réalisé à domicile, dans le cabinet du médecin ou bien à l’hôpital.

Les avancées médicales et les progrès dans le diagnostic ont aidé la communauté médicale à développer diverses façons de gérer et de résoudre les différents types de dépendances. Malgré tout, chez les seniors, le traitement peut prendre beaucoup de temps et peut être compliqué. Il nécessite l’aide et le soutien des proches !

Les dépendances liées à l’alcool, au tabac, aux médicaments psychotropes et aux activités, sont toutes des troubles addictifs. Elles peuvent donc être prises en charge par une mutuelle santé. Tournez-vous vers Santors pour trouver la couverture maladie qui vous correspond le mieux.