Accueil > Se soigner France > Allongement de l'espérance de vie et bonne santé

Allongement de l'espérance de vie et bonne santé

Qu’est-ce que l’espérance de vie ?

Nombreux sont les facteurs qui ont contribué à l’augmentation de l'espérance de vie, indicateur qui permet de calculer le niveau de développement humain d’une région ou d’un pays du monde.

L’espérance de vie est définie comme le nombre d’années qu’il reste à vivre à une personne. Ces années sont calculées à partir des taux de mortalité mesurés au moment même du calcul. Bien évidemment, le décès d’un individu peut survenir aux alentours de l’âge calculé.

L’espérance de vie est considérée comme une mesure-clé de la santé d’une population et reflète la qualité du système de santé comme :

  • L’accès aux soins ;
  • La qualité des infrastructures ;
  • L’équité des soins.

Toute inversion de cette tendance doit être prise au sérieux, parce qu’elles peut indiquer des problèmes sociétaux profonds chez une population.

Actuellement, grâce au progrès de la médecine, on peut guérir un individu atteint d’une maladie autrefois classé incurable, l’une des raisons de l’augmentation de l’espérance de vie. Notons qu’une espérance de vie peut être calculée à tout moment au cours de la vie d’une personne, que ce soit à partir de la naissance ou à tout âge.

Pour les Français, par exemple, l’espérance de vie à la naissance est de 79,5 ans pour les hommes et 85,3 ans pour les femmes selon l’Insee. Les individus de 65 ans et plus, c’est-à-dire les seniors, ont une espérance de vie de 23,2 ans pour les femmes et 19,4 ans pour les hommes.

 

Tout savoir sur l’allongement de l’espérance de vie

L’espérance de vie à travers le monde entier peut facilement se calculer. Celle-ci varie cependant selon plusieurs critères : 

  • La région, qui joue un rôle primordial dans ce calcul qui se fait d’ailleurs au niveau national.
  • L’époque : le calcul de l’espérance de vie dépend forcément de l’époques, dans la mesure où elle est différente selon les années. La durée de vie humaine était, par exemple, de 26 ans à l’âge de Bronze et, de nos jours, monte jusqu’à 72 ans et plus.

L’espérance de vie a nettement augmenté grâce à l’évolution et le progrès de la médecine. La médecine a grandement changé la qualité de vie partout dans le monde. On constate notamment : 

  • Une chute de la mortalité infantile ;
  • Le développement des vaccins, qui a sauvé beaucoup de vies ;
  • L’instauration des programmes nationaux de santé publique ayant changé l’hygiène de vie de la population mondiale.

Sachant qu’il existe une variante : l’indicateur d’espérance de vie en bonne santé pouvant déterminer le nombre d’années qu’il reste à vivre à un individu sans incapacité. Cette espérance de vie peut encore grimper si toutes les recherches sur les traitements, contre les cancers, aboutissent et si l’accès à l’eau potable est facilité.

 

L’augmentation de l’espérance de vie est-elle valable dans le monde entier ?

On a pu constater au cours du 20ème siècle une diminution significative de l’espérance de vie dans les pays développés, notamment aux États-Unis et tous les pays qui ont un revenu élevé. Il s’agit d’une étude rétrospective principalement basée sur des données démographiques. Dans ces données démographiques, des calculs ont pu être effectués à partir : 

  • De l’espérance de vie ;
  • Des différentes causes de décès ;
  • Des facteurs communs.

Une diminution de l’espérance de vie (de 0,18 an chez les hommes et 0,21 en moyenne chez les femmes) a été constatée pour les pays à revenu élevé.

Concernant les États-Unis, par exemple, on note une hausse de la mortalité chez les seniors de plus de 65 ans et les décès sont causés par :

  • Les maladies respiratoires ;
  • Les maladies cardiovasculaires ;
  • Les maladies neurologiques ;
  • Les maladies psychiatriques ;
  • Les épidémies de grippe.

La diminution de l’espérance de vie aux États-Unis diffère par contre de tous les autres pays parce que sa population présente une dépendance aux opioïdes. Pourtant, dans tous les autres pays du monde, l’espérance de vie a connu une nette hausse selon des estimations faites durant l’année 2016.

De nos jours, France, l’espérance de vie est l’une des meilleures dans le monde entier. Cette performance est liée à plusieurs facteurs :

 

La qualité de la nutrition

La nutrition joue effectivement un rôle important dans l’espérance de vie humaine. Les effets de l’alimentation touchent grandement l’apparition de certaines pathologies mesurables comme les cancers et les maladies cardiovasculaires.

Certains comportements alimentaires peuvent aussi avoir un impact négatif sur l’espérance de vie, comme : 

  • Une consommation non mesurée entraînant une obésité
  • La consommation d’alcool
  • La consommation de tabac.

En somme, adopter de bons comportements alimentaires (consommer des fruits et légumes et les bonnes graisses) peut augmenter la durée de vie. Il est actuellement possible de dresser une carte du monde selon les habitudes alimentaires et, par la suite, comparer le pourcentage de l’espérance de vie.

 

La génétique

Outre les habitudes alimentaires, l’espérance de vie d’une population peut également être évaluée selon les gènes. La génétique influence effectivement un quart de la variabilité de l’espérance de vie. Bien entendu, d’autres facteurs peuvent influencer la longévité d’un point de vue physiologique et psychologique.

Certains gènes, responsables du vieillissement, comme les gènes FOXO et ApoE, peuvent déjà déterminer certains mécanismes ralentissant ou accélérant le vieillissement d’un groupe d’individus.

 

Le rapport entre l’augmentation de l’espérance de vie et une bonne santé

En France, on constate de nos jours que l’on profite d’une bonne santé jusqu’à l’âge de 63,1 ans pour les hommes et 64,2 ans pour les femmes. Cette espérance de vie est directement liée à l’augmentation de certaines maladies chroniques qui touchent des personnes en jeune âge et dont le développement est en relation directe avec des déterminants comportementaux et environnementaux tels que :

  • Une mauvaise hygiène de vie ;
  • Des habitudes nocives ;
  • Une alimentation inadaptée.

Certaines études ont démontré que près de 3 millions de personnes en âge avancé sont atteintes d’affection cardio-vasculaire (hypertension). Plus de 2 millions de seniors souffrent de cancer et de diabète.

On a pu constater une rapide progression des maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer. Les maladies respiratoires augmentent également, tels que l’asthme ou la bronchite pulmonaire chronique obstructive. Les allergies et problèmes de fertilité touchant un couple sur sept entrent également en cause.

Malgré l’augmentation de certaines maladies, l’espérance de vie des Français continue d’augmenter. En 2017, les hommes peuvent espérer vivre en moyenne jusqu’à 79,5 ans et les femmes jusqu’à 85,3 ans toujours selon les chiffres de l’Insee.

Cette hausse de l’espérance de vie est surtout due à la baisse de mortalité après l’âge de 70 ans depuis l’année 1997. C’est ce qui explique les deux tiers de la hausse de la longévité qui a atteint 3 ans sur la période entre 1997 et 2017.

 

L’impact de la baisse de mortalité infantile sur l’espérance de vie

Depuis 1947 jusqu’en 1997, la baisse de la mortalité infantile a eu un léger impact dans l’augmentation de l’espérance de vie précise l’Insee. En France, au milieu du 18ème siècle, de nombreux enfants mouraient avant l’âge de 10 ans. Ce n’est qu’après la vaccination (contre la variole par exemple), que la mortalité infantile a nettement reculé. On a constaté une diminution d’un tiers des risques de mortalité chez les nouveau-nés.

Des variations sont cependant constatées au fil des siècles et sont principalement dues aux conflits, comme les guerres, mais aussi au progrès. L’urbanisation et l’industrialisation ont, par exemple, favorisé l’augmentation de la mortalité infantile en France au milieu du 19e siècle.

L’espérance de vie n’a pu être stabilisée et décuplée qu’après les progrès de l’hygiène et de la médecine. La révolution pastorienne favorisant les enfants a également joué un rôle primordial dans l’essor de la longévité !

L’augmentation ou la baisse de l’espérance de vie humaine dépend en partie de nombreux facteurs. Les progrès de la médecine ont nettement contribué à améliorer cette dernière. N’oublions pas les divers remboursements proposés par la Sécurité sociale et les mutuelles santé permettant à tout un chacun d’accéder aux divers soins, de limiter l’apparition de certaines maladies et de bénéficier d’une meilleure qualité de vie.

 

Bibliographie

Espérance de vie - INED

La longévité humaine sous influence - Le Figaro santé

Quels sont les facteurs à l’origine des gains d’espérance de vie des dernières décennies ? - OCDE