Accueil > Se soigner France > Tout savoir sur le don du sang

Tout savoir sur le don du sang

Le don du sang présente différents avantages, aussi bien sur le plan physique que mentale pour les donneurs. Mais, le nombre de personnes adhérant à cette pratique est encore faible.

Découvrez dans notre grand dossier, en quoi il est utile de prendre part à cette noble action.

Le sang, cet élément que l’homme n’est pas en mesure de créer

Le sang est une cellule vivante constituée de globules rouges et de globules blancs. Ces constituants baignent dans le plasma (un liquide minéralisé).

Les différents composants du sang assurent une fonction vitale dans notre organisme :

  • Le plasma  joue le rôle de transporteur des globules rouges et autres oligo éléments indispensables à notre corps
  • Les globules rouges favorisent l’oxygénation de l’organisme
  • Les globules blancs aident dans la lutte contre les micro-organismes externes. Ces derniers contribuent ainsi au maintien des défenses immunitaires.

 

Classification du sang

Le sang est classifié en 4 groupes bien distincts : À, B, O, AB. Ces quatre groupes sanguins se divisent, quant à eux, en deux types : le rhésus positif (+) et le rhésus négatif (—).

Nous obtenons de par cette catégorisation les 8 principaux groupes sanguins que sont : À+, A —, B+, B —, AB+, AB — (le plus rare), O+ (le plus commun), O —. 

Le groupe sanguin d’une personne dépend de ses gènes. Concrètement, les allèles des parents impactent sur le groupe sanguin d’un fœtus. Le groupe AB vient par exemple de l’union d’un allèle A et un allèle B.

 

Don de sang : définition

Un acte totalement volontaire et désintéressé, le don du sang engage une personne dit « donneur » à se faire prélever une quantité de sang.

Le prélèvement est conservé dans une banque de sang et est principalement transfusé à des personnes gravement malades.

Une transfusion sanguine est notamment requise dans le cadre du traitement d’une maladie du sang, d’un cancer, de graves pathologies et d’hémorragies.

Le groupe sanguin du donneur et du receveur doit être compatible afin que la transfusion soit possible.

Ci — après un tableau récapitulatif de la compatibilité des groupes sanguins :

CompatibilitéDonneur          
ReceveurO-O+B-B+A-A+AB-AB+ 
AB+ooooOoO          
AB —o-oo-o-          
À+oo-oO -          
A —o--o---          
B+ooo----          
B —o-o----          
O+oo-----          
O —o------          

                     

Les cases vertes représentent une compatibilité de deux groupes sanguins tandis que les rouges représentent une incompatibilité.

 

Donneur universel

Le groupe O — est appelé « donneur universel » parce que ce groupe peut être transfusé chez tous les autres groupes sanguins. Les individus du groupe O — ne peuvent en revanche recevoir du sang que d’une personne du même groupe.

 

Receveur universel

Le groupe AB+ est un « receveur universel » parce qu’il peut recevoir un don de sang de tous les groupes. Mais les personnes du groupe sanguin AB+ ne peuvent donner leur sang qu’aux individus du même groupe.

 

Caractéristique d’un don de sang

Il y a principalement deux types de dons de sang :

  • Le don « total » : c’est le plus courant. Le don total consiste à prélever une quantité de sang chez le donneur.
  • Le don « par aphérèse » : ce don consiste à prélever une quantité de sang afin de tirer un ou des composant(s) précis du sang de donneur. Le reste sera ainsi réinjecté par transfusion.

 

Déroulement d’un don de sang

La quantité de sang prélevé varie de 420 à 480 ml. Des cas d’exceptions de 350 ml sont possibles. La durée du prélèvement va de 8 à 10 minutes.

Un homme peut faire 6 dons de sang par an tandis qu’une femme ne peut en effectuer que 4. Un délai de 8 semaines est requis entre 2 prélèvements.

 

Bien se reposer après avoir donné son sang

Après le prélèvement, le donneur doit se reposer. Un don du sang est d’ailleurs une raison valable pour prendre un après-midi de repos au travail. 

Le donneur doit suivre un régime riche en protéine et en glucides. En effet, la fatigue est très fréquente suite à l’opération.

 

Un acte encore impopulaire

 Selon l’INSEE, seuls 4 % des Français ayant le profil de donneur franchissent le cap. Un chiffre décevant quand on sait que ces dons peuvent changer des vies, voire les sauver.

La sensibilisation aux dons de sang est courante partout dans le monde. Conscient de l’importance de cette action, l’OMS a déclaré la journée du 14 juin « Journée internationale du donneur de sang ».

Le but de cette célébration est de rendre hommage à ces héros des temps modernes.

Des pays comme les USA ou l’Allemagne rémunèrent les donneurs afin de motiver plus de personnes à s’y lancer. La France demeure à ce jour réticente à cette idée dans l’objectif de préserver le caractère noble du don de sang.

 

Pourquoi donner du sang est-il si important ?

Le sang humain assure un rôle crucial dans le fonctionnement de l’organisme, mais est irremplaçable. À ce jour, l’homme est dans l’incapacité d’en produire. Pourtant, les besoins en transfusions sanguines en urgence sont fréquents.

Notons que l’organisme synthétise ultérieurement la quantité prélevée.

 

Les produits dérivés du sang

Le sang prévaut de médicament pour certains malades en phase terminale.

Nous pouvons distinguer 3 types de produits issus du sang prélevé :

 

Les concentrés érythrocytaires 

Il s’agit de globules rouges à conserver pendant 42 jours qui aident dans le traitement des cancers et des maladies du sang. Ces éléments servent aussi grandement dans les cas d’hémorragie.

 

Les concentrés plaquettaires

Ce sont des plaquettes sanguines, dont la durée de conservation est de 7 jours. Ces plaquettes sont utilisées pour traiter la leucémie. 

En complément des concentrés érythrocytaires, les plaquettes sanguines sont aussi utilisées pour arrêter une hémorragie.

 

Le plasma congelé 

Présenté sous plusieurs formes, le plasma se conserve pendant un an. Ces éléments permettent de traiter une hémorragie ou toute autre maladie du sang. 

Le plasma, comme l’eau de mer (plasma de Quinton), favorise le renforcement des défenses immunitaires d’un patient.

 

Les besoins en sang en France

Selon le rapport d’activité Hémovigilance 2014 de l’ANSM :

  • 47 % des patients sous transfusion sont atteints d’un cancer ou d’une maladie du sang, et 35 % sont des patients qui sont en bloc opératoire
  • 10.000 dons de sang sont nécessaires chaque jour
  • Plus d’un million de personnes sont soignées chaque année grâce aux dons
  • Plus de 500.000 mille personnes bénéficient d’une transfusion chaque année

Le don de sang est utile dans deux cas :

  • Besoin chronique : le patient souffre d’une pathologie et exige un besoin constant de transfusion. (cas des cancéreux)
  • Besoin urgent : le patient a été victime d’une importante perte de sang ou d’une hémorragie suite à un accouchement, une opération, un accident…

 

Les avantages tirés d’un don de sang

 

Effets bénéfiques sur la santé

Suite à un don de sang, le donneur peut profiter d’une amélioration de son état de santé après un don de sang :

  • Une baisse du taux de fer dans le sang : un taux de fer important peut causer des maladies comme l’hémochromatose
  • Lutte contre le cancer du sang, car la fréquence de régénération est élevée
  • Régularisation de la tension artérielle : le don du sang fluidifie le sang. Les vaisseaux sanguins et le cœur seront donc mieux sollicités
  • Réduction des dommages générés par les radicaux libres dans l’organisme ce qui permet de renforcer le système immunitaire.

 

Dépistage de maladies

Le sang donné fait l’objet d’analyses et d’examens avant d’être stocké dans les banques du sang. Des données sur le donneur seront ainsi tirées de ces analyses.

Ainsi, si le concerné est sujet à certaines maladies comme le VIH/Sida, MST, ou s’il a un début de cancer, il sera informé à temps.

Le don du sang permet aussi au donneur d’en savoir davantage sur ses données sanguines (groupes…).

 

Commencer rapidement le traitement d’une maladie

En cas de découverte de maladie chronique, le donneur peut tout de suite commencer un traitement, ce qui lui permet de bénéficier d’une subvention auprès d’une mutuelle santé.

 

Pour la moralité de l’acte

Le don de sang est un acte désintéressé : le donneur ne peut prétendre à une quelconque récompense financière après l’acte.

La nature altruiste du don de sang incite effectivement le gouvernement français à n’envisager aucun type d’honoraires, à l’exception d’une petite collation.

 

Les personnes éligibles pour donner du sang

Le don du sang n’est pas possible à tout le monde. Certains critères d’éligibilité sont effectivement pris en compte.

Ci-après les points considérés pour savoir si votre profil est adapté :

 

  • Âge : le donneur doit avoir entre 18 à 65 ans. Dans certains cas, les adolescents de 16 ans et 17 ans peuvent aussi donner du sang. Les donneurs réguliers de 65 ans sont acceptés sous l’approbation de son médecin
  • Poids : le poids minimum d’un donneur est de 50 kg. Il est aussi possible de considérer les personnes ayant 45 kg et plus, mais la quantité du prélèvement est moindre.
  • Bonne santé : le donneur doit être en parfaite santé. Un rhume, une grippe, un bouton de fièvre ou une quelconque affection constituent un frein. Les tatouages et piercings récents (moins de 6 mois) sont prohibés.
  • Le délai postopératoire : les personnes subissant une intervention récente chez le dentiste doivent attendre 1 à 30 jours selon le type d’intervention
  • Le taux d'hemoglobine : 13 g/dl pour les hommes et 12 g/dl pour les femmes sont les seuils à respecter. En dessous de ces seuils, le donneur ne peut pas donner de son sang.
  • Récent voyage : les personnes qui viennent de faire un voyage dans certains pays ne peuvent pas donner du sang.
  • Comportement : le donneur ne doit pas avoir une relation sexuelle à risque dans les 12 mois précédant le don de sang. Il doit être séronégatif et sobre.

 

Contre-indications au don de sang

En plus des conditions requises citées précédemment, le don de sang présente aussi quelques contre-indications à savoir :

  • La prise de médicaments comme des antibiotiques dans les 2 semaines précède le prélèvement
  • Une infection ou une fièvre de moins de 2 semaines
  • Des crises de paludisme dans les 3 années précédant le prélèvement.
  • Vaccin ou autres injections : la durée va dépendre de la durée d’incubation
  • Maladies pathologiques

En cas de doute, il faut en parler avec le médecin responsable du prélèvement.

 

Conclusion

Le don de sang est un acte désintéressé, mais fortement encouragé. En plus des avantages que le donneur pourra en tirer, son don permettra de changer et sauver des vies. Les informations que le donneur va découvrir suite aux analyses lui permettent aussi de mieux connaître son état de santé. D’ailleurs, il pourra tout de suite consulter et suivre un traitement à la réception des résultats si besoin est.

Une bonne mutuelle santé peut être d’une grande aide pour couvrir les éventuels frais de traitement. Consultez notre plateforme https://santors.fr/ pour comparer les mutuelles santé et faire le bon choix.