Accueil > Se soigner France > Tympan fragile : causes, traitements et prise en charge par la mutuelle

Tympan fragile : causes, traitements et prise en charge par la mutuelle

Quels sont les causes du tympan fragile ?

Différents chocs violents peuvent être à l’origine de la déchirure du tympan, cette fine membrane responsable de la transmission des sons. Ci-après les causes les plus courantes :

  •  Une otite à répétition est la principale cause du tympan percé.
  •  La perforation du tympan résulte de lésions provoquées par une mauvaise manipulation du coton-tige.
  • L’introduction d’objets inadaptés : une allumette, une pince à cheveux, … dans le conduit auditif sont également  des facteurs non négligeables de la fragilité du tympan.

 

D’autres sources (rares) du tympan fragile

Le Dr Jugvanon cite dans Doctissimo : "Si la pression n'est pas bien équilibrée, la membrane, tendue à l'extrême, éclate". Ainsi la plongée sous-marine et le changement d’altitude en avion (à l’atterrissage) sont susceptibles d’entraîner le percement du tympan.

Un coup brutal assené au niveau de la joue ou du côté latéral de la tête, une forte onde de choc, des bruits assourdissants induisent aussi une perforation du tympan.

 

Les symptômes et les conséquences graves du tympan fragile

Si la perforation est minime, aucun signe ne se fait sentir. Mais s’il s’agit d’une déchirure aigüe, la personne peut éprouver ou présenter les symptômes suivants :

  • Des douleurs impactant sur le visage (souvent confondu avec les douleurs relatives à une otite si la personne en est sujette)
  • Une diminution voire une perte partielle ou totale de l’audition
  • Des sensations d’oreille bouchée
  • Des sifflements ou des bourdonnements
  • Un écoulement anormal d’eau provenant des cavités de l’oreille

 

Tympan fragile : court-on toujours le risque de perdre notre audition ?

Si la déchirure n’est pas très importante, le risque de subir une baisse de la capacité à entendre est faible. Mais si la perforation affecte plus de deux tiers de la membrane, un déficit auditif de 20 à 30 décibels peut survenir.

Une personne souffrante d’un tympan percé aigüe éprouve fréquemment une sensation de gêne dans l’oreille. Des bruits assourdissants continus s’ajoutent généralement à ladite sensation. Des déséquilibres et des vertiges peuvent aussi se produire.

 

Risque de surdité

Si les soins adaptés ne sont pas administrés à temps, le malade n’échappe pas à un risque de surdité définitive.

D’autres conséquences graves telles que des abcès au niveau du cerveau, des infections des os du crâne ou même une paralysie figurent également dans la liste des impacts à long terme d’une perforation du tympan non traitée.

 

Tympan fragile : Quels traitements ?

La membrane se reconstruit généralement seule, mais selon la gravité du cas, différents moyens de traitements sont accessibles :

 

Le tympan se répare lui-même

Le tympan se cicatrise seul au bout de deux à trois mois. Mais quand le traumatisme est trop important, notamment à cause d’une otite à répétition, l’intervention d’un spécialiste en ORL est requise.

 

Traitement médicamenteux

Les médecins prescrivent principalement des anti-inflammatoires (pour les douleurs) et des antibiotiques pour prévenir les éventuelles infections.

Une tympanoplastie ou greffe du tympan est pratiquée si la perforation est dévastatrice. Cette opération vise la reconstitution tympano ossiculaire si les osselets sont abîmés.

 

Prise en charge en cas de déficience auditive

Si la perforation du tympan engendre une déficience auditive, l’Assurance maladie rembourse les frais relatifs à l’achat des prothèses auditives sous condition d’une prescription médicale.

Divers critères à savoir l’âge, l’intensité de la maladie sont pris en compte dans la définition du montant de la prise en charge. Depuis janvier 2020, le remboursement du traitement inclut une diminution du reste à charge à hauteur de 250 euros.

Des prestations préalables sont effectuées avant l’achat d’un appareil auditif. L’audioprothésiste effectue des examens afin :

  • de déterminer la fréquence du gène, les antécédents, etc. ;
  • d’observer les conduits auditifs ;
  • d’effectuer différentes mesures (audition, tolérance aux sons forts, compréhension...) ;
  • d’en informer le patient sur les différents appareils disponibles.

L’audioprothésiste est tenu de remettre au patient un devis normalisé, qui doit faire apparaître de façon nette le coût de l’appareil électronique correcteur de surdité proposé, ainsi que des prestations d’adaptation. La Sécurité sociale ne couvre normalement pas ce type de soins. S’allier avec une mutuelle de santé est ainsi recommandé. Utilisez le comparateur d’assurance Santors https://santors.fr/ pour faire le bon choix.