Accueil > Soins animaux > Les pathologies fréquentes chez les chats

Les pathologies fréquentes chez les chats

Les maladies virales chez les chats

Malheureusement, il existe des maladies causées par des virus sont très dangereuses et souvent mortelles pour le chat.

 

Le Coryza du chat 

Egalement appelé la « grippe du chat », le Coryza est une maladie causée par plusieurs microbes. Très dangereuse et contagieuse, elle combine à la fois des bactéries et des virus. Le traitement étant long et sans médicament spécifique, cette maladie est aussi difficile à guérir. Elle peut même être mortelle. Et même si le chat survit, malheureusement, il reste porteur de virus à vie et peut récidiver fréquemment.

Les symptômes du Coryza du chat sont nombreux : infection des voies respiratoires, éternuements, écoulements des yeux et du nez, fièvre, perte d’appétit. L’animal peut aussi avoir d’autres problèmes comme une ulcération de la bouche et complications pulmonaires.

Il existe un vaccin pour prévenir cette pathologie. Assurez-vous que les vaccins de votre chat sont à jour : la vaccination doit se faire dès l’âge de 9 semaines, et ce en deux injections à un mois d’intervalle, avec un rappel tous les ans. Et si l’état de santé de votre félin commence à vous inquiéter, consultez tout de suite votre vétérinaire.

 

La leucose féline et l’immunodéficience féline 

La leucose féline, la leucémie virale féline ou le FeLV est causée par le virus de la leucose. Pour l’immunodéficience féline ou le FIV, elle est causée par le virus HIV. On parle donc du « SIDA » des chats. Ce sont donc deux maladies différentes, mais elles ont des points communs. Elles détériorent les défenses immunitaires du chat. Elles sont très contagieuses entre chats mais non transmissible à l’homme. Selon la maladie, elles se transmettent par les urines, les matières fécales, les larmes, la salive, le sang, les morsures, la voie sexuelle, etc. Aussi, les mâles sont les sujets les plus atteints du FIV, car ils ont plus de contact physique avec les autres chats, par rapport aux femelles.

Il arrive que l’on ne remarque aucun signe qui annonce le début de la FIV ou le FeLV. La durée d’incubation est longue, parfois, ça peut durer pendant des années. Mais, après, au fil du temps, surtout avec l’âge, les défenses immunitaires du chat baissent. La maladie évolue selon différentes phases. Le chat commence ainsi à devenir très faible. Et en même temps, d’autres symptômes peuvent apparaître comme des tumeurs, de l’anémie et d’autres affections chroniques (perte d’appétit, diarrhée, fièvres, conjonctivites…).

En phase terminale, le chat atteint de leucose féline, de FELV ou de FIV peut mourir. D’où l’importance de faire un test dès l’apparition des premiers signes. Cela permet de détecter le plus tôt possible la présence du virus afin de pouvoir mettre en place rapidement les meilleures solutions possibles.

Il n’y a pas de vaccin contre le FIV ou l’immunodéficience féline. Toutefois, pour la prévenir, vous pouvez, entre autres, limiter tout contact direct avec les autres animaux dans les environs, en castrant ou en stérilisant le chat.

En ce qui concerne le FeLV, il est important que votre animal de compagnie soit vacciné contre la leucose.

 

Le Typhus du chat 

Aussi connu sous le nom de panleucopénie, de parvovirose ou parfois maladie de carré, il s’agit d’une maladie très grave et mortelle. Elle provoque une gastro-entérite infectieuse. Elle est due à un parvovirus (FPV), un virus très contagieux et résistant en milieu extérieur. Ce virus est présent dans l’environnement par les fluides corporels (excréments, salive…). Le chat peut l’attraper à travers les excrétions corporelles ou le contact avec tout objet souillé (en le reniflant ou en l’avalant).

Grâce à la vaccination, on peut prévenir cette maladie. Cependant, chez les chats errants ou ceux qui vivent en communauté, en refuge ou chatterie par exemple, le risque d’attraper la maladie est importante.

Les chatons et les jeunes chats sont les plus concernés par le Typhus du chat, mais le chat peut être affecté peut importe son âge. La maladie se traduit par des tremblements ou des pertes de mouvement, des diarrhées hémorragiques, des vomissements, des fièvres fortes, une perte d’appétit, etc.

On peut soigner le Typhus du chat, mais la réussite du traitement n’est assurée que si cela débute le plus tôt possible Après le bilan complet effectué vétérinaire, ce dernier peut administrer des antibiotiques avec une réhydratation par perfusion, avec d’autres médicaments bien spécifiques, selon la gravité de la maladie.

 

La rhinotrachéite virale féline ou RVF

Touchant une grande partie des chats en France, cette maladie est de la famille des herpès virus. Elle est très contagieuse, et peut se transmettre par la toux, l’éternuement, les sécrétions lacrymales ou par contact direct du museau à museau.

Cette maladie infecte généralement les voies respiratoires. Le chat peut avoir de la rhinite, qui est une obstruction des voies nasales. De ce fait, le chien n’a plus de sens de l’odorat et des problèmes respiratoires peuvent apparaître. Des écoulements du nez et des yeux, fièvres, éternuement fréquent, toux, fatigue, déshydratation, tels sont aussi les signes de la RVF. Comme pour les humaines, ce type de virus peut également se manifester sous forme de bouton de fièvre.

On peut soigner cette maladie, même s’il n’y a pas de traitement spécifique. Après un bilan complet, le vétérinaire prescrit ainsi les traitements en fonction des symptômes qui apparaissent. Un suivi médical sera par la suite nécessaire pour éviter toute rechute.

A noter, il est possible de prévenir la rhinotrachéite virale féline. Une vaccination régulière est essentielle. Aussi, ne laissez pas trop votre chat en contact avec les chats errants et les chats domestiques infectés.

 

Les maladies parasitaires chez les chats 

De nombreuses pathologies parasitaires peuvent également affecter votre chat.

De nombreux parasites peuvent mettre en danger la santé de votre chat. Parmi ceux-ci figurent les puces, les tiques, les ténias et bien d’autres encore.

 

Les puces 

Le plus connu des parasites et plus courants chez les chats, les puces sont des minuscules insectes qui se nourrissent du sang de leurs hôtes, à plusieurs reprises par jour. Elles sont très actives en temps chaud et sec, et infestent rapidement le pelage du chat. Elles provoquent ainsi des allergies et démangeaisons persistantes. Et lorsque l’animal se gratte, cela peut causer des lésions croûteuses dérangeantes et fort peu esthétiques.

 

Les ascaris 

Ce sont des vers ronds, fins et longs, qui vivent dans l’intestin grêle du chat et qui se nourrissent d’aliments digérés. Un chat infecté reste maigre malgré une bonne alimentation et son ventre est ballonné. La présence d’ascaris ne peut être détectée qu’à partir des selles et des vomissements.

 

Le ténia 

Il s’agit d’un vers plat et court, de la taille d’un grain de riz. Il se transmet par les puces, quand ces dernières sont avalées ou lapées lors de la toilette. Comme pour l’ascaris, on détecte le ténia dans les selles ou suspendus à l’anus du chat sous forme de petits ronds blanchâtres.

 

La toxoplasmose 

Ce sont des petits parasites pouvant être dangereux pour la santé du chat, mais surtout pour celle de toutes les personnes qui l’entourent. En effet, ces parasites peuvent se transmettre à l’homme, notamment les femmes enceintes, avec le risque de contaminer le fœtus.

Il existe d’autres maladies virales, bactériennes et parasitaires qui peuvent toucher votre chat. Parmi lesquelles, on peut citer la rage, la calicivirose féline, la teigne, le Richettsiose (une maladie et zoonose du chat), la piroplasmose, l’anaplasmose, l’amylose et la chlamydia. 

Certaines de ces pathologies peuvent être mortelles. Il est important de prendre des précautions telles que la vaccination pour éviter les mauvaises surprises. La vermifugation régulière est également importante pour renforcer les défenses immunitaires de votre animal de compagnie. De même, assurez l’alimentation de votre chat et veillez à ce qu’il reçoive un traitement antiparasitaire adapté et régulier. Et si vous constatez un changement de comportement ou des signes inquiétants, contactez immédiatement votre vétérinaire.

Les soins préventifs tels que les vaccins peuvent s’avérer onéreux… Et c’est sans parler des traitements si votre chat contracte malheureusement l’une des maladies citées ci-dessus. Mais saviez-vous que les soins vétérinaires peuvent être pris en charge par une assurance animale ? Aujourd’hui, de nombreuses mutuelles proposent des offres répondant à vos exigences, aux besoins de votre animal et à votre budget. Comment trouver celle qui vous convient le mieux ?

En vous fiant à Santors, les experts en assurance animale. Santors est un comparateur d’assurance pour animaux de compagnie. Nous mettons  votre disposition un outil de comparaison fiable, vous permettant de choisir facilement la mutuelle et la prévoyance adaptée à la race de votre chat. Notre équipe professionnelle et expérimentée reste également à votre disposition pour vous apporter des conseils avisés. Réalisez un devis dès maintenant !