Accueil > Soins animaux > Tout savoir sur la piroplasmose du chien

Tout savoir sur la piroplasmose du chien

La piroplasmose du chien : qu’est-ce que c’est ?

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, la piroplasmose du chien est une maladie mortelle. Il s’agit d’une pathologie qui est transmise par les tiques. Elle détruit alors les globules rouges du chien. Ce qui amène, bien sûr, à des conséquences catastrophiques. Un traitement devient alors obligatoire, et il faudra prendre en compte la possibilité de complications.

Sinon, il est souvent assez simple de savoir si un chien est sujet à la piroplasmose. En effet, les symptômes sont assez clairs. Le chien est d’humeur abattu et refuse de manger. Il peut également arriver qu’il vomisse. Ajouté à cela une forte fièvre pouvant aller jusqu’à 40°C. Vous verrez par la même occasion que son urine prend facilement une couleur anormale comme l’orange, le rouge ou encore le marron foncé.

Ainsi, si votre animal manque d’appétit pendant 4 à 8 jours, il vous faudra directement aller voir un vétérinaire. Notons qu’ici il s’agit d’une urgence : cette démarche devra se faire dans les plus brefs délais. Le vétérinaire est la seule personne apte à faire un diagnostic clair. Pour ce faire, il prélève du sang de l’animal afin de mettre en évidence l’éventuelle présence de parasites.

 

Le mode de transmission

Comment est-ce que votre chien contracte la piroplasmose ? Seule une morsure de tique peut amener votre chien à attraper cette maladie. En outre, les tiques attrapent le parasite responsable en mordant des chiens déjà atteints.

La tique injecte un peu de sa salive dans le chien pendant son repas. C’est là que les parasites entrent dans l’organisme de votre animal. Cette salive a un rôle anticoagulant. Ainsi, le sang de l’animal ne coagule pas pour que la tique puisse se rassasier à souhait.

Une fois que les piroplasmes sont dans le sang, les parasites atteignent directement les globules rouges et s’y multiplient. C’est ce qui cause l’explosion. La suite logique est une anémie à cause du manque de globule rouge dans le sang ainsi qu’une intoxication du foie ainsi que des reins. Ce type d’intoxication est causé par les déchets de globules rouges.

En outre, votre chien attrape ces tiques quand il se balade dans les haies, les broussailles, les buissons ou tout simplement dans l’herbe. Il va de soi que ce sont les chiens qui vivent en extérieur qui sont les plus exposés. Dans tous les cas, tous les chiens peuvent facilement contracter cette maladie. Raison pour laquelle la vaccination de l’animal est une étape incontournable.

Sachez tout de même que si votre chien est atteint de la piroplasmose, il n’est pas directement contagieux. D’ailleurs, certaines études ont pu démontrer que la piroplasmose n’est transmise au chien que 8 heures après la morsure de la tique. D’ailleurs, le chien N°1 mordu par la tique ne sera pas sujet à la maladie. En effet, c’est ce chien qui fera entrer le parasite dans la tique pour s’y développer. C’est donc le chien N°2 mordu qui contracte la maladie au bout des 8 heures.

Cette analyse amène à deux constatations spécifiques :

  • Il faut enlever la tique dans les plus brefs délais. Cela bien avant qu’elle ne commence à se nourrir
  • L’usage d’un antiparasitaire est souvent le meilleur moyen pour régler le problème

 

Les différentes formes de la piroplasmose

Comme toutes les maladies, la piroplasmose peut arborer différentes formes. On peut déjà distinguer deux formes : la forme aiguë ainsi que la forme chronique.

 

La forme aiguë

Concernant la forme aiguë de cette maladie, vous constaterez une forte fièvre chez l’animal. A ce stade, l’animal est souvent abattu et devient anorexique. En outre, son état risque une dégradation rapide. Une anémie peut également survenir. Vous avez vous-même le pouvoir la possibilité de vérifier s’il y a anémie juste en vérifiant les muqueuses et les gencives de votre chien. Si tel est le cas, alors ces dernières seront pâles ou blanches.

Un chien atteint d’une piroplasmose aiguë peut également voir apparaître un ictère. Dans ce cas-ci, les muqueuses deviennent jaunes. Vient également la modification de la couleur de l’urine du chien qui sera généralement marron foncé, rouge ou bien orange.

 

Forme chronique

Lors de la forme chronique de la piroplasmose, l’animal est souvent fatigué et aura tendance à vomir. Encore une fois, il maigrira de manière constante et rapide et sera atteint d’une fièvre modérée. Aussi, si après une balade à l’extérieur vous remarquez que votre animal perd du tonus, n’hésitez surtout pas à consulter un vétérinaire.

 

Quel traitement adopter ?

Déjà, rassurez-vous, car si votre chien et atteint de la piroplasmose, il existe un traitement efficace pour régler le problème. Ce traitement est particulièrement efficace, à condition, bien sûr, de le mettre en place dans les plus brefs délais. Quand devez-vous faire appel à ce traitement ? Tout simplement quand vous remarquez les symptômes que nous avons décrits ci-dessus.

En outre, le traitement évoluera en fonction du stade d’évolution de la maladie, et peut comprendre des injections afin de détruire le parasite ou encore des perfusions, l’objectif étant d’hydrater l’animal afin d’éviter des complications hépatiques et rénales. Il y a également les transfusions afin de pallier au manque de globules rouges.

Bien entendu, il y a bien des effets indésirables face au traitement par injection. Il se peut que cela provoque des vomissements chez le chien. Dans ce cas, vous n’avez pas à vous inquiéter, car ces effets indésirables disparaîtront rapidement.

 

La prévention

Dans tous les cas, le meilleur traitement face à la piroplasmose reste la prévention. Dans ce cadre, vous avez plusieurs options à votre disposition, à savoir l’usage des antiparasitaires et la vaccination.

 

Les antiparasitaires

L’usage des antiparasitaires est assurément la meilleure méthode afin de prévenir la piroplasmose. Ce produit a pour rôle de détruire la tique avant même qu’elle n’ait eu le temps d’injecter sa salive. Dès son contact avec le poil de votre chien, elle s'intoxique systématiquement.

Bien entendu, tous les antiparasitaires ne sont pas conseillés. Après tout, certains sont plus efficaces que d’autres. Ici, il vous est conseillé d’utiliser les pipettes qui déposent un film protecteur sur tout le corps de l’animal. Une seule application vous garantit une efficacité pendant plusieurs semaines. Il existe également  des colliers qui sont efficaces plusieurs mois ou encore des sprays qui doivent être appliqués régulièrement.

Dans tous les cas, quel que soit l’antiparasitaire que vous choisirez, il vous faudra systématiquement l’appliquer pendant les périodes à risque. On parle notamment du printemps (mars à juin) et de l’automne (septembre à décembre). Il est fortement conseillé de le faire même si votre animal a été vacciné.

Quand votre chien rentre à la maison, n’oubliez pas de l’inspecter pour voir s’il est nécessaire d’enlever les tiques. Pour ce faire, il vous suffit d’utiliser un crochet tire-tiques.

 

La vaccination

L’autre moyen de prévention efficace contre la piroplasmose est la vaccination. En effet, il existe un vaccin spécifique face à cette maladie. Seulement, il n’est pas efficace à 100% et son coût est assez élevé. Vous pouvez tout de même en parler avec votre vétérinaire afin de connaître son avis quant à son efficacité. Dans tous les cas, le vaccin ne s’adresse qu’aux jeunes chiots qui n’ont jamais contracté cette maladie. On parle notamment des chiots entre 8 à 10 semaines.

Le vaccin contre la piroplasmose se fait en deux injections distinctes avec un intervalle de 3 semaines. Même si l’efficacité du vaccin n’est pas à 100%, il reste tout de même une véritable protection contre les risques de contamination.

 

Le coût de la prévention et du traitement

Évoquons les frais que peut engendrer le traitement de la piroplasmose chez votre chien. De manière générale, cela variera en fonction de la zone où vous vous trouverez et de votre vétérinaire, mais peut s’avérer assez élevé.

Afin de réaliser des économies sur vos frais vétérinaires, vous avez la possibilité de souscrire une assurance pour chien. Vous bénéficierez ainsi d’un remboursement partiel ou bien total face aux frais que va engendrer le traitement.

 

Conseils supplémentaires

Voici quelques conseils supplémentaires afin de vous aider à mieux prévenir cette maladie. Le premier conseil est, bien entendu, de mieux appréhender les tiques. En luttant efficacement contre les tiques en les retirant à temps, vous allez pouvoir éviter à votre animal de passer par cette maladie.

De même, il est impératif de ne pas promener votre chien dans un environnement où les tiques se prolifèrent. On parle notamment des hautes herbes, des bois ou encore des lisières des forêts. Encore une fois, n’hésitez pas à inspecter votre animal en profondeur après chaque promenade. Ceci afin de déceler la présence éventuelle de tiques. Et surtout, ne retirez jamais les tiques avec vos doigts. Des pinces et des crochets spéciaux sont disponibles sur le marché pour faciliter cette démarche : cela vous évitera de favoriser la transmission de la maladie.

 

Conclusion

La piroplasmose n’est pas une maladie à prendre à la légère : il s’agit d’une pathologie que votre chien peut contracter facilement et qui pourrait entraîner son décès. De ce fait, il faut être attentif à ses symptômes et avant tout mettre en place un traitement le plus tôt possible en cas de doute. Pour offrir le mieux à votre compagnon sans penser aux dépenses, pensez dès maintenant à souscrire une mutuelle afin d’être préparé à toutes les éventualités.