Accueil > Soins animaux > Zoom sur les actes médicaux chirurgicaux chez le chat

Zoom sur les actes médicaux chirurgicaux chez le chat

La chirurgie de l’appareil reproducteur

Les interventions sur l'appareil reproducteur font partie des actes chirurgicaux les plus fréquents chez les félins. Selon le cas, on distingue : 

  • Les opérations de convenance

La castration et l’ovariectomie sont des chirurgies de convenance quand elles sont pratiquées à titre préventif. Bien qu’elles soient sujettes à controverse, ces opérations présentent en réalité de nombreux avantages pour les chats. Une femelle ou un mâle stérilisé ne subira plus les effets néfastes des dérèglements hormonaux. L’animal gagnera en douceur comportementale. Par ailleurs, l’intervention lui évitera aussi de contracter des maladies sexuellement transmissibles.

Chez la chatte, l’ovariectomie va également réduire les risques d’apparition de tumeurs ou de gonflements au niveau de l’utérus, des ovaires ou des zones mammaires. Chez le chat, la castration prévient des troubles liés à la testostérone (inflammations, tumeurs, élargissement de la prostate et autres). 

  • Les césariennes

La césarienne programmée concerne les chattes qui sont sur le point de mettre bas, mais qui sont à risque de complications. L’opération peut se faire avant même que l’animal ne subisse ses premières contractions. On parle de césarienne en « urgence » quand l’opération est réalisée durant la mise bas. Cette intervention est surtout pratiquée en cas de dystocie (absence de sortie des petits).

 

La chirurgie de l'appareil urinaire

Les interventions sur l'appareil urinaire sont des soins chirurgicaux assez courants dans l’univers félin. Les opérations concernent l’ensemble des organes de l’appareil urinaire du chat (le tractus urinaire/vésical). Les actes médicaux les plus sollicités sont l’urétrotomie et l’urétérostomie. La première pratique consiste à retirer les calculs urinaires dans la vessie, dans l'urètre ou même dans l’uretère de l’animal. La seconde permet d’extraire l’urine directement depuis les reins.

Outre ces interventions d’urgence, votre compagnon peut aussi avoir besoin d’une chirurgie s’il présente une tumeur. Celle-ci pourrait également servir à corriger une malformation congénitale. Dans le premier cas, l’opération servira à traiter une tumeur rénale, surrénale ou une tumeur de vessie. Dans le second, il s’agit surtout de repositionner un uretère mal placé.

 

La chirurgie de l’appareil digestif

La chirurgie de l’appareil digestif concerne les opérations du tractus digestif. L’objectif de l’acte chirurgical consiste généralement à enlever un corps étranger que le chat aurait ingéré et qu’il ne peut pas digérer. La technique adoptée diffère en fonction de l’organe touché : 

  • L'œsophage

La chirurgie intervient dans le traitement des déchirures ou de nécrose dues à un corps étranger. Elle se pratique également en cas de tumeur (si celle-ci est opérable). Les kystes dus à des parasites (spirocercose) sont souvent de petite taille et donc secondaires. 

  • L’estomac

Quand le corps étranger est resté dans l’estomac du chat, il faudra pratiquer une gastrotomie pour l’extraire de l’organe. Cette opération est nécessaire si la fibroscopie ne permet pas de retirer l’objet. Ce dernier serait alors à l’origine d’une occlusion ou d’une perforation de l’estomac.

L’intervention consistera à retirer l’estomac, à extraire l’objet pour ensuite remettre l’organe à sa place. Il est possible que le praticien décide de fixer l’estomac à la paroi de l'abdomen afin de réduire le risque de récidive. La chirurgie peut aussi être pratiquée dans le traitement d’une tumeur ou d’un SDTE (syndrome dilatation-torsion de l'estomac). 

  • L'intestin grêle

Une entérotomie est indispensable quand l’extraction concerne l’intestin grêle du félin. L’opération est pratiquée après l’analyse de la structure de la paroi intestinale. Elle est généralement sollicitée si l’animal présente les symptômes d’une occlusion ou d’une perforation de l’intestin.

Le vétérinaire peut aussi avoir recours à cette technique pour soigner certains traumas et tumeurs. Il pourrait éventuellement le préconiser dans le traitement d’un cas de diarrhée chronique. 

  • Le côlon et l'anus

Le corps étranger est resté bloqué au niveau du côlon ou de l’anus. L’intervention chirurgicale permettra alors de l’extraire efficacement.

Ce type de chirurgie intervient également dans le traitement de diverses tumeurs et occlusions. Le professionnel peut d’ailleurs y recourir en cas de fistules périanales ou d’infections récidivantes des sacs anaux. Si l’animal souffre de rectocolite chronique, une biopsie peut être nécessaire afin d’analyser l’état de la paroi intestinale. 

  • Le foie et le pancréas

L’opération est pratiquée quand le foie du félin présente un lobe causé par une tumeur ou trauma. Elle peut aussi s’appliquer en cas d’exérèse de la vésicule biliaire ou de la dérivation des voies biliaires.

Au niveau du pancréas, la chirurgie va servir à retirer un nodule, une masse ou un abcès pancréatique. Elle sera pratiquement indispensable pour un traitement qui nécessite une biopsie. C’est généralement le cas si le professionnel suspecte une tumeur ou s’il s’agit d'un problème digestif chronique.

 

La chirurgie orthopédique

Les opérations orthopédiques du chat sont des pratiques chirurgicales indispensables quand l’animal est victime d’un traumatisme important impliquant une fracture de l’os. Ce genre de problème peut arriver suite à un accident, à une chute ou à une bagarre avec un autre animal. Cependant, il peut aussi être causé par une tumeur ou une maladie spécifique.

Dans tous les cas, le chirurgien décidera de la solution à adopter selon la gravité de la situation et le profil du chat. À la place d’un plâtre, le spécialiste peut recommander une broche ou même une plaque fixée par des vis.

 

Les autres actes chirurgicaux

D’autres actes chirurgicaux peuvent être pratiqués sur le chat afin de traiter certains problèmes particuliers. On peut notamment citer : 

  • Les soins bucco-dentaires

L’extraction dentaire et le détartrage font partie des interventions les plus répandues. La chirurgie est aussi parfois utilisée dans le traitement des maladies parodontales. Par ailleurs, on peut également s’en servir pour soigner des pathologies affectant la langue et le pharynx. 

  • Les chirurgies de la rate

L’opération chirurgicale de la rate ou splénectomie est généralement pratiquée quand l’organe présente une grosse tumeur. Les experts peuvent éventuellement recourir à cette méthode en cas de torsion, d’accident d'évolution suraiguë, d’anémies ou de thrombopénies. 

  • Les chirurgies abdominales et thoraciques

Les interventions chirurgicales sur le thorax et l’abdomen sont assez rares chez les chats. Néanmoins, elles peuvent être nécessaires si l’animal souffre de hernies ou d'anomalies vasculaires.

Le professionnel peut aussi les recommander dans le traitement d’un thymome ou d’un carcinome pulmonaire du chat. Enfin, l’opération est normale si un épillet est parti dans les bronches du félin ou si celui-ci est victime d’une dangereuse perforation.

Mais qu’en est-il des dépenses ? Même les plus grands amoureux des chats ne peuvent s'empêcher de penser à l’aspect budgétaire en apprenant que leur compagnon a besoin d'une intervention chirurgicale.

Lorsqu’on dispose d’une mutuelle santé pour son compagnon, la question ne se pose plus : les actes médicaux chirurgicaux sont pris en charge par la mutuelle santé. Selon la formule choisie, l’assurance couvrira une partie ou l’intégralité des frais. Actuellement, les assurances animales premiums sont les plus sollicitées. Avec les partenaires Santors, les frais médicaux et chirurgicaux sont remboursés à hauteur de 75 % ou 100 % avec les formules intégrales : la formule INTÉGRALE à 19 €/mois et l'INTÉGRALE + à 35 €/mois. Réalisez un devis dès maintenant.