Accueil > Les médicaments > Tout savoir sur la Codéine

Tout savoir sur la Codéine

Tout savoir sur la Codéine

Cet alcaloïde dérivé de la morphine est un antalgique et un antitussif puissant. L’utilisation de ce médicament permet d’apaiser vos lancinations et de contrôler les toux sans expectoration.

Découvrez dans ce dossier complet, tout ce que vous devez savoir sur la codéine : posologie, les effets indésirables, les mises en garde, les contre-indications ainsi que le taux de remboursement appliqué par la Sécu.

 

Le mécanisme d’action de la codéine

Ce médicament galénique appartient à la famille des alcaloïdes narcotiques et est extrait du pavot somnifère. La codéine agit directement au niveau du système nerveux central.

Cet opium permet de diminuer la portée psychologique de la douleur au cerveau. Cette spécialité pharmaceutique possède une efficacité moyenne de 4 heures après sa consommation.

 

Dans quels cas utiliser codéine ?

La Codéine est utilisée dans deux cas bien distincts :

 

Le traitement des douleurs aiguës d’intensité modérée

Ce médicament est indiqué pour soulager les douleurs chez les adultes et les enfants de plus de 12 ans.

L’utilisation de ce médicament est préconisée quand les antalgiques (ibuprofène, paracétamol…) n’atténuent pas les douleurs.

 

Le traitement de la toux

Réservé uniquement aux adultes, ce médicament est utilisé pour contrôler la toux. La prise de Codéine est recommandée si les antitussifs non narcotiques se révèlent inefficaces.

 

Mode d’administration et posologie

 

Mode d’administration

L’administration de ce médicament se fait exclusivement par voie orale. La prise peut s’effectuer avant, pendant ou après le repas.

 

Posologie

Ce remède possède des effets immédiats. Il importe ainsi de suivre à la lettre les prescriptions relatives à son utilisation. La posologie varie en fonction de l’âge, de la pathologie à traiter.

Pour le traitement des douleurs

  • Chez les adultes :
    • La dose usuelle recommandée est de 180 mg par jour, soit 6 comprimés par jour répartis en 4 prises. L’intervalle de 6 heures entre deux prises doit toujours être respecté.
    • Pour les douleurs intenses, la posologie peut éventuellement augmenter à 240 mg par jour, soit 8 comprimés par jour au maximum.
    • La durée de traitement est de 3 jours. Si les douleurs persistent, une consultation chez le médecin est recommandée.
  • Chez les personnes âgées de plus de 55 ans

La dose initiale se limite à la moitié de la dose pour adulte.

  • Population pédiatrique

Chez les enfants, il faut tenir compte du risque de toxicité opioïde de ce médicament. Il est donc déconseillé d’utiliser la Codéine chez les patients de moins de 12 ans.

  • Pour un enfant de 12 à 18 ans

La dose recommandée est de 3 mg/kg/jour. La dose à chaque prise est donc de 0,5 à 1 mg/kg, et ce toutes les 6 heures.

  • Chez les adolescents de plus de 50 kg
    • La dose usuelle est de 1 comprimé par prise toutes les 6 heures.
    • Ne pas dépasser 2 comprimés à chaque prise pour les douleurs intenses.
    • La posologie maximale est de 6 comprimés par jour.

 

Quelles précautions prendre à la prise de la codéine ?

Les effets de la codéine diffèrent d’un sujet à un autre. Ainsi, il devient primordial de prendre certaines précautions avant son utilisation.

Pour prévenir les risques de surdosage, veillez à ne pas consommer de médicaments à base de paracétamol ou d’autres antalgiques.

Vous devez privilégier la prudence si :

  • Vous souffrez du syndrome de Gilbert (une affection hépatique héréditaire)
  • Vous avez une insuffisance en glucose 6 — phosphate déshydrogénase (G6PD)
  • Vous souffrez de troubles anorexiques, de cachexie ou de malnutrition

Vous devez aussi savoir que la consommation d’alcool accentue les effets des calmants. Ainsi, si vous suivez un traitement à base de codéine, vous devez obligatoirement arrêter l’alcoolisme.

 

Mise en garde générale

Faites attention ! La prise de codéine est dangereuse si :

  • Vous êtes asthmatique
  • Vous êtes allergique aux antalgiques
  • Vous avez des troubles respiratoires et convulsifs
  •  
  • Vous avez une insuffisance rénale ou hépatique
  • Vous souffrez d’une hépatite virale
  • Vous souffrez d’une obstruction des voies digestives

En cas de doute sur votre santé générale, ne consommez pas de médicaments sans avoir consulté un médecin.

 

Les risques sur la prise prolongée de codéine

Il faut retenir que la codéine est une drogue. Comme la morphine, ce médicament possède des propriétés soporifiques. Son usage peut ainsi engendrer la dépendance.

Lorsqu’un patient prend ce remède sur le long terme, cela peut conduire une circonstance de tolérance qui le pousse à augmenter le dosage. Pourtant, l’excès de codéine augmente les risques de pathologies graves. Cela peut même devenir une cause de décès.

 

Seniors : les précautions à prendre

Le vieillissement est mis en évidence par la manifestation des symptômes pathologiques qui détériore la morphologie musculaire et squelettique.

Les seniors sont souvent victimes de marasme. Avant de prendre de la codéine, assurez-vous d’avoir un poids minimum de 50 kg.

Les personnes âgées sont aussi susceptibles à la déshydratation. La perte importante d’eau requiert une précaution spéciale à la prise de codéine.

Si vous êtes âgés de 55 ans ou plus, vous devez demander l’avis de votre médecin quant à la prise de ce médicament.

 

Chez les enfants et les adolescents

Chez les enfants, la toxicité de la morphine engendre des troubles respiratoires conséquents. La prise de codéine est ainsi déconseillée pour les enfants vulnérables à ce syndrome pathologique. Ce remède est aussi contre indiqué pour les enfants qui souffrent d’hypertension intracrânienne.

Si votre enfant suit un traitement à base de codéine, vous devez obligatoirement consulter l’avis d’un médecin avant de renouveler son utilisation.

Des précautions sont à considérer pour les patients, après une amygdalectomie en cas de syndrome d’apnée occlusive du sommeil. La prise de ce médicament augmente effectivement les risques éventuels d’aggravation d’un dysfonctionnement des organes vitaux.

 

Pendant la grossesse

Les études chez l’animal ont mis en évidence un effet tératogène. Mais les risques malformatifs chez l’homme ont été écartés.

La prise de la codéine est donc autorisée pendant la grossesse si la nécessité est absolue. Mais, son utilisation doit être ponctuelle.

Vous devez impérativement suivre une prescription médicale sur la dose autorisée.

 

Pendant l’allaitement

Ce médicament est contre-indiqué pendant l’allaitement. En tant qu’opioïdes, la codéine passe dans le lait maternel.

Notez que la codéine peut entrainer des pauses respiratoires et une hypotonie chez le bébé.

 

Pour les conducteurs et les machinistes

L’utilisation de ce médicament est aussi déconseillée lorsqu’on conduit un véhicule ou une machine. Les effets de somnolences qu’il provoque multiplient les risques d’accident.

 

Les effets indésirables

En règle générale, tous les médicaments peuvent déclencher des effets indésirables qui diffèrent d’un patient à un autre.

Au sens strict, un effet secondaire correspond à une réponse encombrante de l’organisme à une substance lorsqu’elle est prise à la dose optimale.

Les effets secondaires peuvent être temporaires ou constants. Ces effets peuvent également être critiques ou atténués.

Les analyses scientifiques ont démontré certains effets secondaires relatifs à l’utilisation de la codéine.

 

Effets secondaires fréquents

  • Nausée
  • Constipation
  • Somnolence
  • Vomissement

 

Effets secondaires rares

  • Vertige
  • Bronchospasme
  • Dysphorie
  • Hallucination et sensation de confusion
  • Myoclonie (contraction musculaire involontaire)

 

Effets secondaires légers

Si un des symptômes suivants se manifeste, votre pharmacien peut vous renseigner sur les moyens de les apaiser.

  • Un étourdissement
  • Un assoupissement
  • Des maux de tête
  • L’assèchement de la bouche
  • Une occlusion intestinale

 

Effets secondaires graves

La consultation immédiate d’un médecin s’impose dès l’apparition de certaines sensations irrégulières.

  • Un état confusionnel (anxiété, stupeur, troubles perceptifs, problèmes mnémoniques et intellectuels)
  • Un essoufflement (respiration sifflante et atypique)
  • Des démangeaisons et une éruption cutanée (urticaire, prurit, rash)
  • Une dysurie (difficulté à uriner) ou une production anémique d’urine

 

Effets secondaires très inquiétants

Certains des symptômes suivants requièrent une intervention rapide.

  • Une fatigue générale
  • Une syncope (arrêt brusque des battements du cœur)
  • Une crise épileptique
  • Des nausées et des vomissements constants
  • Des difficultés respiratoires aiguës
  • Enflure du visage et de la gorge
  • Des crampes abdominales

 

Effets secondaires dus à la surdose de codéine

Le surdosage en codéine se manifeste par :

  • Une peau moite et fraîche
  • Une fatigue cumulée
  • Le myosis (rétrécissement de la pupille)
  • Une baisse de la tension artérielle
  • La nervosité et des troubles comportementaux
  • Une somnolence excessive
  • Un ralentissement de la respiration
  • Une rétropropulsion cardiaque

 

Les génériques de la codéine

La codéine dispose de plusieurs principes actifs :

  • Codéine phosphate
  • Codéine phosphate hémihydrate
  • Paracétamol

Ce remède est composé d’autres excipients comme :

  • Le sodium
  • Le saccharose
  • Le magnésium stéarate
  • L’hypermollose
  • Le dioxyde de titane
  • L’acide citrique anhydre
  • La cellulose microcristalline
  • Le sorbitol
  • Le fructose et le glucose
  • Le propylèneglycol
  • Le sulfite
  • Un arôme de pamplemousse et un agent filmogène blanc

 

Comment conserver la codéine ?

La conservation de ce médicament doit se faire dans un endroit à température ambiante. Déposez-le dans un endroit sécuritaire : loin de la chaleur, de l’humidité ou encore de la lumière du soleil.

La codéine peut devenir un calmant à usage non thérapeutique. Il doit ainsi être hors de la portée des enfants et des adolescents.

Ne pas jeter les médicaments dans les ordures ou dans les égouts.

Ne pas utiliser les médicaments après sa date de péremption, rendez-vous chez votre pharmacie pour s’informer sur les mesures à prendre pour les médicaments périmés.

 

Les formes d’interactions et l’association avec d’autres médicaments

Les médecins déconseillent l’association de ce médicament avec d’autres antalgiques et antagonistes morphiniques comme la pentazocine, la buprénorphine ou encore la nalbuphine. Ces spécialités pharmaceutiques entravent l’efficacité de la codéine.

La consommation d’alcool et d’autres antidépresseurs est aussi à prendre en considération. Ces éléments augmentent excessivement les effets de cet opium.

Les études n’ont pas démontré d’interaction spécifique de ce remède avec des aliments. Toutefois, la consommation de la caféine et du tabac peut générer des risques pathologiques conséquents.

 

Interaction avec des groupes de médicaments

Référez-vous aux conseils de votre médecin si vous prenez d’autres médicaments ou des groupes de remèdes en interaction avec la codéine.

 

Des antihistaminiques

Le risque de dépression centrale est présent. L’interaction des antihistaminiques avec la codéine peut altérer la vigilance notamment pendant la conduite des engins et machines :

  • La loratadine
  • La diphenhydramine
  • La cétirizine
  • L’hydroxyzine
  • La doxylamine

 

Des ISRS (inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine

  • La paroxétine
  • La duloxétine
  • Le citalopram
  • La stertraline
  • La fluoxétine

 

Des relaxants musculaires

  • La cyclobenzaprine
  • L’orphénadrine
  • Le baclofène
  • Le méthocarbamol

 

Des antiépileptiques

  • L’acide valproïque
  • L’éthosuximide
  • Le phénobarbital
  • La primidone
  • Le zonisamide
  • Le clobazam
  • Le felbamate
  • La phénytoïne
  • Le topiramate
  • Le lévétiracétam

 

Des diurétiques

  • L’hydrochlorothiazide
  • Le furosémide
  • Le triamtérène

 

Des amphétamines

  • La lisdexamfétamine
  • La dextroamphétamines

 

Des barbituriques

  • Le butalbital
  • Le phénobarbital

 

Des IMAO

  • la sélégiline
  • le moclobémide
  • la phénelzine
  • la tranylcypromine)

 

Des antidépresseurs tricycliques

  • La nortriptyline
  • La désipramine
  • L’amitriptyline

 

Des bêtabloquants

  • Le propranolol
  • L’aténolol

 

Des inhibiteurs de la protéase

  • Le ritonavir
  • Le lopinavir
  • Le tripranavir

 

Des benzodiazépines

Le risque de dépression respiratoire est élevé notamment en cas de surdosage :

  • Le lorazépam
  • Le diazépam
  • L’oxazépam

 

D’autres antinévralgiques

  • L’hydrocodone
  • Le fentanyl
  • La morphine

 

Prise en charge et taux de remboursement

DAFALGAN CODEINE fait partie de la liste II des médicaments remboursables par la Sécurité sociale. Le taux de remboursement est à hauteur de 65 %.

Il existe 2 formes de Codéine :

  • DAFALGAN CODEINE 500mg/30mg en comprimé pelliculé blanc, boîte de 16 au prix de 1,72 euro
  • DAFALGAN CODEINE 500mg/30mg effervescent sécable, boîte de 16 au prix de 1,72 euro.

 

Conclusion

La codéine est la principale substance active du DAFALGAN CODEINE 500mg/30mg. Ce médicament permet généralement d’apaiser la douleur. Il sert accessoirement à contrôler la toux sèche. Pour écarter les effets indésirables, vous devez respecter la posologie usuelle et les prescriptions de votre médecin. En cas de doute, n’hésitez pas à contacter votre médecin.

En se référant au taux remboursable, souscrire une mutuelle santé devient indispensable si votre traitement à base de codéine s’étend sur le long terme. Les restes à charges vous seront ainsi également rendus. Pour vous aider à faire le bon choix de mutuelle santé, utilisez le comparateur d’assurance Santors.