Accueil > Les médicaments > Tout savoir sur l’Allopurinol (antihypertensif)

Tout savoir sur l’Allopurinol (antihypertensif)

Présentation de l’allopurinol

L’allopurinol est un médicament présent sur le marché sous forme de comprimé biconvexe. Dans le classement pharmacothérapeutique, il est parmi les inhibiteurs de la synthèse de l’acide urique.

Ce médicament est délivré uniquement sous prescription médicale pendant la durée du traitement mentionnée sur l’ordonnance. Son utilisation ne requiert aucune exigence particulière.

D’autres informations concernant l’allopurinol sont à connaître :

  • Voie d’administration : Orale
  • Code ATC : M04AA01
  • Conservation : aucune précaution particulière
  • Composants habituels : allopurinol, lactose monohydraté, amidon de blé, stéarate de magnésium

 

Indications thérapeutiques de l’allopurinol

L’allopurinol est utilisé pour traiter et prévenir différentes pathologies en lien avec les acides uriques dans le sang et les urines. Il est prescrit pour traiter :

  • Les hyperuricémies symptomatiques primitives ou secondaires. Il peut s’agir d’hémopathies, de néphropathies ou d’hyperuricémie iatrogène ;
  • La goutte qui se manifeste par des crises récidives de la goutte tophacée, de l’arthropathie uratique pouvant être accompagnée d’hyperuraturie, de lithiase urique ou d’insuffisance rénale ;
  • La lithiase urique ou la lithiase calcique ;
  • Le déficit en adénine phosphoribosyltransférase ;
  • Le syndrome de Lesch-Nyhan.

La prise d’allopurinol est également recommandée pour la prévention des récidives de lithiase calcique chez les patients hyperuricémiques ou hyperuricuriques. La prise de ce médicament doit être accompagnée de diverses précautions diététiques concernant les rations en protéine et en calcium.

Votre médecin traitant peut prescrire ce médicament en cas de troubles et d’affections non listés dans cet article. Ne conseillez pas l’allopurinol à vos proches, même si vous pensez présenter des symptômes identiques. Consultez toujours un médecin avant de commencer ou d’arrêter un traitement.

 

Mode d’administration et posologie de l’allopurinol

Administré dans le corps par voie orale, l’allopurinol sous forme de comprimé est à consommer avec un verre d’eau après le repas. Il convient tant aux adultes qu’aux enfants. Avant la prise de ce médicament, des examens médicaux pour déterminer le taux sanguin en acide urique sont d’abord effectués.

La posologie dépend ensuite des résultats et peut varier entre 100 et 900 mg par jour. Le traitement commence généralement avec une faible dose et sera augmenté en fonction de la réponse du patient.

Quelques cas sont à prendre en compte quant à la posologie :

  • Patient âgé ou avec une fonction hépatique ou rénale est réduite : prescription d’une dose plus faible ou prise espacée du médicament ;
  • Patient traité par dialyse deux ou trois fois par semaine : prescription d’une dose de 300 ou 400 mg qui sera prise immédiatement après la dialyse ;
  • Patient âgé de moins de 15 ans : prescription d’une dose entre 100 à 400 mg par jour.

La posologie est donc individuelle. Il est toujours recommandé de se conformer à l’ordonnance prescrite par le médecin quant au dosage et la durée du traitement.

 

Surdosage d’allopurinol

Si vous avez pris de l’allopurinol alors que vous n’auriez pas dû, prévenez un médecin et suivez ses indications.

Si la dose prise a surpassé celle qui est prescrite, les symptômes suivants peuvent se manifester : nausées, vomissements, diarrhées, vertiges, ou lombalgies avec oligurie. Ces symptômes peuvent s’atténuer après un traitement. Il est à mentionner qu’ils n’apparaissent généralement qu’à une ingestion dépassant les 22,5 g d’allopurinol.

 

Oubli d’une prise d’allopurinol

En cas d’oubli, prenez votre comprimé le plus tôt possible. À l’exception, si c’est bientôt l’heure de la prise suivante, ignorez le précédent oubli et reprenez votre dose habituelle.

Il est toutefois déconseillé de prendre une dose double pour compenser une dose oubliée. En cas de doute ou de question, contactez votre médecin ou votre pharmacien.

 

Effets indésirables possibles de l’allopurinol

Comme tout autre médicament, l’allopurinol présente des effets indésirables. Il s’agit des réponses thérapeutiques des patients autres que celles attendues à l’issue du traitement. Ils ne surviennent pas systématiquement chez tous les patients traités avec de l’allopurinol. Leurs apparitions peuvent être :

  • Fréquentes (chez 1 patient sur 10) ;
  • Peu fréquentes (chez 1 patient sur 100) ;
  • Rares (chez moins de 1 patient sur 1000) ;
  • Très rares (chez moins de 1 patient sur 10 000).
Effets indésirables fréquents
  • Éruption cutanée qui implique l’arrêt immédiat du traitement par allopurinol
  • Augmentation du taux sanguin de thyréostimuline (TSH).
Effets indésirables peu fréquents
  • Desquamation de la peau ;
  • Furoncles ou ulcères au niveau des lèvres ou de la bouche ;
  • Une respiration sifflante soudaine ;
  • Palpitations ou compression thoracique ;
  • Collapsus ;
  • Douleur de l’estomac, nausée (mal au cœur), diarrhée, ou vomissement ;
  • Problèmes hépatiques…
Effets indésirables rares
  • Sensation générale de malaise accompagnée par de la fièvre et frissons, des maux de tête, ou des symptômes pseudo-grippaux comme les douleurs musculaires ;
  • Problème cutanée et changement au niveau de la peau comme les éruptions cutanées, les ulcères ou les saignements de la bouche, des lèvres, de la gorge, du nez ou des parties génitales, cloques généralisées ou peau pelant ;
  • Conjonctivite se manifestant par les yeux rouges et gonflés ;
  • Affections du système immunitaire se manifestant par une hypersensibilité pouvant être accompagnée de fièvre et de douleurs articulaires ;
  • Résultats anormaux aux analyses de sang et aux tests de la fonction hépatique qui peuvent être assimilés à un trouble avec hypersensibilité multiorganique…
Effets indésirables très rares
  • Affection du système nerveux comme le coma, la neuropathie périphérique, la paresthésie, la somnolence, la céphalée ou la dysgueusie ;
  • Sentiment général de malaise ou de faiblesse accompagné d’engourdissements ;
  • Déséquilibre en position debout et paralysie se manifestant par l’incapacité à bouger les muscles ;
  • Perte de connaissance ou ataxie (manque de coordination des mouvements volontaires musculaires) ;
  • Sensation de fourmillements, de picotements, de piqûres ou de brûlures au niveau de la peau ;
  • Choc anaphylactique chez des patients ayant présenté une réaction allergique lors d’une précédente prise d’allopurinol ;
  • Réaction allergique grave provoquant un gonflement du visage ou de la gorge ;
  • Réaction allergique grave pouvant engager le pronostic vital ;
  • Cancer du sang se manifestant généralement par une augmentation de la taille des ganglions ;
  • Affection du sang se manifestant par des hématomes qui survient généralement chez des patients qui présentent des troubles du foie ou des reins. Fièvre (température élevée) ;
  • Hématurie qui se manifeste par la présence de sang dans les urines ;
  • Hyperlipidémie se manifestant par des taux élevés de cholestérol dans le sang ;
  • Maux de tête et vertiges ;
  • Troubles de la vue (cataracte...) ;
  • Douleurs dans la poitrine (angine de poitrine) ;
  • Hypertension artérielle ou pouls faible ;
  • Stérilité masculine, troubles de l’érection ou gynécomastie ;
  • Augmentation du volume des seins pouvant être observé tant chez les hommes que chez les femmes ;
  • Modification du comportement intestinal et de la fonction gustative ;
  • Chute ou décoloration des cheveux ;
  • Dépression ;
  • Œdème au niveau des chevilles à cause d’une accumulation de liquide aboutissant à un gonflement ;
  • Thrombocytopénie, agranulocytose et anémie surtout chez les patients avec insuffisance rénale et/ou hépatique...

 

Si vous constatez un ou plusieurs de ces effets indésirables, consultez immédiatement votre médecin pour décider de la suite de votre traitement.

D’autres effets indésirables qui ne sont pas présents dans cette liste peuvent également se manifester. Faites-en part à votre médecin ou votre pharmacien pour une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du traitement avec de l’allopurinol.

 

Contre-indication de l’allopurinol

Le traitement avec de l’allopurinol est contre-indiqué dans les cas suivants :

  • Hypersensibilité à l’allopurinol ou à l’un de ses excipients ;
  • Patient de moins de 6 ans (forme pharmaceutique non adaptée aux enfants) ;
  • Allergie au blé ;
  • Déficit en lactase ;
  • Intolérance au galactose ;
  • Syndrome de malabsorption du galactose ;
  • Syndrome de malabsorption du glucose ;
  • Grossesse ;
  • Crises aiguës de goutte…

Pensez à avertir votre médecin si vous êtes concerné par l’un de ces points. D’autres médicaments pourraient, en effet, mieux convenir à ces patients.

 

Précautions d’emploi

L’utilisation de l’allopurinol chez les patients concernés par l’une ou plusieurs de ces situations doit être accompagnée d’une surveillance médicale régulière :

  • Calcul rénal ;
  • Insuffisance rénale ;
  • Déposition de xanthine ;
  • Altération de la fonction thyroïdienne ;
  • Éruption cutanée médicamenteuse ;
  • Réaction d’hypersensibilité ;
  • Hypertension ;
  • Insuffisance cardiaque ;
  • Exanthème maculopapuleux ;
  • Syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) ;
  • Nécrolyse épidermique toxique (NET)…

 

Les interactions de l’allopurinol avec d’autres médicaments

L’administration concomitante de l’allopurinol avec certains médicaments est à considérer. Pour prévenir les risques d’associations dangereuses, pensez à avertir votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez ou avez récemment pris des médicaments relatifs ou non à votre traitement avec l’allopurinol. Il peut s’agir de médicaments obtenus ou non avec une ordonnance et de médicaments à base de plante.

 

Associations déconseillées

Administrée avec de l’allopurinol, les antipurines (azathioprine, mercaptopurine) engendrent une concentration sérique pouvant être toxique et fatale.

 

Associations à nécessitant des surveillances particulières

 

Vidarabine (adénine arabinoside)

Notons que la demi-vie plasmatique de la vidarabine est augmentée en présence de l’allopurinol. Pour que l’effet de la prise concomitante ne soit pas toxique, une surveillance doit être effectuée. Le patient concerné peut, en effet, présenter de troubles neurologiques, comme les tremblements ou la confusion.

 

Cytostatiques

Les cytostatiques comme le cyclophosphamide, la doxorubicine, la bléomycine, la procarbazine, ou les halogénures d’alkyle peuvent interagir avec de l’allopurinol. Les patients risquent de présenter des anomalies dans le sang. Une surveillance de la numération sanguine doit être effectuée régulièrement.

 

Ciclosporine

Il a été constaté que la concentration plasmatique de la ciclosporine pourrait être augmentée en cas d’association avec de l’allopurinol. La possibilité d’une toxicité accrue de la ciclosporine est alors à prendre en compte.

 

Didanosine

L’administration concomitante d’allopurinol et de didanosine est déconseillée. Lorsqu’aucune alternative n’est possible, il est recommandé de réduire les doses de didanosine. Les patients doivent être étroitement surveillés.

 

Associations à prendre en compte

 

Ampicilline et amoxicilline

Le risque de réactions cutanées et d’exanthème est élevé chez les patients traités par l’ampicilline ou l’amoxicilline. Dans la mesure du possible, une autre alternative à l’ampicilline ou l’amoxicilline est recommandée lors d’un traitement avec de l’allopurinol.

 

Phénytoïne

L’allopurinol pourrait inhiber l’oxydation hépatique de la phénytoïne. Les conséquences cliniques n’ont pas encore été identifiées.

 

Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC)

Lorsque le patient présente de l’insuffisance rénale, la prise concomitante d’allopurinol et d’IEC augmente le risque d’hypersensibilité.

 

Anticoagulants oraux

Lorsque les anticoagulants oraux sont pris simultanément avec de l’allopurinol, leurs effets sont en hausse. Cela peut conduire à une hémorragie à cause de la diminution de leur métabolisme hépatique. Le taux de prothrombine doit alors être surveillé régulièrement.

Aussi, la posologie de l’anticoagulant oral doit être ajustée pendant le traitement par l’allopurinol et 8 jours après l’arrêt du traitement.

 

Hydroxyde d’aluminium

La prise concomitante peut diminuer l’effet de l’allopurinol est atténué par l’hydroxyde d’aluminium. Pour optimiser l’efficacité des deux médicaments, leur prise doit être espacée d’au moins 3 heures.

 

Chlorpropamide

La prise simultanée d’allopurinol et de chlorpropamide augmente le risque d’hypoglycémie sévère chez le patient souffrant d’insuffisance rénale. L’autosurveillance glycémique du patient est nécessaire. Il est conseillé d’adapter la posologie du chlorpropamide pendant le traitement par l’allopurinol.

 

Prix et taux de remboursement

L’allopurinol est généralement vendu à 1,17 € par plaquette. Ce prix peut pourtant varier en fonction du nombre de comprimés, de l’entreprise productrice et de la pharmacie. Les traitements à base d’allopurinol sont remboursés à hauteur de 65 % suivant les taux fixés par la Sécurité sociale.

Pour bénéficier d’un remboursement de vos frais médicaux relatifs aux taux d’acide urique dans le sang et les urines, choisissez une bonne formule de mutuelle santé. Visitez le comparateur en ligne Santors.fr et comparez les offres qui vous sont proposées.